Fac-similé d'une carte de Québec publié dans les Voyages de Champlain, édition 1613

  

1613

Prise de l'Acadie

par Samuel ARGALL


Attaque et destruction de Saint-Sauveur et de Port-Royal par Samuel ARGALL

Samuel ARGALL, un des chefs de la colonie de Virginie, vient faire la pêche à l’île des Monts-Déserts. Au début de juillet 1613 il aperçoit le nouveau poste de Saint-Sauveur,

établi par les Jésuites à la demande de la marquise de Guercheville. Il attaque le fort à peine commencé, qu'il pille et s'empare du Jonas. Environ 48 personnes se trouvaient

alors à Saint-Sauveur, dont seize membres d'équipage du Jonas. Il fait plusieurs prisonniers et en emmènent quinze à Jamestown, en Virginie. Il les sauve de la potence en

montrant au maréchal de la Virginie, qui les dit des pirates, les commissions officielles qu'il a prise. Le gouverneur de Virginie, Thomas GATES, lui ordonne de retourner en

Acadie et de brûler tous les établissements français, leurs vaisseaux et de renvoyer les prisonniers chez eux. Il ramène avec lui 8 des prisonniers dont le capitaine Charles ou

Denys FLEURY (en laisse 6 en Virginie) avec le Treasurer, le Jonas et une barque française. Il arrive en octobre à Saint-Sauveur qu'il rase, puis de même à Sainte-Croix et

Port-Royal. Après son départ le 9 novembre 1613 une violente tempête disperse les navires : la barque disparaît, le navire d'ARGALL réussit à rejoindre la Virginie après trois

semaines. ARGALL part pour l’Angleterre en amenant FLEURY et deux autres Français.

Selon l'historien Lucien Campeau : Sainte-Croix étant en dehors des limites du territoire revendiqué par les Anglais, celui concédé à la Compagnie de Virginie, soit le quarante-

cinquième degré de latitude, l'attaque d'ARGALL contre ce poste était donc ainsi absolument indéfendable. Le 20 avril 1606 le roi Jacques 1er d'Angleterre a concédé le territoire

côtier, compris entre les 34e et 45e degré de latitudes nord, à deux compagnies ce qui incluait le territoire concédé par le roi de France à Poutrincourt compris  entre le 40e et

le 46e degré.


De plus survenue en temps de paix cette attaque a fait l'objet de vives plaintes en Angleterre. Le 2 février 1614 à Londres, le Conseil privé d'Angleterre donne comme réponse
aux dits seigneurs du Canada malgré leur requête auprès des trésoriers et Conseils de Virginie, et que n'ayant aucunes nouvelles du capitaine ARGALL, attendu
au printemps, ils
s'informeront alors. Ils puniront comme il se doit les malfaiteurs, restitution et satisfaction seront rendues aux parties intéressées.

Rapport est fait le 17 février 1614 par l’ambassadeur de France à Londres de sa rencontre avec le roi d’Angleterre au sujet de l’affaire ARGALL. Jacques 1er lui a donné

l’assurance que son vice-roi ou amiral, le gouverneur Thomas GATES, commandant en la Virginie, sera mandé de libérer tous les Français détenus par eux et de les faire conduire

en sûreté par le premier navire en partance.

Dans une lettre datée du 8 juin 1614 l’ambassadeur de France à Londres averti le chancelier BRULART qu’un navire, commandé par le général Thomas DALE partira dans dix jours 
pour aller en Virginie. Mandat lui est donné par le roi de la Grande-Bretagne de ramener tous les Français qui y sont détenus. Il obtient aussi le 21 juin 1614 la main-levée sur le 
Jonas, navire de la marquise de Guercheville, pris durant l’attaque d’ARGALL contre Saint-Sauveur en Acadie. Le capitaine Charles ou Denis FLEURY, prisonnier

en Angleterre, conduit le navire jusqu’à Rouen où il arrive le 26 août 1614.

********

Sources : Histoire de la Nouvelle-France, pages 128-135. Trudel, Marcel; Relations des Jésuites, vol. 4, pages 14, 28, 38, 232 in http://puffin.creighton.edu/jesuit/relations/


1613


No

Navires

Tge

Maître

Proprio

Armateur

Provenance

Destination

Retour

375

L’Espérance

80-100 Tx

Jehan LABRECQUE, maître

Feu Pierre THERON

 

Terre-Neuve

Le Havre

376

« navire de Gravé »

 

François GRAVÉ

   

France

Tadoussac avant

jun, dép 11 aoû

La Rochelle 10 sep

377

Le Soleil

     

BODIER,GEORGES, MACAIN, DORLIAC,  PICASSARY, PROU

La Rochelle

Québec (p-ê)

 

378

1613-3e

     

Thomas PORÉE LESCHESNES,

de St-Malo et d'autres

Rouen ou Honfleur

dép 6 mar

Tadoussac 29 avr

 

379

« navire de LaMoinerie  »

 

LaMOINERIE,

cap. de St-Malo

 

idem

idem

   

380

« navire de LaTremblaye »

 

LaTREMBLAYE, capitaine

 

idem

Rouen ou Honfleur

   

381

La Nativité

 

Guillaume Le TESTU

   

Normandie

Québec

 

382

La Grâce de Dieu

60 Tx

Jean DAUNE, capitaine

   

France

Port-Royal

 

383

Le Jonas

150 Tx

René LECOQ de LaSaussaye, com;

puis TURNELL; Chs ou Denys FLEURY, cap. d’Angl. à Rouen

 

LaSaussaye et

Mme de Guercheville

Honfleur dép 12 mar

Port-Royal, pris

par les Anglais

Virginie, Acadie oct, dép 9 nov, Açores, Angleterre, Rouen 26 aoû 1614

384

« barque française »

 

 

idem

France

Acadie, pris par

les Anglais, perdue

385

Le Treasurer

 

Samuel ARGALL capitaine

   

Angleterre ou Virginie

Port-Royal 2 jul

Virginie, Acadie oct, dép 9 nov, Virginie

386

Le Sauveur

 

Vible BULLOT, capitaine

   

France

Cézambre ou Passebec (Acadie)

St-Malo

387

« navire de Robert Gravé »

 

Robert GRAVÉ

   

idem

idem

idem

 

No

Membres d'équipage et passagers

Observations diverses

Sources

375

Le 16 janvier 1613 état de compte entre Jehan de LABRESQUE, maître de l’Espérance et Michel THERON, de Rouen, concernant ce qui revient au père de ce dernier, feu Pierre THERON, bourgeois des trois quarts du navire de retour de Terre-Neuve. (Tabellionage du Havre, infos fournies par Romain Labercque)

Communications de Romain Labrecque

376

Membres d'équipage :
- THIBAULT, ,   

capitaine de La Rochelle

Passager arrivée :
-
CHAMPLAIN (de), Samuel

- MARSOLET, Nicolas

(prob. dans ce navire)

- * GODET, sieur duParc, Jean

Nicolas MARSOLET, qui deviendra interprète des langues indiennes, est arrivé en 1613 avec CHAMPLAIN dans le navire commandé par François GRAVÉ. Jean GODET du Parc vint à Québec en 1613, sans doute dans ce navire. Pour retourner au Canada Nicolas VIGNAULT a menti en disant avoir vu un navire anglais à la baie d'Hudson en 1612. Ce qui avait incité CHAMPLAIN à s'y rendre par la rivière des Outaouais malgré l'opposition des Algonquins de Tessouat qui occupaient dans l'Île aux Allumettes la tête des rapides et l'entrée du portage. Ils profitaient de leur situation pour exiger des traiteurs indigènes un droit de passage et étaient menacer de perdre ce droit lucratif si les Français allaient eux-mêmes commercer dans les pays d'en-haut. Pour expliquer leur opposition au voyage de CHAMPLAIN, ils prétendirent faussement que les Népissingues étaient une nation ennemie. C'est après les vives protestations des Indiens que VIGNAULT avoua son mensonge. Les Algonquins font donc pression pour que CHAMPLAIN ne se rende pas au pays des Népissingues. Ils établissent alors « une ligne de conduite dont ils ne devaient jamais s'écarter et qui consistait à entraver l'avance des Français vers d'autres tribus afin de ne rien perdre des avantages dont ils jouissaient dans la traite des fourrures ». (1) (Elsie McLeod Jury) CHAMPLAIN plante tout de même une croix aux armes de la France sur cette île, inaugurant ainsi la route française de l'Ouest.

CHAMPLAIN a dressé une carte de Québec en 1613 publié dans Voyages de Champlain.

(Voir le fac-similé)

DBC, 1 : 197, 653, 678-679 (1) in web Pionniers
DGFQ : 1127

HC, Lanctôt, 1: 148 in web Pionniers

HCF, 1 : 108

377

Passagers arrivée :
(p-ê dans ce navire)

- * VIGNAULT, Nicolas

Le marchand Pierre ou Daniel BODIER forme une société avec Samuel GEORGES (autre marchand), Jean MACAIN, Jean PROU, Arnaud DORLIAC, Joseph PICASSARY et obtiennent un passeport de CONDÉ pour un navire le Soleil en 1613. C'est l'un des quatre navires indépendants pas au courant de l'interdiction du commerce au Canada. Ils se font tout saisir par leurs concurrents : navire, castors et marchandises. Le sieur GEORGES, marchand de La Rochelle, donne passage à VIGNAULT en 1613 pour Québec.

DGFC, 1 : 264
DGFQ : 1127

HCF, 1 : 126, 127

HNF, 2 : 192, 467

378

Passager arrivée :
-
BOYER, Daniel

Départ de Rouen ou Honfleur, un des quatre navires indépendants pas au courant de l'interdiction du commerce au Canada. Il y a à bord un chirurgien de Rouen du nom de BOYER, sans doute le marchand Daniel BOYER, de Rouen

HCF, 1 : 126, 127; 2 :  178, 191, 207, 241, 291

379

 

Un des quatre navires indépendants pas au courant de l'interdiction du commerce au Canada

idem

380

 

idem

idem

381

 

Web Michel Robert

382

 

Le capitaine Jean DAUNE revient à Port-Royal en 1613 avec son navire la Grâce de Dieu.

HNF, 2 : 102, 137

383

Membres d'équipage :
-
BAILLEUL, Isaac ou Israël, pilote

- FLEURY, Charles ou Denys, capitaine

(p-ê)
- * DUPONT, Sauveur,

le jeune
- * YEON, Alain, pilote

Passagers arrivée :

- DIROU, Jean

- DUTHET, Gilbert

(prob. sur ce navire)

- * LALEMANT, Charles

Passagers départ pour la Virginie :

- CRITO, Guillaume

- DIROU, Jean

- cinq autres Français

Le 12 mars 1613 La Saussaye part de Honfleur avec son navire à destination de Port-Royal avec à son bord des prêtres, des colons, des chevaux, des chèvres et tout ce qui est nécessaire pour un nouvel établissement. Le facteur Jean DIROU est à bord comme passager. Les Relations mentionnent que le père jésuite Charles LALEMANT a accompagné La Saussaye à Pentagoüet. Il a probablement traversé l’Océan dans ce navire. C’était le premier voyage des Jésuites en Acadie.

Le 20 juin Charles ou Denys FLEURY, maître du navire à Saint-Sauveur, attend depuis trois semaines de décharger marchandises, munitions et artillerie, mais La Saussaye lui demande un nouveau délai. Le 29 juin FLEURY lui demande au moins de décharger les dix pièces de canon sinon il se décharge de toutes responsabilités car on a eu des avertissements de quelques navires anglais « à la dicte coste ». On ne fit rien puis le 2 juillet le navire est pris par l'Anglais Samuel ARGALL et son lieutenant TURNELL, qui font prisonnier 45 Français dont 15 s'en allèrent rejoindre des pêcheurs anglais aux îles Pencoit, 15 autres partent avec ARGALL, en Virginie dont le sieur LAMOTHE et le capitaine FLEURY, blessé au pied durant la bataille, et les 15 autres avec des pêcheurs français. Marcel Trudel mentionne la présence à bord du navire du Jésuite Gilbert DUTHET et du pilote, Isaac ou Israël BAILLEUL. Le Jésuite, en l’absence du canonnier lors de l'attaque, et n’étant « paoureux, ny coûart », met la mèche et tire du canon, mais il vise mal ou pas du tout et ne fait que du bruit, puis il reçoit « un coup de mousquet dans le corps » et est mortellement blessé. Quant au pilote, il saute dans une chaloupe avec l'intention d'aller au-devant mais prudemment il choisit plutôt de se retirer derrière une île. Se tenant à l'écart le jour il visite les prisonniers la nuit avec ses 14 matelots. Après le départ d'ARGALL, ils finiront par se joindre au groupe de colons à la recherche de bâteaux de pêche français. Quant au Jonas, il est conduit jusqu'en Virginie par TURNELL. Après les nouveaux ordres du gouverneur de Virginie, TURNELL ramène le navire, en Acadie en octobre. Après leur départ le 9 novembre 1613 lors d'une violente tempête les navires sont séparés et le Jonas est dérouté jusqu'au Açores. Guillaume CRITO, domestique des Jésuites et Jean DIROU, facteur, étaient à bord avec cinq autres prisonniers français.

L’ambassadeur de France à Londres obtient le 21 juin 1614 le main-levée sur le Jonas, navire de la marquise de Guercheville, pris durant l'attaque d'ARGALL contre Saint-Sauveur en Acadie. Le capitaine Charles ou Denys FLEURY, prisonnier en Angleterre, conduit le navire jusqu’à Rouen où il arrive le 26 août 1614.

DBC, 1 : 104, 452
HCF, 1 : 127 Relation de Biard, 1616, in Campeau, Mon.
NF, Campeau, l : 424-425, 430, 563 (2) in web Pionniers

HNF, 2 : 128-135
RJ, 4 : 14, 28, 78, 232

384

 

« Barque française » prise par l'Anglais Samuel ARGALL et son lieutenant TURMEL.

HCF, 1 : 127 HNF, 2 : 128-135
RJ, 4 : 28, 78

385

Membres d'équipage :
- TURNELL, , lieutenant

Prisonniers départ :

- FLEURY, Charles ou Denys

L'attaque de la colonie de Saint-Sauveur par Samuel ARGALL survient soit le 2 (1) ou le 3 juillet (2) 1613. Il s'empare du Jonas et du fort à peine commencé, qu'il pille. Environ 48 personnes se trouvaient alors à Saint-Sauveur, dont seize membres d'équipage du Jonas. Il fait plusieurs prisonniers et en emmènent quinze à Jamestown, en Virginie. Il les sauve de la potence en montrant au maréchal de la Virginie, qui les dit des pirates, les commissions officielles qu'il a prise. Le gouverneur de Virginie, Thomas GATES, lui ordonne de retourner en Acadie et de brûler tous les établissements français, leurs vaisseaux et de renvoyer les prisonniers chez eux. Il ramène avec lui 8 des prisonniers dont le capitaine Charles ou Denys FLEURY (en laisse 6 en Virginie) avec le Treasurer, le Jonas et une barque française et arrive en octobre à Saint-Sauveur, qu'il rase, puis Sainte-Croix et Port-Royal. Après son départ le 9 novembre 1613 une violente tempête disperse les navires : la barque disparaît, le navire d'ARGALL réussit à rejoindre la Virginie après trois semaines. ARGALL part pour l’Angleterre en amenant FLEURY et deux autres Français.

Canada-Québec; Synthèse historique : 48
DBC, 1 : 68 , 308, 452 (1) in web Pionniers
Mon.
NF, Campeau, I : 288, 307-310, 424-425, 430 in web Pionniers

HNF, 2 : 128-135
RJ, 4 : 28, 78 (2)

386

 

Navire de pêcheurs français, commandé par Vible BULLOT, à Cézambre ou Passebec qui recueille quelques uns des 15 Français, épargnés par l'Anglais Samuel ARGALL, dont le père jésuite Ennemond MASSÉ, et 14 matelots, tous passagers dans une chaloupe. Isaac ou Israël BAILLEUL embarque aussi avec ses matelots soit dans le Sauveur ou dans le navire de Robert GRAVÉ, qui les conduit jusqu'à St-Malo.

HNF, 2 : 13, 132, 467

RJ, 4 : 14, 28, 78

387

 

Un des deux navires de pêcheurs français à Cézambre ou Passepec, commandé par Robert GRAVÉ, recueillant quelques uns des 15 Français et 14 matelots, tous passagers d'une chaloupe.

idem

                                      autres gens de mer et passagers de 1613                      émigrants de 1613

1614


No

Navires

Tge

Maître

Proprio

Armateur

Provenance

Destination

Retour

388

« navire français »

       

France

Terre-Neuve,pillé par des pirates

 

389 à 396

« flotte de pirates »

 

Henry MAINWARING

     

Terre-Neuve 4 jun, dép mi-sep

 

397

Le Discovery

 

William GIBBONS, capitaine

 

Northwest Company

Angleterre dép mar 1614

Passage du Nord-Ouest

Angleterre automne 1615

398

La Grâce de Dieu

 

Poutrincourt

   

France

Port-Royal été

France

399

« navire de Gravé »

 

François GRAVÉ

   

idem

Québec

 

400

« navire de Robert Gravé »

 

Robert GRAVÉ

   

idem

Acadie

 

No

Membres d'équipage et passagers

Observations diverses
Sources

388

 

Navire français qui se fait prendre 10 000 poissons par le pirate Henry MAINWARING.

DBC, 1 : 491-492 in web Pionniers

389 à 396

 

Flotte de huit navires armés du pirate Henry MAINWARING qui arrive le 4 juin 1614 dans les eaux de Terre-Neuve. Il repart à la mi-septembre après avoir pillé plusieurs ports dont 10 000 poissons pris à un navire français et amène 400 hommes enlevés dans des bateaux de pêche, à raison d'un marin sur six.

DBC, 1 : 491-492 in web Pionniers

397

Membres d'équipage :
- BYLOT, Robert

La Company of the Merchants Discoverers of the North-West Passage finance ce deuxième voyage vers l’arctique, l’East India Company accorde aussi son appui, et cette fois c’est le capitaine William GIBBONS qui commande le Discovery pour la recherche du passage du Nord-Ouest vers l'Asie. À cause des  glaces très fortes à l’entrée de la baie d’Hudson le navire doit redescendre le long de la côte du Labrador mais reste pris dans les glaces dix semaines environ vers le 58" ½ de latitude dans une baie sans aucun doute baie Saglek. Quand on réussit à dégager le navire la saison est déjà fort avancée et on rentre alors en Angleterre.

William GIBBONS in web DBC

web Explorateurs

398

 

À son retour à Port-Royal à l'été 1614 Poutrincourt se rend compte du désastre : la destruction des lieux par Samuel ARGALL. Son fils Charles de BIENCOURT et quelques colons ont passé un hiver bien pénible. Poutrincourt ramène en France quelques uns d'entre eux mais d'autres décident de demeurer à Port-Royal avec de BIENCOURT.

Canada-Québec; Synthèse historique : 48

DGAA (web)

399

 

En 1614 François GRAVÉ vient à Québec.

François GRAVE in web DBC

400

 

Robert GRAVÉ revient faire la traite en Acadie en 1614.

HNF, 2 : 13, 132, 467


                                         autres gens de mer et passagers de 1614

L'explorateur français Étienne BRÛLÉ avec des autochtones en 1615 en Nouvelle-France

Charles William Jefferys / BIBLIOTHÈQUE et ARCHIVES Canada / C-073635 in http://www.recitus.qc.ca/images/main.php?g2_itemId=570

Compagnie de Canada

La liberté de commerce amène une vive concurrence et un appât du gain chez les marchands qui exploitent les Amérindiens. De 1613 à 1615 CHAMPLAIN convainc des marchands

de Rouen et de Saint-Malo de s'associer. Un monopole de traite est accordé pour la région supérieure du fleuve à partir de Matane pour 11 ans. La Compagnie de Canada doit

verser un salaire à CHAMPLAIN et transporter six familles par année.

Premiers missionnaires à Québec

L’établissement d’une compagnie stable amène CHAMPLAIN à vouloir des missionnaires pour l’évangélisation des Amérindiens. Par l’intermédiaire d’un ami à Paris les Récollets

adhérent à son projet et souscrivent même 1500L pour subvenir aux besoins des pères. Les pères Denis JAMET, Jean DOLBEAU, Joseph Le CARON et le frère Pacifique

DUPLESSIS accompagnent CHAMPLAIN. Débarqués à Québec le 2 juin 1615 ils y sont les premiers missionnaires.

*********

Sources : Canada-Québec, synthèse historique, pages 54-56. Lacoursière, Jacques et Vaugeois, Denis; Relations des Jésuites, vol. 4, page 262,

note 26 in http://puffin.creighton.edu/jesuit/relations/

1615

No

Navires

Tge

Maître

Proprio

Armateur

Provenance

Destination

Retour

401

Le Discovery

Robert BYLOT, capitaine

 

Northwest Company

Gravesend (Angl.) dép 15 mar 1615

Passage du Nord-Ouest

Angl. automne 1615

402

La Nativité (sans doute)

Guillaume Le TESTU   Jehan BUNNEL, de Honfleur Le Havre, Brouage Canada, île Bonaventure Le Havre ou Honfleur

403

Le Saint-Étienne

350 Tx

François GRAVÉ

   

Honfleur dép 24 avr

Tadoussac 25 mai

 

404

Le Jehan

       

France

Matane

 

405

Le Don de Dieu

 

Henri COUILLARD

Henri COUILLARD

 

idem

Canada

 

406

Le Loyal

 

Guillaume DUGLAS, capitaine

Société du Canada

idem

Canada, Acadie

 
 

No

Membres d'équipage et passagers

Observations diverses

Sources

401

Membres d’équipage :

- BAFFIN, William

Robert BYLOT commande le Discovery en 1615 pour une nouvelle expédition à la recherche du passage du Nord-Ouest. William BAFFIN, pilote à bord du navire, le décrit dans un journal détaillé de l'expédition comme un habile pilote dans les glaces ayant à coeur la santé et le moral de son équipage. William BAFFIN, navigateur compétent et plein de hardiesse, est le premier à calculer une longitude en pleine mer grâce à l’occultation d’une étoile par la lune. Il étudie aussi le détroit d'Hudson, l'extrémité ouest de l'île de Southampton et leurs marées, laissant même avec une carte. Le pilote conclut aussi que l’on ne pouvait atteindre le passage du Nord-Ouest par la baie d’Hudson et à cause des glaces l'expédition prend fin à un endroit où l'on pouvait apercevoir le terre au nord-est. Deux cents ans plus tard W.E. PARRY, un explorateur du XIXe siècle, nomme celle-ci : île de Baffin, en l'honneur du pilote.

William BAFFIN in web DBC

Robert BYLOT in web DBC

402

Jehan SOLLIER, du Havre prête, au taux de 22,5 %, à Jehan BUNNEL, de Honfleur pour l'avitaillement du (en blanc mais sans doute) ''navire la Nativité,'' 150 Tx, maître Guillaume Le TESTU. Le navire ira à la ''Baie'' ou Brouage pour le sel, ensuite au Canada, à l'île Bonaventure pour la pêche et la sècherie et reviendra au Havre ou à Honfleur. Tabellionnage du Havre
2E70, Martin Fresquet
28-03-1615 Le Havre
(communications de  William Lambert)

403

Passagers arrivée :
- CARON (Le), Joseph

- CHAMPLAIN (de), Samuel

- COLIN, Michel
- DOLBEAU, Jean

- DUPLESSIS, Pacifique

- JAMET, Denis

CHAMPLAIN revient à Québec en 1615 dans le navire commandé par François GRAVÉ. C'est son deuxième hivernement. Arrivée de quatre missionnaires récollets dont les pères Joseph Le CARON et Denis JAMAY qui viennent établir à Trois-Rivières une mission sédentaire pour les Indiens. Il y a aussi le frère récollet Pacifique DUPLESSIS. Jetté dans DGFQ écrit que Le CARON est arrivé le 15 juin 1615, JAMAY ou JAMET le 8 juin 1615 et DOLBEAU lui le 2 juin 1615. Michel COLIN, qui a hiverné à Québec en 1615-1616, est aussi sans aucun doute arrivé dans ce navire.

DGFQ : 191, 355, 590
HCF, 1: 135

RJ, 4 : 262, note 26

404

Passagers arrivée :

- GEORGES, Pierre

Pierre GEORGES, marchand de La Rochelle, est à bord de ce navire.

HNF, 2 : 232, 472

RHAF (1956) : 359, 363, 368

405

 

Henri COUILLARD, pilote de navire, est au Canada en 1615 sur le Don de Dieu, l'un des trois navires de ce nom lui appartenant.

HNF, 2 : 54, 67, 153, 209, 469

406

 

Voyage au Canada et en Acadie en 1615 du Loyal, commandé par le capitaine Guillaume DUGLAS, et appareillé par la Société du Canada.

HNF, 2 : 25, 169, 209, 471

                                          autres gens mer et passagers de 1615

1616


No

Navires

Tge

Maître

Proprio

Armateur

Provenance

Destination

Retour

407

Le Discovery

 

Robert BYLOT, capitaine

 

Northwest Company

Gravesend (Angl.) dép 26 mar 1616

Passage du Nord-Ouest

Angleterre 1616

408

« navire de Gravé »

 

François GRAVÉ

 

France

Tadoussac dép 3 aoû

Honfleur 10 sep

409

L'Ange Saint-Michel

 

 

Cie du Canada

idem

Acadie, saisi

 

410

Le Jehan

 

Daniel BRAIGNEAU

   

idem

Matane

 

411

La Nativité

 

Guillaume Le TESTU

   

Normandie

Québec

 

412

La Fortune, de La Tremblade

 

François SOREAU

   

La Rochelle

Port-Royal

 

413

« navire de Robert Gravé »

 

Robert GRAVÉ

   

France

Acadie

 

No

Membres d'équipage et passagers

Observations diverses

Sources

407

Membres d'équipage :

- BAFFIN, William

Cherchant toujours le passage du Nord-Ouest vers l'Asie Robert BYLOT et le pilote, William BAFFIN, font le tour de la baie de Baffin, et des détroits de Smith, Jones et Lancaster et dressent une carte. Ironiquement ils concluent que Lancaster Sound n'est pas le passage recherché. Ce fameux passage vers l'Asie ne sera découvert qu'en 1903 par le Norvégien Roald AMUNDSEN.

William BAFFIN in web DBC

Robert BYLOT in web DBC

408

Passagers arrivée :

(sans doute dans ce navire)

- * GODET, sieur duParc, Jean

- * VIENNE, Marguerite

- * mari de M. VIENNE

Passagers départ :

- CHAMPLAIN (de), Samuel

- CARON (Le), Joseph

- JAMET, Denis

(sans doute dans ce navire)

- * GODEFROY, Thomas

Jean GODET du Parc hiverne à Québec en 1616-1617, il est sans doute arrivé dans ce navire commandé par François GRAVÉ. Marguerite VIENNE, arrivée au Canada avec son mari en 1616, fut la première personne administrée au Canada, le 15 juillet 1616 par le père DOLBEAU, elle mourut le 19 juillet 1616. Elle fut aussi la première femme enterrée avec les cérémonies de l'église. CHAMPLAIN retourne en France où il séjourne jusqu'en 1620. Thomas GODEFROY s’en retourne aussi en France sans doute dans le même navire. Les pères récollets JAMET et Le CARON repassent en France porter plainte auprès des chefs de la Compagnie des Marchands de Rouen et de Saint-Malo au sujet de la conduite de ses agents qui faisaient obstacle au travail apostolique.

HCF, 1: 141
Sagard, Histoire du Canada in DGFC, 1 : 586

Josrph LECARON in web DBC

409

En 1616 saisie par Charles de BIENCOURT et David LOMERON du navire l’Ange Saint-Michel, propriété de la Compagnie du Canada.

DBC, 1 : 487 in web Pionniers

410

Passagers arrivée :

- GEORGES, Pierre

(prob. dans ce navire)

- * BODIER, Pierre ou Daniel

- * GARAT, ...

Pierre GEORGES, marchand de La Rochelle, est à bord de ce navire, commandé par Daniel BRAIGNEAU, qui vient rechercher les hivernants et faire de la traite. GARAT est à Matane en 1616, de même que le marchand Pierre ou Daniel BODIER, sans doute dans ce navire.

HNF, 2 : 192, 232, 467, 472

RHAF (1956) : 359, 363, 368

411

Le navire, commandé par Guillaume Le TESTU, vient pour la traite.

Web Michel Robert

412

Passagers arrivée :

- LOMERON, David

Le navire, commandé par François SOREAU, vient pour la traite des fourrures. David LOMERON est passager à bord.

idem

413

Robert GRAVÉ revient faire la traite en Acadie en 1616.

HNF, 2 : 13, 132, 467

                  

                        autres gens de mer et passagers de 1616              


Code de couleur des navires

marchands français

royaux

cabotage

construits en Nouvelle-France

anglais

autres Européens

pêcheurs

en traite et/ou saisies

prises anglaises ou autres

aux Antilles et autres îles

à la baie d’Hudson et/ou au nord

corsaires, flibustiers et pirates

combats, captures et/ou mutineries

avaries, échouages, naufrages et tempêtes

maladies et/ou décès

Accueil

Haut de la page