Gaspard de COLIGNY

Né le 16 février 1519 sur les bords de la Loire, Gaspard de COLIGNY, amiral de France, se convertit à la Réforme en 1558. Il devient chef militaire du Parti Huguenot tout en négociant sans cesse avec la monarchie. Il célèbre son mariage avec  J. ENTREMONT le 25 mars 1571 à La Rochelle. Un an plus tard, blessé par un coup d’arquebuse à Paris, il est la première victime du massacre de la Saint-Barthelémy.

B. 14 Crayon de Mlle Langevin d’après un portrait de l’amiral fait un an avant sa mort.

Source : Musée protestant de La Rochelle, Collection de l’auteur, mars 2008


François 1er se désintéresse du Canada

En guerre contre l’Espagne et l’Angleterre les autorités royales se désintéressent du Canada et n’envoie aucun secours à France-Roi. Des intérêts privés dépêchent des vaisseaux pour

ramener le vice-roi Roberval et ses gens. Seuls quelques explorateurs reprendront la route du Canada. Il faudra attendre jusqu'en 1578 pour voir de nouveau la France manifester un

quelconque intérêt pour l'exploration.

Deux colonies huguenotes en Amérique

Par contre Gaspard de COLIGNY, amiral de France et chef des protestants français, organise deux voyages en Amérique pour établir une colonie pour les protestants. En 1555

trois navires, commandés par Nicolas DURAND de Villegaignon, vice-amiral de Bretagne et financés par le roi, jettent l'ancre avec 600 personnes à la rivière de janvier (Rio de

Janeiro) au Brésil. En mars 1560 les Portugais, alertés par les Jésuites, détruisent le fort Coligny. En 1562 Jean RIBAULT part en voyage d'exploration pour la Floride. En 1564

LAUDONNIÈRE arrive avec 300 personnes. En 1565 RIBAULT revient avec 600 personnes mais les Espagnols arrivent presque en même temps avec une flotte de navires et

1500 personnes. Ils s'établissent à Saint-Augustin, repèrent l'emplacement des Français et le détruisent.

*********

Sources : Canada-Québec, synthèse historique, pages 36-40. Lacoursière, Jacques et Vaugeois, Denis; Histoire du Canada Français,

vol. 1, page 24. Trudel, Marcel


1543


No

Navires

Tge

Maître

Proprio

Armateur

Provenance

Destination

Retour

50

1543

       

France dép été 1543

Québec

France printemps 1644


No

Membres d'équipage et passagers

Observations diverses

Sources

50

En guerre contre l’Espagne et l’Angleterre le roi François 1er se désintéresse de France-Roi et n’envoie aucun secours. On dépêche des vaisseaux pour ramener le vice-roi Roberval et ses gens. Sulte (1) écrit que Jacques CARTIER (?) commandait cette expédition partie de France en automne 1643 et revenue au printemps de 1644.

Canada-Québec, synthèse historique : 36-37

HCF, 1 : 24 (1)


1571


No

Navires

Tge

Maître

Proprio

Armateur

Provenance

Destination

Retour

51

L'Espérance

60 Tx

Guillaume ALLENE

Patris HUS, marchand et bourgeois de La Rochelle et Miles de QUENSON, de Bristol (Angleterre)

La Rochelle dép mar 1571 ou avant

Terre-Neuve


No

Membres d'équipage et passagers

Observations diverses

Sources

51

Devant le notaire Tharazon, à La Rochelle le 5 novembre 1570, Patris HUS, marchand et bourgeois de La Rochelle, et Miles de QUENSON, marchand de Bristol en Angleterre, s'engagent à verser à Guillaume ALLENE, marchand et bourgeois de La Rochelle, la somme de 700LT pour l'avitaillement de l'Espérance, un navire de 60 Tx,  pour un voyage à Terre-Neuve « à la pêche des morues, gresses et autres poissonneries où le dit ALLAINE promet et sera tenu envoyer le dit navire dans mars prochain ou plutôt se faire se peut ». Promet aussi de  munir le navire de douze pièces d'artillerie garnies de leurs boîtes, poudre et boulets pour suffire à sa défense et aussi de fournir le nécessaire pour la pêche et le ravitaillement des pêcheurs.

APC, 15, 1967

Nouveaux documents sur Champlain et son époque: 5,6 in web Pionniers
Tharazon 1570, 15/11 (LR)

1574

No

Navires

Tge

Maître

Proprio

Armateur

Provenance

Destination

Retour

52

La Grâce de Dieu

 

Jean de LOUDEL, capitaine

   

Honfleur

Terre-Neuve ou Canada

 

53

Le Dauphin

 

Esmond de SAHURS, capitaine

   

idem

idem

 

54

Le Sauveur

70 Tx

Michel ADVISSE, capitaine

   

idem

idem

 

55

La Renommée

Jean POESSON, maître

   

idem

idem

 

56

Le Charles

150 Tx

Robert DANIEL, capitaine

   

idem

idem

 

57

La Madeleine

Jean GEFFROY, capitaine

   

idem

idem

Pris par des Rochelais


No

Membres d’équipage et passagers

Observations diverses

Sources

52

   

NFCC, note II : 291

(communications de Philippe Beaulieu)

53

   

idem

54

   

idem

55

   

idem

56

Membres d’équipage :

- FICHOT, Étienne

Parmi l’équipage : Étienne FICHOT, pilote.

idem

57

Capturé par ceux qui tiennent « le parti en la ville de La Rochelle ».

idem


1575


No

Navires

Tge

Maître

Proprio

Armateur

Provenance

Destination

Retour

58

L'Espérance

60 Tx

Guillaume ALLENE

Patris HUS, marchand et bourgeois de LR et Miles de QUENSON, de Bristol (Angleterre)

La Rochelle dép mar 1571 ou avant

Terre-Neuve

 

59

L ‘Étoile

Pierre PINCHEMONT

   

Honfleur

Terre-Neuve ou Canada

 

60

Le Dauphin

150 Tx

Esmond de SAHURS

   

idem

idem

 

61

La Sansue

Guillaume Le LIÈVRE, capitaine

   

idem

idem

 

No

Membres d'équipage et passagers

Observations diverses

Sources

58

 

Devant le notaire Tharazon, à La Rochelle le 5 novembre 1570, Patris HUS, marchand et bourgeois de La Rochelle, et Miles de QUENSON, marchand de Bristol en Angleterre, s'engagent à verser à Guillaume ALLENE, marchand et bourgeois de La Rochelle, la somme de 700LT pour l'avitaillement de l'Espérance, un navire de 60 Tx,  pour un voyage à Terre-Neuve « à la pêche des morues, gresses et autres poissonneries où le dit ALLAINE promet et sera tenu envoyer le dit navire dans mars prochain ou plutôt se faire se peut ». Promet aussi de  munir le navire de douze pièces d'artillerie garnies de leurs boîtes, poudre et boulets pour suffire à sa défense et aussi de fournir le nécessaire pour la pêche et le ravitaillement des pêcheurs.

APC, 15, 1967

Nouveaux documents sur Champlain et son époque: 5,6 in web Pionniers
Tharazon 1570, 15/11 (LR)

59

   

NFCC, note II : 292

(communications de Philippe Beaulieu)

60

   

idem

61

   

idem

 

Les Anglais recherchent le passage du Nord-Ouest

L'avènement d'Élisabeth Ière au trône et surtout la défaite de l'Invincible Armada espagnole en 1588, qui consacre la suprématie maritime de l'Angleterre, amènent les Anglais

à s'intéresser eux aussi au Cathay. Entre 1576 et 1578 Martin FROBISHER effectue trois voyages à la recherche d'un passage par le nord-ouest vers la Chine. À son premier voyage

en 1576 FROBISHER explore le détroit qui portera son nom et croit qu'il mène à l'Asie. Au retour la Company of Cathay est fondée, son but est la découverte de mines d'or dans

les nouveaux territoires. Au deuxième voyage en 1577 on ramène des minéraux que l'on prenait à tort pour de l'or. Une flotte de 15 navires avec 400 hommes est envoyée en 1578

pour établir une colonie sur l'île de Baffin. De violentes tempêtes et les glaces compromettent l'expédition et le projet de colonisation est abandonné.

Cinq marins disparus chez les Inuit

Lors du premier voyage en 1576 des Inuit viennent échanger de la viande et des fourrures contre des vêtements et des babioles. Un d’entre eux accepte de piloter le vaisseau dans la

« Mer de l’Ouest ». Le 20 août cinq marins désobéissent aux ordres de FROBISHER en ne laissant simplement pas sur le rivage l’Inuit, mais ils se rendent plutôt avec lui à son village,

vraisemblablement pour commercer eux-mêmes avec les Inuit. Les Anglais présument qu'ils ont été capturés. Selon la tradition orale des Inuit, les cinq hommes perdus ont été aidés

par eux. Pendant trois jours les Anglais longent la côte dans l’intention de s’emparer d’Inuit à échanger contre leurs hommes. Revenu au point où les marins avaient disparus, les

Inuit aussi n’y étaient plus. Au moment de quitter le détroit l’équipage du navire prend en otage un homme, naviguant avec son kayak près de leur embarcation, et s'en retourne en

Angleterre. Le navire de FROBISHER arrive à Londres le 9 octobre 1576 avec à son bord, l’indigène et son kayak. L'homme fit fort sensation. Mais il mourut peu après.

*********

Sources : Canada-Québec, synthèse historique, pages 40-41. Lacoursière, Jacques et Vaugeois, Denis; Dictionnaire biographique du Canada en ligne, Martin FROBISHER in

http://www.biographi.ca/FR/index.html

1576

No

Navires

Tge

Maître

Proprio

Armateur

Provenance

Destination

Retour

62

Le Gabriel

20 Tx

Martin FROBISHER et Christopher HALL

   

Ratcliff dép 7 jun

Nord-Ouest du Canada 28 jul l'île Résolution

Londres 9 oct

63

Le Michael

25 Tx

Owen GRIFFYN, capitaine

   

idem

Nord-Ouest du Canada vers 28 jul

Demi-tour vers Angl.

64

1576-3e

10 Tx

     

idem

Nord-Ouest du Canada

naufragé avant 28 jul

65

1576-4e

       

idem

Nord-Ouest du Canada

 

66

Le Saint-Jean

 

Jean Le CORDIER dit Vallin, capitaine

   

Honfleur

Terre-Neuve ou Canada

 

67

La Romaine

 

Jean POESSON, capitaine

   

idem

idem

 

68

L’Espérance

 

Richard BARIL, capitaine

   

idem

idem

 

69

L’Espérance

120 Tx

Jean DUNEPVEU, capitaine

   

idem

idem

 

70

La Marie

70 Tx

Jean COUREL, capitaine

   

idem

idem

 

71

La Françoise

70 Tx

   

idem

idem

 

72

La Madeleine

Jean GEFFROY, capitaine

   

idem

idem

 

73

La Licorne

100 Tx

Jean FAROULT dit Placidas, capitaine

   

idem

idem

 

No

Membres d'équipage et passagers

Observations diverses

Sources

62

 

Michael LOK, directeur de la Muscovy Company, appuie FROBISHER pour un voyage d’exploration pour le passage du nord-ouest. Les deux hommes réunissent £875 de la part de 18 donateurs. LOK débourse £700 de plus. Ils font construire le Gabriel, un bâteau d’environ 20 Tx et achète le Michael, un vaisseau d’environ 25 Tx et une pinasse de 10 Tx. Puis c’est le départ de Ratcliff près de Londres le 7 juin 1576 du navire le Gabriel commandé par le capitaine Christopher HALL. La flotte de trois ou quatre petits navires, avec un équipage en tout de 35 hommes, est commandée par l’amiral et pilote Martin FROBISHER. La Reine elle-même salue leur passage à Greenwich. Le 26 juin retardés par les vents ils arrivent aux Îles Shetland et mettent le cap à l’ouest. Le 28 juillet c’est l’arrivée à l'île Résolution, terre la plus à l'est de l'arctique après le Gröenland, puis la première rencontre avec les Inuit et le fameux incident de la disparition de cinq marins. Les Anglais prennent en otage un homme, naviguant avec son kayak près de leur embarcation, et s'en retourne en Angleterre. Arrivée à Londres le 9 octobre 1576 du navire de FROBISHER avec à son bord, l’indigène et son kayak, qui fit fort sensation. Mais l'homme mourut peu après.

FROBISHER in web DBC
web Civilisations

63

 

Le Michael, commandé par le capitaine Owen GRIFFYN, un des quatre navires de l'expédition de 1576 de FROBISHER, probablement celui qui fait demi-tour vers l'Angleterre après une traversée houleuse de six semaines, son équipage ayant pris peur.

idem

64

 

Le plus petit des quatre navires de l'expédition de 1576 de FROBISHER qui coule un peu avant le 28 juillet 1576.

idem

65

 

Un des quatre navires de l'expédition de 1576 de FROBISHER dont on ignore le sort.

idem

66

   

NFCC, note II : 292

(communications de Philippe Beaulieu)

67

   

idem

68

   

idem

69

   

idem

70

   

idem

71

   

idem

72

   

idem

73

   

idem

 

Code de couleur des navires

marchands français

royaux

cabotage

construits en Nouvelle-France

anglais

autres Européens

pêcheurs

en traite et/ou saisies

prises anglaises ou autres

aux Antilles et autres îles

à la baie d’Hudson et/ou au nord

corsaires, flibustiers et pirates

combats, captures et/ou mutineries

avaries, échouages, naufrages et tempêtes

maladies et/ou décès

Accueil

 

Haut de la page