Flotte à Tadoussac et Québec en 1637. Il y a à bord d'un des navires

 un nouveau passager, un bébé naissant


    Le 30 juin, d'après le Journal des Jésuites, une chaloupe arrive à Québec avec le père jésuite Paul RAGUENEAU à bord qui annonce la venue des vaisseaux à Tadoussac. Le 5 juillet une barque revient de Tadoussac apportant quelques habitants venus avec les vaisseaux. Le 14 juillet c'est l'arrivée des pères jésuites Claude QUENTIN et Claude PIJART en chaloupe, des « vents contraires retardent les vaisseaux ». On ne sait pas dans quel navire ils sont venus. Trudel ne sait pas combien de navires sont venus cette année-là mais identifie 48 des 120 immigrants. Thierry DESDAMES n’est que de passage à Québec. Selon lui  le Nicolas, commandé par H. LANGEVIN, et armé par Jean TUFFET pour la Compagnie de la  Nouvelle-France, est très probablement venu à Tadoussac en juillet. Deux autres navires sont aussi venus à Québec, l'un commandé par RAYMBAULT et l'autre par FOURNIER. À bord du navire du capitaine RAYMBAULT une passagère, Madeleine au nom de famille inconnue, femme du menuisier Antoine ARNAUD, a accouché d’un garçon, Antoine « baptisé sur mer » le 14 juin 1637 selon le registre de Notre-Dame de Québec. Le capitaine RAIMBAULT est présent lors du baptême.


Embuscade des Iroquois aux Trois-Rivières


      Le 11 août 1637 cinq cents Iroquois tendent une embuscade aux Hurons à leur rencontre annuelle à Trois-Rivières. Des Hurons sont capturés, mais la plupart avec le     père RAGUENEAU qui était parmi eux, réussissent à échapper à leurs ennemis. Les Iroquois menacent même les Français à Trois-Rivières mais monsieur de Montmagny les     tient aux abois et envoie chercher du secours à Québec. Deux chaloupes équipées en guerre arrivent et on prend même des hommes dans les vaisseaux, assez pour armer    quatre autres chaloupes. Une des barques est commandée par le capitaine RAYMBAULT, les deux autres de Québec sont commandées l’une par le capitaine FOURNIER et  l’autre par M. DESDAMES. Heureusement entre temps l'ennemi avait déguerpi.

*********

Sources : Catalogue des immigrants, page 66. Trudel, Marcel; Journal des Jésuites, Relations des Jésuites,

vol. 12 pages 3, 192, 212, 275 note 26 in http://puffin.creighton.edu/jesuit/relations/

                1637           

No

Navires

Tge

Maître

Proprio

Armateur

Provenance

Destination

Retour

559

La Petite Marguerite

70  Tx

 

J. Latreille & autres

Nicolas DENYS

La Rochelle

La Hève (Acadie)

 

560

La Marie,

de St-Jean-de-Luz

100 Tx

   

J. TUFFET pour Pre DESPORTES

idem

Fort Ste-Anne (C-Breton)

 

561

Le Nicolas

 

H. LANGEVIN

 

J. TUFFET pour Cie de  N.-F.

idem

Tadoussac (prob.) jul

 

562

« navire de Fournier »

 

FOURNIER

   

France

Qc 16 juil

 

563

« navire de Raymbault »

 

RAYMBAULT

   

idem

Qc mi-juil

 
    

No

Membres d’équipage et passagers

Observations diverses

Sources

559

 


RHAF, 4 : 486
Teuleron 1637, 08/03 (LR)

560

 

Armé par Jean TUFFET pour la Cie de la  Nouvelle-France.

RHAF, 4 : 486
Teuleron 1637, 02/04 (LR)

561

 

Selon Trudel le Nicolas, commandée par H. LANGEVIN, et armé par Jean TUFFET pour la Cie de la  Nouvelle-France, est très probablement venu à Tadoussac en juillet. Pourtant, d'après le Journal des Jésuites, le premier navire (celui de FOURNIER) n'arrive à Québec que le 16 juillet retardé par des vents contraires.

CI : 66
RJ, 12 : 182

RHAF, 4 : 486
Teuleron 1637, 13/04 (LR)

562


Des « vents contraires retardent les vaisseaux ». Le premier navire, commandé par M. FOURNIER, jette l’ancre à Québec le 16 juillet.

 

Deux barques de Québec sont commandées l’une par le capitaine FOURNIER et l’autre par M. DESDAMES lors d'une embuscade des Iroquois à Trois-Rivières le 11 août 1637.

CI : 66
RJ, 12 : 192

563

Passagers arrivée :
- …, Madeleine

- ARNAUD, Antoine

- ARNAUD, Antoine

Les Relations mentionnent que le capitaine RAYMBAULT commandait une barque lors d'un affrontement avec les Iroquois à Trois-Rivières le 11 août 1637. À bord du navire qu'il commandait entre la France et Québec, une passagère Madeleine au nom de famille inconnue, femme du menuisier Antoine ARNAUD, a accouché à bord d’un garçon, Antoine « baptisé sur mer » le 14 juin 1637 selon le registre de Notre-Dame de Québec. Le capitaine RAIMBAULT est présent lors du baptême.

CI : 66
PRDH : no 57118

RJ, 12 : 212

 

                                   autres immigrants de 1637                           émigrants de 1637


Flotte à Tadoussac en 1638


   Marcel Trudel écrit que la flotte de deux navires arrive au début juillet. Il identifie 46 immigrants sur 100. Les Relations des Jésuites mentionnent l’arrivée des pères jésuites François DUPERRON en 1638 dans une lettre datée du 27 avril 1639, et dans l’index celle de Jérôme LALEMANT le 25 juin 1638 et de Simon LEMOINE le 30 juin 1638 sans indiquer dans quel navire. D'après J.F. Bosher (1) les marchands Jean TUFFET et Pierre DESPORTES s'embarquent pour le Canada en 1638. Comme DESPORTES a engagé des ouvriers pour le Fort Saint-Anne au Cap-Breton et qu'ils se sont embarqués sur le Soleil de Saint-Gilles les deux marchands se sont sans aucun doute embarqués sur le même navire. Étaient-ils de passage ou ont-ils hiverné dans ce fort ? 


Arrêt royal reconnaissant d'Aulnay comme

lieutenant général de l'Acadie


      Après la mort de RAZILLY en 1635, d'Aulnay devient son successeur comme lieutenant général de l'Acadie. Il commande à La Hève et à Port-Royal, LaTour lui, commande au Cap de Sable et à la rivière St-Jean, les deux sous l'autorité de la Compagnie de la Nouvelle-France. Les revenus de la traite devaient être divisés en parts égales à chacun qui ont aussi droit de regard chacun dans les affaires de l'autre. Après que d'Aulnay ait repris en 1635 Pentagouët, occupé par les Anglais, un désaccord survient entre les deux hommes. LaTour soutenu par la Compagnie refuse de céder son commandement de Pentagouët à d'Aulnay. Leur différent sera soumis à la cour. Un arrêt du roi du 10 février 1638 reconnaît d'Aulnay comme lieutenant général de l'Acadie et son autorité à Port-Royal, La Hève et Pentagouët. Rapidement un antagonisme surgit entre les deux hommes poussé jusqu'à la violence armée.

*********

Sources : Catalogue des immigrants, page 74. Trudel, Marcel; Dictionnaire biographique du

Canada en ligne, Charles de MENOU d'Aulnay et Charles de SAINT-ÉTIENNE de LaTour in

http://www.biographi.ca/FR/index.html; Journal des Jésuites, Relations des Jésuites,

vol. 15, page 71 et vol. 71, page 143 in http://puffin.creighton.edu/jesuit/relations/


1638

No

Navires

Tge

Maître

Proprio

Armateur

Provenance

Destination

Retour

564

« navire de Nicolas DENYS »


Nicolas DENYS


Nicolas DENYS, Bernard BUGARET dit St-Martin

La Rochelle

La Hève, Acadie

 

565

Le Soleil, de St-Gilles

140 Tx

Martin DUHALDE

L.CADOU et autres

Jean TUFFET

idem

F. Ste-Anne C-Breton, pêche

 

566

Le Petit St-Jean, de Marennes

60 Tx

J. COUPEREAU

 

Jean TUFFET pour Cie de la N.-F.

idem

Miscou, Tadoussac

LR fin

1638

567

La Marie Marthe,

de Chaillevette


N. ECUSSARD


idem

idem

Tadoussac


568 Le Saint-Joseph
BONTEMPS


Québec

No

Membres d’équipage et passagers

Observations diverses

Sources

564

Passagers arrivée :
-
BUGARET dit Saint-Martin, Bernard

- REDON dit LaBordie, Barthélemy

Nicolas DENYS, dans un contrat en 1637, est désigné comme capitaine de la marine au service du roi.


Bernard BUGARET dit Saint-Martin, un marchand basque de  Villefranche-du Queyran, obtient le 15 septembre 1637 à La Rochelle, devant le notaire Teuleron, son passage dans le « navire de Nicolas DENYS » pour lui et les hommes qu’il engagera pour la Nouvelle-France. Il fait l’engagement suivant, sans doute pour le même voyage :

- (4) 14 janvier 1638, Barthélemy REDON dit la Bordrie, natif de Bordeaux, pour un an pour le fort La Hève, pays de la Nouvelle-France, où le dit REDON sera conduit, logé, nourrit et fournit d’habits, de chaussures d’armes et de munitions pour la chasse, au frais de BUGARET. REDON versera 300L à BUGARET et pourra garder les pelleteries de sa chasse. (Teuleron, notaire à La Rochelle)

AG-ERNF : 42, 79

RHAF, 6 : 222

Teuleron 1637, 15/09 et 1638, 14/01 (LR)

565

Passagers arrivée :
(8) …, Pierre

(9) CHAUSON, Jacques

(10) CHESSON, Jeanne

(3) CRUBELLET, Raymond

(2) DESPORTES, Pierre

(12) GRIFFON, Marie

(4) GRIMARD, Élie

(7) PARPAILLER, Daniel

(6) PARPAILLER, François

(1) TUFFET, Jean

(13) TUFFET, Pierre

(5) VANUEL, Jean

(11) VERDON, François

Engagements pour trois ans à (1) Jean TUFFET, marchand de La Rochelle, tant pour lui que pour (2) Pierre DESPORTES, écuyer, sieur de Lignères et de l'île du Cap-Breton, demeurant en sa maison de Paris, et s’embarquent dans le Soleil, port de 140 Tx, capitaine Martin DUHALDE (Teuleron, notaire à La Rochelle) :

(3) 10 mars - Raymond CRUBELLET, de Villefranche-de-Rouergue, 120L par an payables à la fin des 3 ans.

(4) 17 mars - Hélie GRIMARD, charpentier de gros oeuvre, demeurant à La Rochelle, 100L par an.

(5) 17 mars - Jean VANUEL, tailleur d'habits, du pays de Lucerne en Suisse, 50L par an.

(6) 18 mars - François PARPAILLER, et

(7) Daniel PARPAILLER, laboureurs à bras, de Ronpsay près de La Rochelle, 50L par an.

(8) 18 mars - Pierre ..., de Burie en Saintonge.

(9) 18 mars - Jacques CHAUSON, scieur de bois, de Jouhé en Poitou.

(10) 18 mars - Jeanne CHESSON, femme du précédent (contrat de mariage du 20 mars dans les mêmes minutes, les époux font un nouveau contrat d'engagement, commun, le 27 mars).

(11) 26 mars - François VERDON, maître boulanger, de La Rochelle et

(12) Marie GRIFFON, sa femme, pour les deux 100L par an.

(13) 27 mars - Pierre TUFFET, laboureur, de Burie en Saintonge, 75L par an.

Laurent CADOU, marchand de Saint-Gilles en Poitou, frette son navire, le Soleil, tant pour lui que pour ses associés à Jean TUFFET pour un voyage à l’île du Cap-Breton. Ce dernier signe une charte-partie avec le capitaine Martin DUHALDE, marinier de Biarritz, pour le transport des marchandises chargées sur le navire soit « tout le pain, vin, sel et aut. choses généralement quelconques nécessaires » et leur déchargement au fort Ste-Anne à l’île du Cap-Breton aux mains du sieur de SAINT-GERMAIN.

BMC : 116

DGFQ : 529

NNCC : 127

RHAF, 4 : 486; 6 : 222-223
Teuleron 1638, 10/03 au 28/03

(LR)

Web Michel Robert

566

 

Le capitaine J. COUPEREAU commande ce navire. Nicolas TREVET de Longuejoue, commande soit à bord de ce navire ou de la Marie-Marthe. Jean TUFFET arme le navire.

CI : 74

DGFQ : 385, 634, 710

RHAF, 4 : 486
Teuleron 1638, 08/04 (LR)

567


Le capitaine N. ECUSSARD commande ce navire. Nicolas TREVET de Longuejoue, commande soit à bord de ce navire ou du Petit Saint-Jean

CI : 74

RHAF, 4 : 486
Teuleron 1638, 23/04 (LR)

568 Membres d'équipage :
- TREVET de Longuejoue, Nicolas

Le 16 août 1638 Nicolas TREVET de Longuejoue, lieutenant du navire du roi le Saint-Joseph, commandé par BONTEMPS, amiral de la flotte du Canada, sert de procureur aux Jésuites lors de la mise de possession de la seigneurie de l'Île Jésus par HUAULT de Montmagny.

Sources : Musée de la Civilisation, Centre de référence de l'Amérique française, fonds Georges Faribault in http://maf.mcq.org/anq/fiches/fiche-15750.html?p=2

Musée de la Civilisation, Centre de réf. de l'Amérique française

                              autres immigrants de 1638                     autres émigrants de 1638


1639

Arrivée des Hospitalières et des Ursulines


Le départ de madame de la Peltrie, France, Dieppe le 4 mai 1639

L'arrivée en Nouvelle-France de la communauté religieuse des Ursulines en 1639
Gravure illustrant le départ de madame de La Peltrie et des religieuses Ursulines de Dieppe le 4 mai 1639. L'oeuvre exécutée au 19e siècle ne présente pas une vue réaliste du port de Dieppe à l'époque.
Sources : Anonyme. Archives nationales du Canada in
http://www.civilization.ca/vmnf/intro/intro2-fr.htm
Sources : Frank Craig / BIBLIOTHÈQUE et ARCHIVES Canada / C-001549 in
http://www.recitus.qc.ca/images/main.php?g2_itemId=466



Marie-Madeleine de CHAUVIGNY, dame de La Peltrie
 (Alençon 1603 - Québec 1671) 
Marie GUYART
(Tours 1599 - Québec 1672)

Chauvigny de Gruel de La Peltrie,

Marie-Madeleine de (1603-1671)

Martin 1988, p. 7.

Sources : http://www2.biblinat.gouv.qc.ca/
cargeo/accueil.htm

Sources : Serviteurs et servantes de Dieu en Canada, page 46. N.-E. Dionne in http://catalogue.banq.qc.ca/cap_fr.html


Flotte à Québec en 1639


    Trudel mentionne que la flotte de trois navires est arrivée en juillet et au début août. Jacques VASTEL est contremaître sur le Saint-Joseph qui part de Dieppe le 4 mai. Il identifie 69 immigrants sur 100.


Arrivée des Hospitalières et des Ursulines en Nouvelle-France

     

       Trois Hospitalières et quatre Ursulines arrivent à Québec le 1er août sur le Saint-Joseph. Le 16 août 1636 la duchesse d'Aiguillon fait un don de 22 400 livres pour établir un hôpital à Québec. Ces religieuses hospitalières sont Marie GUENET mère de Saint-Ignace, Anne LECOINTE mère de Saint-Bernard et Marie FORESTIER mère de Saint-Bonaventure qui fonderont l'Hôtel-Dieu de Québec. Madame d'Aiguillon fera un autre don de 40 500 livres le 31 janvier 1640 pour l'agrandissement de l'hôpital. Quant aux Ursulines, dont Marie GUYART mère Marie de l'Incarnation, elles s'occuperont à Québec de l'éducation des filles tant françaises que huronnes.

   

     D’après l’historien Benjamin Sulte, les pères jésuites Jacques BURGUM, Joseph-Marie CHAUMONOT et Joseph-Antoine PONCET et le frère François JAGER se sont embarqués dans un autre navire que le Saint-Joseph. Mais on ne sait lequel ? Quant au père Jacques BURGUM, arrivé le 1er août 1639, il a dû s’en retourner dans le premier navire en partance car il était incapable pour une mission à cause d’une blessure qui le faisait souffrir  continuellement selon les Relations.


Gros déménagement !

 

   Mme de La Pelterie, bienfaitrice des Ursulines et accompagnée de sa femme de chambre Catherine BARRÉ, arrive aussi à Québec sur le Saint-Joseph. L'espace sur un navire étant assez restreint elle est incapable de placer tous ses bagages, ses meubles et des provisions sur les navires. Elle fait donc affréter un troisième navire au coût de 1000L. Les meubles et les provisions serviront au couvent des Ursulines qu'elle vient fonder à Québec.

*********

Sources : Catalogue des immigrants, page 82. Trudel, Marcel; Dictionnaire biographique du Canada en ligne, Marie-Madeleine de CHAUVIGNY de LaPelterie in http://www.biographi.ca/FR/index.html; Épopée en Amérique, vol. 1, page 5. Lacoursière, Jacques. Histoire du Canada Français, vol. 2, page 89. Sulte, Benjamin; Relations des Jésuites, vol. 15, page 198; vol. 16, pages 18, 253, note 2 et 4 in http://puffin.creighton.edu/jesuit/relations/


1639      

No

Navires

Tge

Maître

Proprio

Armateur

Provenance

Destination

Retour

569

Le Saint-Joseph

 

BONTEMPS

 

 

Dieppe d 4 mai

Qc 1 aoû 7 ou 8 hres

 

570

« navire de Mme de La Peltrie »

 

 

 

Mme de LaPeltrie

idem

idem

 

571 Le Saint-Jacques
ANCELOT

France Qc 12 aoû
572 Le Saint-Pierre, de La Rochelle 120 Tx Martin DUHALDE
(prob.)


La Rochelle C-Breton, pêche

No

Membres d’équipage et passagers

Observations diverses

Sources

569

Membres d'équipage :
-
VATEL, Jacques

Passagers arrivée :
(13) BARRÉ, Charlotte

(4) BARGON/ BURGUM, Jacques

(3) CHAUMONOT, Pierre-Joseph-Marie

(12) CHAUVIGNY (de), dame de LaPeltrie, Marie-Madeleine

(8) FORESTIER,arie

(6) GUÉNET, Marie

(9) GUYART, Marie

(5) JAGER, Claude

(7) LECOINTE, Anne

(2) PONCET de la Rivière, Joseph- Antoine

(11) RICHER, Cécile

(10) SAVONNIÈRES de LaTroche (de), Marie

(1) VIMONT, Barthélemi

Trudel mentionne que Jacques VATEL est contremaître sur le Saint-Joseph, commandé par le capitaine BONTEMPS, qui part de Dieppe le 4 mai.

 

« 1 août sur les 7 ou 8 heures du matin une barque arrive de Québec avec 5 jésuites :

(1) Père Barthélemi VIMONT,

(2) Père Joseph-Antoine PONCET de la Rivière

(3) Père Pierre-Joseph-Marie CHAUMONOT

(4) Père Jacques BARGON/BURGUM

(5) et un frère jésuite Claude JAGER

et 3 Religieuses hospitalières :
(6) Mère Marie de St-Ignace (Marie GUÉNET) (7) Mère de St-Bernard (Anne LECOINTRE)
(8) et Mère de St-Bonaventure (Marie FORESTIER)
et 4 Ursulines :

(9) Mère Marie de l’Incarnation (Marie GUYART)

(10) Mère de St-Joseph (Marie SAVONNIÈRES de LaTroche)
(11) Mère Cécile de la Croix (Cécile RICHER)
(12) et Mme de La Pelterie ». (1)
(13) Charlotte BARRÉ, sa femme de chambre, l'accompagnait.

Le 7 août 1639 le père J.-M. CHAUMONOT écrit dans une lettre au Général de la Cie de Jésus à Rome sur son voyage : «  Arrivée le 1er août à Québec sur le navire du commandant de la flotte, après 3 mois d'une navigation très fâcheuse, à cause des brouillards qui nous ont environnés 3 semaines avec danger de naufrage avec les énormes glaces. Le navire allait se heurter contre un de ces blocs le jour de la Ste-Trinité pendant que l'on disait la messe que l'un des marins aperçut à travers le brouillard n'était qu'à deux brasses et s'écria : Miséricorde ! Miséricorde ! Nous sommes tous perdus ' Le P. VIMONT fit voeu de dire deux messes, une en l'honneur de la Ste-Vierge et l'autre de St-Joseph s'ils nous préservaient de ce péril. Et voilà que le vent changea subitement de direction, nous fit éviter comme par miracle ce danger imminent. Les plus habiles pilotes conviennent que cela n'a pu se faire naturellement avec tant de rapidité et que si ce revirement n'avait pas eu lieu nous étions perdus ». (2)

CI : 82

DGFQ : 52, 185, 240, 241, 427, 535, 547, 677, 935, 1129

HCF, 2 : 89

RJ, 15 : 198 (2) ; 16 : 18 (1); 71 : 399, note 36

570


Un troisième bâtiment affrété par Mme de La Pelterie s’est joint au convoi. 

CI : 82

Épopée en Amérique, 1 : 5

HCF, 2 : 89

RJ, 71 : 399, note 36

571

 

Retardé parce que séparé en mer des autres navires « dans des brumes fort épaisses » le navire du capitaine ANCELOT encore à 40 lieues avant Québec vient y annoncer la naissance du dauphin.

CI : 82

HCF, 2 : 89

RJ 15 : 218

Web Pionniers

572

 

C’est probablement le Basque Martin DUHALDE qui commande ce navire (1).

BMC : 116 (1)

RHAF, 4 : 487
Teuleron 1639, 24/12

(LR)


                           autres immigrants de 1639                                    autres émigrants de 1639                       


Code de couleur des navires
marchands français royaux cabotage
construits en Nouvelle-France anglais autres Européens
pêcheurs en traite et/ou saisies prises anglaises ou autres
aux Antilles et autres îles à la baie d’Hudson et/ou au nord corsaires, flibustiers et pirates
combats, captures et/ou mutineries avaries, échouages, naufrages et tempêtes maladies et/ou décès

Accueil


Haut de la page