1582


No

Navires

Tge

Maître

Proprio

Armateur

Provenance

Destination

Retour

155

Le Susan Fortune

200 Tx

Richard CLARKE

 

 

Angleterre

Terre-Neuve jul

 

156 à 158

« navires de pêche portugais »

 

 

 

 

Portugal

Terre-Neuve

Capturés par CLARKE

159

Le Georges

 

Jean FAROULT, maître

   

Honfleur

Terre-Neuve ou Canada

 

160

Le Saint-Nicolas

 

Jean RIVES, maître

   

idem

idem

 

161

La Michelle

 

Richard BARIL, maître

   

idem

idem

 

162

L’Espérance

 

Nicolas MORIN, maître

   

idem

idem

 

163

La Marie

 

Jean COUREL, maître

   

idem

idem

 

164

Le Jean

 

Silvestre MORIN, maître

   

idem

idem

 

165

La Catherine

 

Jean POESON, maître

   

idem

idem

 

166

Le Saint-Jean

 

Mathieu Le TELLIER, maître

   

idem

idem

 

167

L’Espoir

 

Thomassin RIVES, maître

   

idem

Terre-Neuve

Pris en mer au retour par Thomas BORSET aoû

168

Le Bon-Espoir

 

Martin BOUDIN, maître

   

idem

Terre-Neuve ou Canada

 

169

1582-15e

 

Michel DUVAL, maître

   

idem

idem

 

170

1582-16e

 

Jean du LONDEL, maître

   

idem

idem

 

171

L’Espérance

 

Jean JOURDAIN

   

idem

idem

 

172

Le Jacques

 

   

idem

idem

 

No

Membres d'équipage et passagers

Observations diverses

Sources

155

 

Richard CLARKE, capitaine anglais du Susan Fortune, de 200 Tx, se rend à Terre-Neuve faire la pêche en juin 1582. Ayant reçu mission de s'emparer des navires de pêche espagnols et portugais, il réussit à capturer trois navires portugais qu'il pillera. Le nom de son navire est peut-être The Delight et on parle de piraterie.

DBC, 1 : 234-235, 343
 

156 à 158

 

Trois « navires de pêche portugais » capturés par Richard CLARKE vers le mois de juillet.

idem

159

 

NFCC, note II : 295 (réf. fournie par Philippe Beaulieu)

160

 

Le maître du navire Jean RIVES est dit de Vatteville.

idem

161

   

idem

162

   

idem

163

   

idem

164

   

idem

165

   

idem

166

   

idem

167

 

« Pris et dépredé en mer, faisant retour des Terres-Neuves au mois d’août 1582, par un Anglais nommé Thomas BORSET. » 

idem

168

   

idem

169

   

idem

170

   

idem

171

   

idem

172

   

idem


Prise de possession officielle de Terre-Neuve par Sir Humprey GILBERT

Le 5 août 1583 à St-Jean à Terre-Neuve, Sir Humprey GILBERT prend possession officielle du territoire au nom de la reine Élisabeth Ière. Les pêcheurs présents se soumettent

et acceptent ses exigences. L'explorateur est à la recherche de métaux précieux. À son retour vers l'Angleterre son navire, le Squirrel, fait naufrage et il trouve la mort.
*********

Sources : Canada-Québec, synthèse historique, pages 41. Lacoursière, Jacques et Vaugeois, Denis.

1583

No

Navires

Tge

Maître

Proprio

Armateur

Provenance

Destination

Retour

173

Le Chardon

50 Tx 

Étienne BELLENGER

Jacques de CHARDON de Tressonville, Michel COSTÉ 

 

Havre-de-Grâce dép 19 jan

Cap-Breton 7 fév.,

dép début mai

France fin mai 

174 à 178

« cinq navires malouins »

 

Michel FROTET de

LaBardelière

   

St-Malo

Fleuve St-Laurent

179

Le Squirrel

 

Sir Humprey GILBERT

   

Plymouth (Angleterre)

St-Jean (T-N) 5 aoû

Coulé au retour

180

Le Nicolas

 

Jean RIVES, maître

   

Honfleur

Terre-Neuve ou Canada

 

181

La Michelle

 

Richard BARIL, maître

   

idem

idem

 

182

Le Jacques

 

Jean Le CORDIER, maître

   

idem

idem

 

183

Le Saint-Adrien

 

Jean CARESME, maître

   

idem

idem

 

184

Le Saint-Pierre

 

Jean JOURDAIN, maître

   

idem

idem

 

185

La Madeleine

 

Nicolas MORIN, maître

   

idem

idem

 

186

Le Bon-Espoir

 

Jean de SENS, maître

   

idem

idem

 

187

La Marie

 

Jean COUREL, maître

   

idem

idem

 

188

Le Georges

 

Jean FAROULT, maître

   

idem

idem

 

No

Membres d'équipage

et passagers

Observations diverses

Sources

173

Membres d'équipage :

- COSTÉ, Michel

Le Chardon, un trois-mâts, appartenant à Jacques de CHARDON de Tressonville, gentilhomme de l'entourage du cardinal de BOURBON, est armé en novembre 1582 pour l'exploration au sud et à l'ouest du Cap-Breton en vue du trafic avec les Indiens et d'y établir un comptoir. Michel COSTÉ, un pilote d'expérience de Rouen, est engagé comme capitaine et pilote. Il devient propriétaire d'un tiers du navire et doit engager 10 hommes d'équipage. Commandé par Étienne BELLENGER, un Rouennais, probablement un marchand, le navire qui transporte une pinasse a 20 hommes d'équipage et part de Havre-de-Grâce le 19 janvier 1583 et arrive au Cap-Breton le 7 février suivant. Après avoir explorer la partie ouest de la péninsule acadienne (Nouvelle-Écosse), les côtes de l’Atlantique et de la baie Française (Fundy), BELLENGER, au fond de la baie des Mines (Minas Basin), prend possession du territoire au nom du cardinal de BOURBON. Puis, il suit la côte jusqu'à la rivière Pentagouët (Penobscot). L'explorateur est déposé à terre avec la pinasse au moins 10 à 12 fois. Il relève les ressources forestières et minérales des régions visitées et tout au cours de son voyage, il fait la traite des fourrures. Il abandonne son projet d'y établir un poste et après quatre mois part vraisemblablement au début mai et arrive en France à la fin de ce mois. En 1584 Jacques de VAULT dresse une carte de l'Atlantique nord du Cap-Breton à la rivière Penobscott d'après les nouvelles informations de BELLENGER.

DBC, 1 : 90 in web Pionniers
HNF, 2: 19

BELLENGER in web DBC

174 à 176

   

 

179

 

Le 5 août 1583 à St-Jean à Terre-Neuve, Sir GILBERT prend possession du territoire au nom de la reine Élisabeth Ière et les pêcheurs présents acceptent ses exigences. Au retour il trouve la mort dans le naufrage de son navire.

Canada-Québec; Synthèse historique : 41

180

   

NFCC, note II : 295 (réf. fournie par Philippe Beaulieu)

181

   

idem

182

   

idem

183

   

idem

184

   

idem

185

   

NFCC, note II : 296 (réf. fournie par Philippe Beaulieu)

186

   

idem

187

   

idem

188

   

idem

 

1584

 

No

Navires

Tge
Maître

Proprio

Armateur

Provenance
Destination
Retour

189

« navire de Bellenger »

 

Étienne BELLENGER

 

 

Honfleur d. avant 1er mar

Amérique du Nord

 

190

« flottille de LaRoche »

 

Troïlus de LaROCHE de Mesgouez

 

 

St-Jean-de-Luz dép. avr

Nouvelle-France

Coulée au large de la Saintonge

 

No

Membres d'équipage et passagers

Observations diverses

Sources

189

 

Le révérend Richard HAKLUYT, aumônier à l'ambassade d'Angleterre à Paris, entra en relation avec Étienne BELLENGER au retour de son voyage de 1583 et a écrit que celui-ci préparait un autre voyage avant le 1er mars 1584 en armant un trois-mâts et une pinasse à Honfleur à des fins commerciales seulement. On ne sait s'il est revenu de ce voyage

BELLENGER in web DBC

190

 

À Saint-Jean-de-Luz, départ en avril 1584 de LaROCHE, commandant d'une flottille qui transporte 300 personnes vers la Nouvelle-France. Son expédition est commanditée par l'amiral JOYEUSE et le cardinal de BOURBON. Mais le long des côtes de la Saintonge, le plus important des navires fait naufrage mettant ainsi  fin au projet de colonisation appuyé par des armateurs de Saint-Malo et de Saint-Jean-de-Luz.

DBC, 1 : 433

LAROCHE in web DGC

   

Code de couleur des navires

marchands français

royaux

cabotage

construits en Nouvelle-France

anglais

autres Européens

pêcheurs

en traite et/ou saisies

prises anglaises ou autres

aux Antilles et autres îles

à la baie d’Hudson et/ou au nord

corsaires, flibustiers et pirates

combats, captures et/ou mutineries

avaries, échouages, naufrages et tempêtes

maladies et/ou décès

 

Accueil

 

Haut de la page