Marguerite BOURGEOYS (Troyes 1620 - Montréal 1700)
Sources : Photo Electrotype Engraving Company New-York. Bourgeoys, Marguerite (1620-1700) Bazin 1964.09 ; Morin 1964.09 ; Vadeboncœur 1970.10.04 ; Gagnon 1976 ; Martin 1988, p. 7 et 59-62. in http://www.er.uqam.ca/nobel/r14310/Sulte/index.html

La Grande Recrue de 1653

(colons pour Montréal)


 Navires à Québec en 1653

L'historien Marcel Trudel parle de trois navires à Québec en 1653. Il identifie le Patriarche d’Abraham, arrivé à Tadoussac fin juillet, le « navire de Jean Pointel » au début août

et le Saint-Nicolas. Les marchands suivants sont de passage : Jean GAROY, Pierre FILLYE, Guillaume FENIOU, Georges PAPIN, le peintre et sculpteur Nicolas ABRAHAM.

Sur 250 nouveaux immigrants venus en 1653 Trudel identifie 222 personnes dont 143, seulement pour Montréal : c'est la « Grande Recrue de 1653 ».

Le Journal des Jésuites de 1653 donne des nouvelles des caboteurs. Le 15 juin la « frégate » part de Québec pour Montréal. Maître Charles BOIVIN et Charles PANIE vont au

secours des Trois-Rivières. Puis le 20 suivant le « flibot » commandé par maître Jean LANGLOIS part de Québec pour la pêche en emportant les premières lettres pour la France.

La Grande Recrue de 1653

Sous l'impulsion de Jeanne MANCE, Maisonneuve passe en France en 1651 recruter des colons-soldats. Une centaine d'hommes et une douzaine de femmes s'engagent à traverser

l'Atlantique pour venir s'établir à Montréal qui, sous les assauts répétés des tribus iroquoises, risquait de disparaître. L'arrivée de la « Grande Recrue de 1653 » renforce la jeune colonie.

Les colons peuvent enfin sortir du fort, habiter leur maisonnette et cultiver leur champ. D'autres colons tomberont sous les coups des Iroquois mais la terreur a maintenant fait place

à l'espoir. La « Grande Recrue de 1653 » a sauvé Ville-Marie, frêle poste avancé, de la menace iroquoise.

Première institutrice de Montréal

Entrée en religion dans la Congrégation de Notre-Dame dirigée par la sœur de Maisonneuve, mère Louise CHOMEDEY de Sainte-Marie, la sœur Marguerite

BOURGEOYS offre au gouverneur de Montréal de partir avec lui pour Ville-Marie. Il accepte. Déjà sur le bâteau elle est d'une aide précieuse pour les colons qui recoureront

fréquemment à ses services. Grâce à cela elle les gagne à une corvée pour bâtir la première église en pierre de l'Île de Montréal, la chapelle Notre-Dame-de-Bonsecours. Elle

voudrait se consacrer à l’enseignement mais à cause de la mortalité infantile il n’y a aucun enfant d'âge scolaire. Il y aura 148 naissances à Ville-Marie entre 1648 et 1660 mais

26 enfants meurent avant l'âge d'un an. Elle doit attendre jusqu'au 30 avril 1658 pour accueillir ses premiers écoliers dans l’étable, faute de mieux, donnée par le gouverneur.

Elle repasse en France en 1658 chercher de l’aide et revient avec trois institutrices. Elles l'aideront à accueillir les premières Filles du roi à leur maison de la Pointe-Saint-Charles,

les préparer à leur futur rôle et à les présenter aux colons. Elle établit la « Compagnie des institutrices de Ville-Marie » et en 1670 elle part, seule de son sexe sur le navire, pour

Paris demander au roi des lettres patentes pour en assurer l’existence. Avec dix sols en poche, sans hardes ni connaissances, elle atteint Louis XIV. Le ministre COLBERT avait reçu

un rapport de TALON rapportant les services rendus par sa congrégation et s'employa à son établissement. En mai 1671 elle obtient du roi les lettres patentes pour sa communauté qui

deviendra la Congrégation des séculières de Notre-Dame. Cette communauté de soeurs non cloîtrées est innovatrice pour l'époque en Nouvelle-France. Elles iront à cheval, en canot ou

à pied faire le catéchisme ou enseigner aux enfants dans les villages disséminées le long du Saint-Laurent. Elles fondent plusieurs petites écoles pour jeunes filles à Lachine, Pointe-aux-

Trembles, Batiscan et Champlain. En 1676 un pensionnat pour les jeunes filles de famille noble et bourgeoise est fondé. Puis elle crée la première école ménagère du pays pour les

jeunes filles pauvres à l'ouvroir de la Providence à la Pointe Saint-Charles. En 1678 une mission au village sauvage de la montagne accueille les jeunes Indiennes. Elle retourne en

France en 1680 pour obtenir en vain, de l'Église un réglement écrit pour sa communauté qui ne sera érigée canoniquement en communauté que le 1er juillet 1698. En atendant à la

demande de Mgr Saint-Vallier elle fonde en 1692 à la basse ville de Québec une école pour les jeunes filles pauvres. À une époque où en France on se demandait si l’instruction était

nécessaire aux filles du peuple, Marguerite BOURGEOYS tenait à ce que l'école soit pour tous et gratuite. Elle n'usait que très rarement de la correction pour ses élèves. Cette bonté

lui valut d'apprivoiser les petites Indiennes et de former les deux premières religieuses autochtones. Mystique elle offrit sa vie en échange de celle d'une jeune soeur mourante. Celle-ci

sera sauvée et jusque-là bien portante la soeur BOURGEOYS ressent bientôt une forte fièvre et meurt quelques jours plus tard le 12 janvier 1700. Deux cent cinquante ans avant sa

béatification elle avait l’estime et la vénération de ses contemporains, elle sera canonisée le 31 octobre 1982. La communauté qu'elle a fondée lui survit : elle comptait 40 religieuses

à son décès et 6 644 en 1961 dans 262 maisons au Canada, aux Etats-Unis et au Japon enseignant à 100 000 élèves.

LaTour, gouverneur de l'Acadie, épouse la femme de son ennemi

À la mort de son rival d’Aulnay en 1650 LaTour, alors à Québec, passe en France. Il y demande une enquête sur sa propre conduite, celle d’Aulnay et de la Compagnie de la

Nouvelle-France. À la suite de quoi on rejeta la responsabilité des luttes sanglantes entre les deux hommes sur d'Aulnay, puis LaTour recouvra ses biens et son brevet de gouverneur.

Il met dès lors les voiles pour l'Acadie avec plusieurs familles de colons. Au fort Saint-Jean il présente à Mme d'Aulnay (Jeanne MOTIN) un ordre du roi de lui remettre le fort.

Voulant mettre un terme à leur désastreuse querelle et fort endettés tous les deux il lui offre de l'épouser. Elle accepte et deviendra sa 3e épouse. Mais plus tard le même été Emmanuel

LEBORGNE viendra se faire rembourser les 200 000L qu'on lui doit sur la succession d’Aulnay. Constatant l'absence de LaTour il s'empare alors de toutes les pelleteries sur place.

 

LaTour ne profitera pas longtemps de son nouveau poste de gouverneur car Robert SEDWICK s’empare de l'Acadie l’année suivante. Emmené prisonnier en Angleterre il ne

rencontre Oliver CROMWELL qu’en 1656. Le ministre rejète la requête de LaTour contestant la prise de l'Acadie en temps de paix. Il ne voulut seulement reconnaître que les

droits de LaTour comme baronnet de la Nouvelle-Écosse, titre hérité de son père. Il devait aussi prêter serment de fidélité à l'Angleterre et rembourser les marchands de Boston.

Découragé il accepte et ayant besoin alors de 15 000L il s'associe avec William CROWNE et Thomas TEMPLE.

*********

Sources : Canada-Québec, Synthèse historique, pages 78. Vaugeois, Denis. Lacoursière, Jacques; Catalogue des immigrants, page 269. Trudel, Marcel; Dictionnaire biographique du Canada en ligne, Marguerite BOURGEOYS et Charles de SAINT-ÉTIENNE de LaTour in http://www.biographi.ca/FR/index.html; Journal des Jésuites, Relations des Jésuites, vol. 38, pages 178 in http://puffin.creighton.edu/jesuit/relations/

 

1653


No

Navires

Tge

Maître

Proprio

Armateur

Provenance

Destination

Retour

678

« navire de LaTour »

       

France

Port-Royal (Acadie)

 

679

La Montagne, de Rotterdam

250 Tx

 

Emmanuel LEBORGNE

La Rochelle

idem

 

680

« navire hollandais »

       

Hollande

Tadoussac avant 30 mai

 

681

Le Patriarche d'Abraham

 

Guillaume POULET, cap.

 

Nicolas ABRAHAM

France

Tadoussac fin jul, Qc 8 aoû

 

682

« navire de Jean Pointel »

 

Jean POINTEL, capitaine

 

idem

Tadoussac début aoû, Qc dép 10 nov

Pris par Anglais 17 déc, mené à Plymouth

683

Le Saint-Nicolas

 

Pierre LeBESSON, capitaine

 

Société Notre-Dame

Nantes dép 20 jun, 2e d. 20 jul

Québec 20 sep


No

Membres d'équipage et passagers

Observations diverses

Sources

678

 

Charles de SAINT-ÉTIENNE de LaTour met les voiles pour Port-Royal à l’été 1653 avec plusieurs familles de colons.

LATOURCHARLES in web DBC

679

 

Emmanuel LEBORGNE arrive avec son navire à Port-Royal. Il veut se faire rembourser les 200 000L qu’on lui doit sur la succession d’Aulnay. LaTour est absent puisqu’il est au fort Sainte-Marie, LEBORGNE emporte alors toutes pelleteries qu’il trouve sur place.

LATOURCHARLES in web DBC

RHAF, 4 : 492
Moreau 1653, 04/01 (LR)

680

 

« Au commencement de juin arrive un canot de Tadoussac qui apporte la nouvelle qu'un navire hollandais y venant faire retraite avait retenu un [Louis COUILLARD de] Lespinay le 30 mai. Arrive la frégate de Tadoussac apportant la nouvelle de Tadoussac de la délivrance de l'Espiné. Le navire était un forban hollandais de 16 canons et de 35 hommes qui avait mouillé au Moulin Baude traitant avec les Sauvages ».

CI : 269

RJ, 38 : 172

681

Passagers arrivée :
- LYONNE (de), Martin

 

Le 3 août la chaloupe de Mre ABRAHAM apporte à Québec les nouvelles de l'arrivée du père LYONNE à Tadoussac avec le navire du capitaine POULET (RJ) ou Guillaume POULET (Trudel) qui y mouille l'ancre le 8 août. Trudel identifie ce navire comme le Patriarche d’Abraham.

CI : 269

RJ, 38 : 180

682

Passagers départ :
- DUPERRON,  Joseph-Imbert

Le 10 novembre le capitaine POINTEL lève l'ancre embarquant le père Joseph DUPERRON. Pris par les Anglais le 17 décembre 1653, le navire, son équipage et ses passagers sont pillés, néanmoins le père DUPERRON réussit à sauver quelques uns de ses papiers. Dévêtus et quasi nus ils en sont réduits à se couvrir de guenilles. Dormant sous le pont ils n’ont pour tout matelas que la saleté et les ordures où ils pataugent dans l’eau de mer passant par les hublots de l’entrepont. Amenés à Plymouth ils assistent à la vente à l’encan en une seule journée de leurs biens acquis après de longues années de labeur en Nouvelle-France. Certains disaient que la perte du navire totalisaient plus de 300 000L. Après quelques jours en Angleterre, grâce à la sollicitude de quelques capitaines français partageant leur infortune puisque eux aussi leurs navires avaient été capturés, le père DUPERRON est finalement envoyé au Havre-de-Grâce (Le Havre).

CI : 269

RJ, 38 : 194; 40 : 7, 82 et 255

683

Passagers arrivée :

- ARTUS, Michelle

- ASSELIN, Pierre
- AUDRU, Jacques

- AUGER dit Baron, Jean

- AVERTY dit Léger, Maurice

- AVISSE, François

- BALUE, Jacques

- BARBOUSSON (de), Valérie

- BARDET, Michel

- BAREAU dit Lagogue, Pierre

- BASTARD, Yves

- BAUDREAU dit Graveline, Urbain

- BEAUDOIN, Olivier

- BEAUDRY dit L'Épinette, Antoine

- BEAUVAIS, Pierre

- BÉLIOT, Charles-Jean

- BELLENGER, René

- BÉNARD ,ou BESNARD dit Bourjoli, René

- BENOIT dit Nivernois, Paul

- BIARDS, Gilles

- BITEAU dit Saint-Laurent, Louis

- BLANCHARD dit Belleville, François

- BOIVIN dit Panse, Jacques

- BONDU, René

- BONDY, René

- BONNEAU, Jean

- BOUCHARD, Étienne

- BOULLAY, Augustin

- BOURGEOYS, Marguerite

- BOUTELOU, Jacques

- BOUVIER, Michel

- BOUZÉ ou BRUSÉ, Pierre

- BRASSIER, Jacques

- BROSSARD, Urbain

- CADET, René

- CADIEUX, Jean

- CHARTIER dit Robert, Guillaume

- CHARTIER, Louis

- CHAUDRONNIER, Jean

- CHAUVIN dit LeGrand-Pierre, Pierre

- CHESNEAU, Jean

- CHEVALIER, Louis

- CHEVASSET, Antoine

- CHOMEDEY (de), sieur de Maisonneuve, Paul

- CORNIER, Nicolas

- COUBART, René

- COUDRET, Mathurin

- COUDREUX, François
- CRUSSON
dit Pilote, François

- DANIS dit Tourangeau, Honoré

- DARONDEAU, Pierre

- DAUBIGEON, Julien
- DAVOUST, Jean

- DENIAU ou DRUZEAU, Jean

- DENIAU dit Destaillis, Marin

- DESAUTELS dit Lapointe, Pierre

- DESORSON, Zacharie

- DESPRÉS dit LeBerry, Simon

- DESSOMMES, Jessé

- DOGUET ou DANGUET, Louis

- DOLBEAU, Johan

- DOUCIN ou DOUSSIN, René

- DUCHARME dit Lafontaine, Pierre

- DUMESNIL, Marie

- DUVAL, Nicolas

- FLEURY, Jacques

- FONTAINE dit Juron et Le Petit Louis, Louis

- FOUCAULT, Étienne

- FOUCAULT, François

- FRENOT, Jean

- FRICQUET, Gilles

- FROGEAU, Pierre

- FRUITIER, Jean

- GAILLARD dit LePrieur, Christophe

- GALBRUN ou GALBOUT, Simon

- GALLOIS, François

- GATEAU, Jean

- GENDRON dit laRollandière, Guillaume

- GERVAISE, Jean

- GILLET ou GILLES, Noël

- GODIN dit Châtillon, Pierre

- GRÉGOIRE, Louis

- GUERTIN dit LeSabotier, Louis

- GUÉSRY ou GUESARY ou DÉZÉRY, Pierre

- GUYET ou GUYOT, Jean

- HARDY, Pierre

- HARDY, Pierre

- HÉRISSÉ, François

- HOURAY dit Grandmont, René

- HUBAY, le nommé

- HUDIN, François

- HUNAULT dit Deschamps, Toussaint

- HURAULT, Catherine

- HURTUBISE, André

- HURTUBISE, Marin

- JANNOT dit Lachapelle, Marin

- JETTÉ, Urbain

- JOSSELIN, Nicolas

- JOUANNEAU, Mathurin

- JOUSSET dit LaLoire, Mathurin

- LAIR ou LERT, Étienne

- LANGEVIN dit Lacroix, Mathurin

- LARCHER, François

- LASOUDRAYE (de), Louis

- LAUZON, Gilles

- LECOMTE, Jean

- LECOMTE, Michel

- LEFEBVRE dit Lapierre, Pierre

- LEMARCHÉ ou LEMERCHÉ dit Laroche, Jean

- LEMERCIER, Marguerite

- LEMOINE, David

- LEPRINCE, Olivier

- LEROUX, Sébastien

- LORGUEIL, Marie

- LORIOT, Martin

- LOUAIRE (de), Claude

- LOUVARD dit Desjardins, Michel

- MACÉ, Julian

- MAILLET, René

- MARTIN dit Lamontagne, Olivier

- MARTIN dit Larivière, Pierre

- MAUGRISON, Jean

- MERRIN, Jeanne

- MEUNIER, Perrine

- MILLET dit Beauceron, Nicolas

- MILLOT dit Laval, Jacques

- MOGIN, Michel

- MOTAIN ou MOTAIS, Guy

- MOULIÈRES, Pierre

- MOUSNIER, Jacques

- MOUSSEAUX dit Laviolette, Jacques

- NAIL, Jacques

- NOCHER dit Lochet, François

- OLIVIER dit LePetit Breton, Jean

- PALLIER ou LEPALLIER, Joachim

- PANNEAU, Paul

- PAPIN, Pierre

- PICARD dit Lafortune, Hughes

- PICHARD ou PÉCHART, Jean

- PICHON, Jean

- PINSON, Marie-Marthe
- PIRON dit Lavallée, François

- PIRON, Pierre

- PRESTOT dit Laviolette, Jean

- PROUST, Pierre

- RAGUINDEAU dit Saint-Germain, Pierre

- RENAUD, Marie

- RENAUDIN de La Blanchetière, Marie
- RENNES (de) dit Pachanne, Bertrand

- RICHARD, Mathurin

- ROBIN dit Desforges, Étienne

- ROBUTEL de Saint-André, Claude

- RODAILLER, René

- ROGER, Christophe

- ROINAY, François

- ROUSSELIER, Jeanne

- ROY ou LEROY, Simon

- SALMON, Pierre

- SÉPURÉ, André

- SERIZAY, Pierre

- SOLDÉ, Jeanne

- TAVERNIER dit LaLochetière et Laforest, Jean

- THÉODORE dit Gilles, Michel

- TRUFFAULT, René

- TUPIN ou JUPIN, Simon

- VACHER dit Saint-Julien, Sylvestre

- VALETS, Jean

- VALIQUET dit Laverdure, Jean

- VIGNEUX, Charles
- VOIDY, Jeanne

La situation à Montréal en 1651 est quasi désespérée : les Iroquois harcèlent de toutes parts la colonie qui comptent beaucoup de morts, plusieurs colons menacent de quitter bientôt. Maisonneuve partit cette année-là rencontra Madame de Bullion, dont il ignorait qu'elle était la bienfaitrice de l'Hôtel-Dieu de Montréal, et qui lui donna une somme supplémentaire de 22 000L en échange de 100 arpents de terre sur l'île de Montréal, défrichée par la Compagnie. Le Gouverneur se retrouva avec en tout une somme de 75 000L pour lever une grande recrue de colons pour Montréal. Pour l'aider dans cette tâche il avait M. de la Dauversière qui réussit à engager 119 hommes dans la seule région de La Flèche en Anjou.

Une jeune femme, ayant entendu parler de la fondation de Ville-Marie, avait l'ambition de se consacrer aux besoins de l'enfance, elle s'appelait Marguerite BOURGEOYS. Religieuse de la Congrégation de Notre-Dame à Troyes où justement quelques jours plus tard le Gouverneur de Montréal allait visiter sa sœur. Il lui est présenté et elle lui propose de venir en Nouvelle-France. Il accepte. Partie de Troyes,  Marguerite BOURGEOYS voyage seule, d'ailleurs elle est la seule femme dans la voiture publique entre Paris et Orléans. Les autres passagers la considéraient comme « une fille d'aventure qu'on ne doit recevoir qu'avec peine dans une honnête compagnie ». Ayant réussit à avoir un réduit pour la nuit à Orléans, des passagers, dont le cocher, tentent de forcer sa porte. À Saint-Nazaire elle embarque enfin sur le navire, le Saint-Nicolas, commandé par le capitaine Pierre Le BESSON. Il part de Nantes le 20 juin avec la recrue de 103 personnes pour Ville-Marie, mais le navire pourri est mauvais car il prend l'eau de toutes parts. La centaine d'hommes étanchent le navire et on continue le voyage mais bientôt l'eau endommage les provisions et à 350 lieues on décide de revenir au port. Maisonneuve fait mettre ses hommes dans une île de crainte de les voir disparaître dans la nature. Ceux-ci sont furieux croyant qu'on les menait à leur perte. Certains réussir à s'échapper à la nage. La traversée définitive se fait le 20 juillet.

Liste des 153 hommes engagés par la Compagnie de Montréal en 1653 d'après le Rôle général de la Recrue de 1653 pour Ville-Marie, le Roole des hommes envoyés à Montreal et le Rôle du notaire Belliotte qui a établi la liste des 103 hommes qui se sont présentés au port de Saint-Nazaire pour l'embarquement et qui ont reçu une avance de gages :

1- 3 mars (not. Lafousse) - Jessé DESSOMMES, de v. la Ferté-Bernard, ne s'est pas embarqué.

2- 20 mars (not. Lafousse) - Pierre SERIZAY, de v. La Flèche, ne s'est pas embarqué.

3- 23 mars ou mai - René BONDY, de v. Dijon, charpentier, 100L, 124L. d'avance.

4- 23 mars (not. Lafousse) - Pierre DUCHARME dit Lafontaine, v. Paris, menuisier, 100L, 150L d'avance 20 juin (not. Belliotte).

5- 25 mars (not. Lafousse) - François FOUCAULT, de v. Ste-Suzanne, ne s'est pas embarqué.

104- Jean LEMERCIER ou LEMARCHÉ dit Laroche, de v. Paris, faubourg St-Laurent, compagnon menuisier, pour 5 ans, à 100L par an, 137L d'avance.

6- 30 mars (not. Lafousse) - Jehan AUGER dit Baron, de Chemiré-en-Charnie, défricheur, 75L, 131L d'avance 20 juin (not. Belliottte).

7- Maurice AVERTY dit Léger, de v. La Flèche, défricheur, 75L, 133L d'avance 20 juin (not. Belliotte).

8- Pierre BAREAU dit Lagogue, de v. La Flèche, défricheur, 75L, 88L d'avance (not. Belliotte).

9- Gilles BIARDS, de v. La Flèche, ne s'est pas embarqué.

10- Jacques BOIVIN dit Panse, de Ste-Colombe, Sarthe, défricheur, 75L, 91L d'avance 20 juin (not. Belliotte).

11- Jean BONNEAU, de v. La Flèche, ne s'est pas embarqué.

12- Urbain JETTÉ, de St-Pierre de Verrin, scieur de long, maçon et défricheur, pour 5 ans, à 90 ou 98L par an, 134L d'avance.

13- Jehan LECOMTE, de Chemiré-en-Charnie, défricheur, pour 5 ans, à 75L par an, 120L d'avance 20 juin (not. Belliotte).

14- Sébastien LEROUX, de Chemiré-en-Charnie, avec sa femme Marguerite LEMERCIER et leurs deux enfants, une fille de 7 ans et un garçon de 5 ans et demi, nourris, logés et couchés aux frais de la Cie, pour 5 ans, 150L par an, ne se sont pas embarqués.

15- René MAILLET, de Ste-Colombe, près La Flèche, ne s'est pas embarqué.

16- François NOCHER, de Chemiré-en-Charnie, bêcheur, bûcheron, défricheur, pour 5 ans, à 75L par an, 129L d'avance 20 juin.

17- Jean OLIVIER dit le petit Breton, de Chemiré-en-Charnie, défricheur, 60L, 65L d'avance 20 juin.

18- François PIRON dit Lavallée, de Suse, près La Flèche, serrurier et défricheur, pour 5 ans, à 75L par an, « sera nourri, logé et couché et, comme tous les autres, sera ramené s'il le veut à l'expiration de son engagement sans qu'il lui en coûte rien », 133L d'avance St-Nazaire 20 juin (not. Belliotte).

19- Jean TAVERNIER dit Laforest, demeurant à Roëzé, Sarthe, défricheur et armurier, pour 5 ans, à 100L par an, 97L d'avance St-Nazaire 20 juin (not. Belliotte).

20- Jean VALLETS, d'Etain ou Thorées, Maine, défricheur, 75L.

21- 1er avril (not. Lafousse) - Jacques BALUE, de Château-en-Anjou, ne s'est pas embarqué.

22- Pierre FROGEAU, de Château-en-Anjou, ne s'est pas embarqué.

23- Jean MAUGRISON, de Chasteau-en-Anjou, ne s'est pas embarqué.

24- 4 avril (not. Lafousse) - Antoine BAUDRY dit L'Épinette, de Chemiré-en-Charnie, défricheur et cloutier, 75L, 126L d'avance 20 juin (not. Belliotte).

25- Pierre CHAUVIN dit le Grand-Pierre, de Solesme, Sarthe, défricheur et meunier, 75L, 80L d'avance.

26- Jean CHESNEAU, de St-Aubin, ne s'est pas embarqué.

27- Louis CHEVALIER, de v. Caen, défricheur et cordonnier, 75L, 80L d'avance (not. Belliotte).

28- 5 avril (not5. Lafousse) - Pierre PIRON, de Bailleul, près La Flèche, bêcheur et chirurgien, pour 5 ans, à 60 L par an, 131L d'avance St-Nazaire 20 juin (not. Belliotte).

29- 6 avril (not. Lafousse) - Pierre DARONDEAU, de Bousse, près La Flèche, ne s'est pas embarqué.

30- Pierre GUÉSRY ou GUESARY ou DÉZÉRY, de Malicorne, laboureur, pour 5 ans, 80L par an, ne s'est pas embarqué.

31- 7 avril (not. Lafousse) - René BESNARD dit Bourjoli, de 24 ou 25 ans de Villiers-en-Anjou, défricheur, 75 L, 120L d'avance 20 juin.

32- Jean GUYET ou GUYOT, de Villiers-au-Bouan, défricheur, 75L, 120L d'avance St-Nazaire.

33- 8 avril (not. Lafousse) - Julian MACÉ, de Ruillé en Champagne, ne s'est pas embarqué.

34- Pierre MOULIÈRES, de Mareil, près La Flèche, défricheur et taillandier, 75L, 120L d'avance, aucune trace de lui au pays, probablement mort en mer.

35- 9 avril (not. Lafousse) - René BONDU, de Souvigné-en-Anjou, ne s'est pas embarqué.

36- Jehan GERVAISE, de Souvigné-en-Château, défricheur et boulanger, 80L, 120L d'avance (not. Belliotte).

37- François HÉRISSÉ, de Souvigné-en-Château, ne s'est pas embarqué.

38- 12 avril (not. Lafousse) - Valérie de BARBOUSSON, brasseur de bière et défricheur de Clermont en Bassigny, pour 5 ans, 80L par an, ne s'est pas embarqué.

39- Urbain BROSSARD, de v. La Flèche, maçon et défricheur, 80L, 104L d'avance 20 juin.

40- 14 avril (not. Lafousse) - Pierre ASSELIN ou ANSELIN, d'Abbeville en Picardie, ne s'est pas embarqué.

41- François AVISSE, v. Paris, ne s'est pas embarqué.

42- Michel BARDET, de Vilaines, près La Flèche, ne s'est pas embarqué.

43- René BELLENGER, de Ste-Colombe, Sarthe, 75L par an, ne s'est pas embarqué.

44- Jacques FLEURY, de v. Orléans, ne s'est pas embarqué.

45- Simon GALBRUN ou GALBOUT, de Vernon, près La Flèche, défricheur, 60L, 97L d'avance (not. Belliotte).

46- Estienne LAIR, de Crosnière, près La Flèche, défricheur, 60L, 75L d'avance 20 juin (not. Belliotte).

47- François LARCHER,de Ste-Colombe, près La Flèche, ne s'est pas embarqué.

48- Claude de LOUAIRE, de paroisse du Haut, Maine, ne s'est pas embarqué.

49- Pierre MARTIN dit Larivière, de Ste-Colombe, près La Flèche, défricheur, 60L, 75L d'avance (not. Belliotte).

50- Paul PANNEAU, de Vilaines, près La Flèche, laboureur, pour 5 ans, à 80L par an, ne s'est pas embarqué.

51- Jean PRESTOT dit Laviolette, de Parcé, près La Flèche, défricheur et meunier, 100L, 123L d'avance St-Nazaire 20 juin (not. Belliotte).

52- Pierre SALMON, de v. La Flèche, ne s'est pas embarqué.

53- Charles VIGNEUX, de v. Senlis, ne s'est pas embarqué.

54- 15 avril (not. Lafousse) - Pierre BEAUVAIS, d'Avenières, près Laval, ne s'est pas embarqué.

55- Jacques BOUTELOU, de Montigue, Mayenne, ne s'est pas embarqué.

56- Michel BOUVIER, de v. La Flèche, défricheur et maçon, 60L, 98L d'avance 20 juin (not. Belliotte).

57- Étienne FOUCAULT, de Montigue, Mayenne, ne s'est pas embarqué.

58- François GALLOIS, de v. La Flèche, ne s'est pas embarqué.

59- Pierre HARDY, de St-Thomas du Potiron, ne s'est pas embarqué.

60 - André HURTEBISE, de Roissé-en-Champagne, défricheur, pour 5 ans, 60 ou 100L par an, 100L d'avance.

61- Marin HURTEBISE, de St-Rémy, Sarthe, défricheur, 60 ou 100L, 108L d'avance (not. Belliotte).

62- Michel LOUVART dit Desjardins, de Parcé, près La Flèche, meunier et défricheur, 100L, 125L d'avance 20 juin (not. Belliotte).

63- Jean PICHARD ou PÉCHART, de Rouez en Champagne, « texier en toile » et défricheur, pour 5 ans, à 60 ou 75L par an, 66 ou 55L d'avance St-Nazaire 20 juin (not. Belliotte).

65- Pierre PROUST, de Fillé, Maine, ne s'est pas embarqué.

66- 16 avril (not. Lafousse) - Jean VALLIQUET dit Laverdure, de Lude, Sarthe, défricheur et serrurier, pour 5 ans, à 80L payables à la fin de chacune des 5 années, 114L d'avance St-Nazaire 20 juin (not. Belliotte).

67- 18 avril (not. Lafousse) - Jacques AUDRU, de v. Paris, défricheur, 60L, 75L d'avance 20 juin (not.

Belliotte), aucune trace de lui au pays, probablement mort en mer.

68-  Toussaint HUNAULT dit Deschamps, de St-Pierre-aux-Champs, laboureur et défricheur, pour 5 ans, à 75L par an, 120L d'avance.

69- Jacques MILLOT dit Laval, de Crouzille au Maine, défricheur, pour 5 ans, à 75L par an, 120L d'avance.

70- 20 avril (not. Lafousse) - Guillaume CHARTIER dit Robert, de v. La Flèche, défricheur et tailleur d'habits, 60L, pour 5 ans, 123L d'avance 20 juin (not. Belliotte).

71- Jean CHAUDRONNIER, de Bailleul, Sarthe, défricheur, 60L, 96L d'avance (not. Belliotte), aucune trace de lui au pays, probablement décédé en mer.

72- Louis DOGUET ou DANGUET, de Luché, près La Flèche, défricheur, 60L, 71L d'avance 20 juin (not. Belliotte), aucune trace de lui au pays, probablement décédé en mer.

73- Noël GILLET ou GILLES, de Noyen, près La Flèche, 60L par an, ne s'est pas embarqué.

74- Mathurin RICHARD, de Ste-Colombe, près La Flèche, ne s'est pas embarqué.

75- 24 avril (not. Lafousse) - Louis GUERTIN dit le Sabotier, de Parcé, Sarthe, défricheur et sabotier, 60L, 74L d'avance 20 juin (not. Belliotte).

76- Michel LECOMTE, de Chemiré-en-Charnie, défricheur, 75L, 109L d'avance (not. Belliotte), aucune trace de lui au pays, probablement décédé en mer.

77- Jean PICHON, de Chauvour au Perche, ne s'est pas embarqué.

78- 25 avril (not. Lafousse) - Pierre BOUZÉ ou BRUSÉ, de Sablé, Sarthe, défricheur, 60L, 107L d'avance 20 juin (not. Belliotte).

79-  René COUBART, de Luché, près La Flèche, ne s'est pas embarqué.

80- Pierre PAPIN, de Sablé, près La Flèche, défricheur, pour 5 ans, 60 ou 75L par an, 107L d'avance 20 juin (not. Belliotte).

81- 27 avril (not. Lafousse) - François ROISNÉ, de Sablé, près La Flèche, défricheur, 75L, 88L d'avance St-Nazaire 20 juin (not. Belliotte).

82- 29 avril (not. Lafousse) - Augustin BOULLAY, v. Le Mans, ne s'est pas embarqué.

83- 30 avril (not. Lafousse) - François BLANCHARD dit Belleville, de St-Servan, Bretagne, jardinier.

84- Simon DESPRÉS dit Berri, de v. Blois, défricheur, 75L, 120L d'avance 20 juin (not Belliotte).

85- Guillaume GENDRON dit la Rolandière, de Blay en Bretagne, boucher-couvreur, 75L, 99L d'avance.

86- 1er mai (not. Lafousse) - Jean CADIEU, de Pringé, près La Flèche, laboureur et défricheur, 75L, pour 5 ans, 150L d'avance.

87- Nicolas DUVAL, de Forges-en-Brie, laboureur et défricheur, pour 5 ans, 60L par an, 75L d'avance 20 juin (not. Belliotte).

88- Jean GASTEAU, de Clermont, près La Flèche, défricheur, 60L, 123L d'avance 20 juin (not. Belliotte).

89- Nicolas JOUSSELIN, de Solesme, près La Flèche, 18 ans, défricheur, 60L, 75L d'avance (not. Belliotte).

90- Joachim LEPALLIER, de Clermont, près La Flèche, défricheur, 75L, 99L d'avance 20 juin (not. Belliotte), aucune trace de lui au pays, probablement décédé en mer.

91- Simon LEROY, de Ligron, près La Flèche, défricheur, 75L, 111L d'avance (not. Belliotte).

92- Jacques NAIL, de Solesme, près Sablé, défricheur, 60L, 75L d'avance 20 juin (not. Belliotte).

93- 2 mai (not. Lafousse) - Mathurin JOUSSET dit La Louaire, de St-Germain d'Arcé, défricheur, 75L, 120L d'avance St-Nazaire.

94- Mathurin JOUANNEAU, de Perrières, près La Flèche, défricheur, 70L, 81L d'avance 20 juin (not. Belliotte).

95- 3 mai (not. Lafousse) - Mathurin COUDRET, de Villé, ne s'est pas embarqué.

96- François COUDREUX, de Portal, Indre-et-Loire, ne s'est pas embarqué.

97- 4 mai (not. Lafousse) - Pierre DESAUTELS dit Lapointe, de Malicorne-au-Mans, défricheur, 65L, 101L d'avance (not. Belliotte).

98- 8 mai - Nicolas CORNIER, de St-Jean-de-Lamothe, demeurant au lieu de la Vinautière, près La Flèche, défricheur, 60L, ne s'est pas embarqué.

99- Honoré DANNY dit Tourangeau, de Mouloux, près Tours, charpentier, 100L, 127L d'avance.

100- 9 mai (not. Lafousse) - Jean FRESNOT, de Ruillé-en-Champagne, défricheur et couvreur, 75L, 119L d'avance 20 juin.

101- Simon TUPIN ou JUPIN, de Ruillé en Champagne, ne s'est pas embarqué.

102- 10 mai (not. Lafousse) - Estienne BOUCHARD, v. Paris, chirurgien, demeurant à Epernon, 150L, pour 5 ans avec le privilège de rompre son engagement, 147L d'avance 20 juin (not. Belliotte).

103- Christophe ROGER, de Clermont, près La Flèche, défricheur, 60L, 99L d'avance St-Nazaire 20 juin (not. Belliotte).

104- 11 mai (not. Lafousse) - René CADET, de St-Germain, près La Flèche, défricheur, 60L, 76L d'avance 20 juin (not. Belliotte), aucune trace de lui au pays, probablement décédé en mer.

105- Jean DAVOUST, de Clermont, près La Flèche, défricheur et chapelier, pour 5 ans, 75L par an, 122L d'avance (not. Belliotte).

106- Marin DENIAU dit Destaillis, de Luché, près La Flèche, défricheur, 75L, 135L d'avance.

107- Christophe GAILLARD dit le Prieur, de Vernon, près La Flèche, défricheur et jardinier, 60 L (ou 75), 65L d'avance 20 juin (not. Belliotte).

108- Pierre HARDY, de Bailleul, près La Flèche, laboureur et défricheur, 75L, 78L d'avance St-Nazaire 20 juin (not. Belliotte).

109- Michel MOGIN, de v. du Mans, ne s'est pas embarqué.

110- Guy MOTAIN ou MOTAIS, de Meslay, Mayenne, défricheur, pour 5 ans, à 75L par an, 74L d'avance 20 juin (not. Belliotte), aucune trace de lui au pays, probablement mort en mer.

111- 12 mai (not. Lafousse) - Charles-Jean BÉLIOT, de St-Jean de Lamothe, défricheur, 60L, 119L d'avance 20 juin (not. Belliotte), mort en mer selon Massicotte.

112- Louis BITEAU dit Saint-Laurent, de Clermont, près La Flèche, défricheur, 75L, 129L d'avance (not. Belliotte).

113- 13 mai (not. Lafousse) - André SÉPURÉ, de Thorrée, près La Flèche, ne s'est pas embarqué.

114- 17 mai (not. Lafousse) - Mathurin LANGEVIN dit Lacroix, de v. Lude, défricheur, 75L, 110L d'avance 20 juin (not. Belliotte).

115- Olivier LEPRINCE, de Villiers-Champagne, ne s'est pas embarqué.

116- 20 mai (not. Lafousse) - Urbain BAUDREAU dit Graveline, de Clermont, près La Flèche, défricheur, 75L, 98L d'avance 20 juin (not. Belliotte).

117- François HUDIN, de v. La Flèche, défricheur et boulanger, 75L, 83L d'avance.

118- Martin LORIOT, de Clermont, près La Flèche, ne s'est pas embarqué.

119- 23 mai (not. Lafousse) - Paul BENOIT dit Nivernois, de v. Nevers, charpentier, 100L, 123L d'avance 20 juin.

120- Pierre GODIN dit Châtillon, de v. Châtillon, charpentier, 100L, 127L d'avance.

121- René TRUFFAULT, de v. Laval, ne s'est pas embarqué.

122- 29 mai (not. Lafousse) - Gilles FRICQUET, de v. La Flèche, ne s'est pas embarqué.

123-  dates d'engagement inconnue - Yves BASTARD, défricheur, 60L, 100L d'avance 20 juin (not. Belliotte).

124- Olivier BEAUDOIN, défricheur, 60L, 79L d'avance 20 juin (not. Belliotte), aucune trace de lui au pays.

125- Jacques BRASSIER, origine inconnue, 27L d'avance (not. Belliotte).

126- Louis CHARTIER, origine inconnue, chirurgien, 100L, 120L d'avance.

127 - Antoine CHEVASSET, origine inconnue, défricheur, 60L, 79L d'avance.

128- François CRUSSON dit Pilote, origine inconnue, défricheur, 30L, 60L d'avance.

129- Julien DAUBIGEON, origine inconnue, défricheur et laboureur, engagé avec sa femme Perrine MEUNIER à 150L, 180L d'avance pour le couple.

130- Jean DENIAU ou DRUZEAU, de v. Nantes, défricheur et scieur de long, 75L, 110L d'avance (not. Belliotte).

131- Zacharie DESORSON, origine inconnue, charpentier et scieur de long, 100L, 143L d'avance.

132- Johan DOLBEAU, de Parcé, près Sablé, pour 5 ans, 60L par an, ne s'est pas embarqué.

133- René DOUSSIN, origine inconnue, scieur de long, 75L, 119L d'avance 20 juin (not. Belliotte).

134- Louis FONTAINE dit le petit Louis, origine inconnue, scieur de long, 75L, 68L d'avance.

135- Jean FRUITIER, origine inconnue, défricheur, 60L, 119L d'avance (not. Belliotte).

136 - Louis GRÉGOIRE, origine inconnue, défricheur, 75L, 124L d'avance.

137 - René HOURAY dit Grandmont, origine inconnue, défricheur, 75L, 123L d'avance.

138- le nommé HUBAY, origine inconnue, ne s'est pas embarqué.

139 - Marin JANNOT dit Lachapelle, de Chapelle-en-Monthouson, charpentier, 100L, 108L d'avance 20 juin.

140 - Louis de LASOUDRAYE, origine inconnue, défricheur, 75L, 110L d'avance 20 juin (not. Belliotte).

141 - Gilles LAUZON, de St-Julien de Caen, défricheur et chaudronnier, 80L, 127L d'avance.

142 - Pierre LEFEBVRE dit Lapierre, origine inconnue, défricheur, 75L, 103L d'avance.

143- Olivier MARTIN dit Lamontagne, d'Auray en Bretagne, défricheur et maçon, 75L, 97L d'avance 20 juin.

144- Nicolas MILLET dit Beauceron, de Nerville-au-Bois, charpentier et scieur de long, 100L, 114L d'avance 20 juin (not. Belliotte).

145- Jacques MOUSSEAUX dit Laviolette, d'Azé-le-Rideau, Touraine, défricheur, 75L, 114L d'avance 20 juin (not. Belliotte).

146- Hughes PICARD dit Lafortune, de St-Colombin en Bretagne, défricheur et scieur de long, 75L, 137L d'avance St-Nazaire 20 juin )not. Belliotte).

147- Pierre RAGUINDEAU dit Saint-Germain, origine inconnue, défricheur, 74L, 74L d'avance St-Nazaire 20 juin (not. Belliotte).

148- Bertrand de RENNES dit Pachanne, origine inconnue, défricheur, 75L, 55L d'avance.

149- Étienne ROBIN dit Desforges, origine, inconnue, défricheur, 60L, 79L d'avance St-Nazaire 20 juin (not. Belliotte).

150- Claude ROBUTEL de Saint-André, de Frenen, Pas-de-Calais, défricheur, 76L d'avance St-Nazaire 20 juin (not. Belliotte).

151- René RODAILLER, origine inconnue, défricheur, 75L, 120L d'avance 20 juin (not. Belliotte).

152- Michel THÉODORE dit Gilles, de v. Tours, défricheur, paveur et terrasseur, 75L, 115L d'avance St-Nazaire 20 juin (not. Belliotte).

153- Sylvestre VACHER dit Saint-Julien, de St-Julien de Bourges, charpentier, 100L, 106L d'avance St-Nazaire 20 juin (not. Belliotte).

Liste des autres passagers :

1- Périnne MOUSNIER ou MEUNIER, 32 ans, venue avec son mari Julien DAUBIGEON.

2- Paul de CHOMEDEY, sieur de Maisonneuve, 37 ans, de Neuville-sur-Vannes.

3- Marguerite BOURGEOYS, 33 ans, de v. Troyes.

4- Marie-Marthe PINSON, de v. La Flèche.

5- Marie DUMESNIL, appelée aussi Marie du Mans, 10 ans, de v. La Flèche.

6- Jeanne SOLDÉ, 21 ans, de v. La Flèche.

7- Jeanne ROUSILLIER, 17 ans, de Maeze, près Brouage.

8- Catherine HURAULT, 14 ans, de v. La Flèche.

9- Jeanne VEDIÉ ou VOIDY, 15 ans, de St-Germain-du-Val.

10- Jeanne MAIRÉ ou MERRIN, 18 ans, de St-Michel de Poitiers.

11- Marie LORGUEIL, 15 ans, de Cognac.

12- Marie RENAUDIN, de v. Nantes.

13- Marie RENAULT, 20 ans, de St-Paul d'Orléans.

14- Michelle ARTUS, 24 ans, de Bousse.

15- David Le MOYNE.

16- Jacques MOUSNIER.

49 des engagés ne se sont pas présentés au port, la plupart de ceux-ci ont manqué à leur parole mais certains se sont désistés et apparemment avaient fait annuler leur contrat à l'amiable et huit de ceux qui se sont embarqués sont morts en mer, sans doute parmi les hommes montés à bord dont on a aucune trace au pays. Les autres, effrayés à l'idée de partir pour un si long voyage sur un tel navire, se sont sauvés à la nage à Saint-Nazaire.

Huit des dix passagers suivants sont probablement décédés en mer : Jacques AUDRU, Olivier BEAUDOIN, Charles-Jean BÉLIOT, René CADET, Jean CHAUDRONNIER, Marin DENIAU dit Destaillis, Louis DOGUET ou DANGUET, Michel LECOMTE, Joachim LEPALLIER, Guy MOTAIN ou MOTAIS et Pierre MOULIÈRES.

Le voyage ayant été retardé de quarante jours ce retard avait engendré de cruelles angoisses à Québec où la colonie avait bien besoin de renfort. Mais leur arrivée fut saluée dans une grande allégresse et le père MERCIER écrivit dans les Relations : « Le secours extraordinaire qu'on a envoyé par le dernier embarquement a donné de la joie à tout le pays ».

 

AUGER-53

BRH, 45 : 268; 46 : 348
Desrosiers, 1 : 151 in web Pionniers
DCB, 1: 225 in web Pionniers
DGFQ : 70, 160, 309, 733, 815

Épopée en Amérique, 1: 5
HCF, 3 : 46


                                           autres immigrants de 1653                    autres soldats de 1653                 autres émigrants de 1653


1654

Prise de l'Acadie par Robert SEDGWICK

puis occupation anglaise 1654-1670


Navires à Québec en 1654

La flotte de six navires arrive à la mi-juillet, selon Trudel, soit la Fortune, le Petit Saint-Jean, la Vérie, le Saint-Nicolas, la Colombe Mouillée et le Patriarche 

d'Abraham. Il mentionne le passage des marchands Antoine GRIGNON, Guillaume FENIOU, Pierre FILLY et René GIROUX et des commis Julien MAULAY et
Jacques MASSÉ
. Trudel identifie 115 personnes, dont 13 pour Montréal, sur peut-être 200 nouveaux immigrants arrivés en 1654.

Des filles à marier arrivent avec la Fortune

Mazarin, ministre principal d'Anne d'Autriche, régente de Louis XIV pendant sa minorité, s'est peu intéressé à la colonisation. Tout de même en 1654 un groupe de 

dix filles à marier formées par la Reine mère, issues des meilleures familles et d'excellente éducation, est envoyé à Québec à bord de la Fortune.

Prise de l'Acadie par Robert SEDGWICK

Le major Robert SEDGWICK, qui commande une flotte de trois navires anglais, devait s'emparer de la Nouvelle-Hollande mais la paix venant d'être signée entre l'Angleterre 

et la Hollande, il profite de sa commission pour attaquer l'Acadie, rivaux des Anglais dans les pêcheries et les fourrures. Le 17 juillet à la rivière Saint-Jean LaTour avec ses 70 

hommes, quelques canons et peu de munition face aux 500 hommes du major, n'oppose aucune résistance. SEDGWICK s'empare aussi du fort de Pentagouët le même jour et 

de Port-Royal le 16 août. Il nomme son beau-frère, le major John EVERETT, gouverneur militaire de l'Acadie. En 1656 CROMWELL concède l'Acadie (Nouvelle-Écosse) 

à Thomas TEMPLE (commandant au fort Saint-Jean) et à William CROWNWE (commandant au fort Pentagouet) et à La Tour (qui vend sa part aux deux autres l'année

suivante, puis se retire avec sa femme au Fort St-Louis au cap de Sable). La France qui n'a jamais reconnu cette prise de l'Acadie en temps de paix accorde le titre de gouverneur 

à Emmanuel LEBORGNE mais l'Acadie ne reviendra à la France qu'avec le traité de Breda en 1667-1670. Quant aux îles de la Madeleine, du Cap-Breton et de Saint-Jean

toujours possédées par la France, Nicolas DENYS, un ancien compagnon de RAZILLY, en est le gouverneur à la même époque.

*********

Sources : Bulletin des Recherches Historiques, vol. 46, page 338; Canada-Québec, Synthèse historique, pages 50-51. Vaugeois, Denis. Lacoursière, Jacques; Catalogue des immigrants,    pages 303-317. Trudel, Marcel; Histoire de la Nouvelle-France, page 89. Trudel, Marcel; Dictionnaire biographique du Canada en ligne, Marguerite BOURGEOYS et Charles de SAINT-ÉTIENNE de LaTour in http://www.biographi.ca/FR/index.html


1654


No

Navires

Tge

Maître

Proprio

Armateur

Provenance

Destination

Retour

684

Le Château Fort

200 Tx 

 

E. LEBORGNE, A. LUCAS, P. POLLART

 

La Rochelle

Port-Royal (Acadie)

 

685

« navire de Nicolas DENYS »

 

Nicolas DENYS

 

France d début mai

Acadie dép oct

 

686

La Fortune, de Nantes

100 Tx

Pierre LeBESSON

AUBOYNEAU

 

France

Québec 14 juil

 

687

Le Petit Saint-Jean

 

René BOUTIN

   

idem

Québec

 

688

La Vérie, de Nantes

       

idem

idem

 

689

Le Saint-Nicolas

       

idem

idem

Échoué

690

La Colombe Mouillée

       

La Rochelle

idem

 

691

Le Patriarche Abraham
 

Jean et Guillaume POULET

   

France

idem

 

692

L' Augustine

       

Boston (Nlle-Angl.)

Acadie

 

693

Le Church

       

idem

idem

 

694

Le Hope

       

idem

idem

 

695

Le Saint-Jacques, de La Rochelle

120 Tx

 

Jacques GARESCHÉ

 

La Rochelle

Québec

 
696 Le Grand Cerf 300 Tx Pierre LEBOND, capitaine Le Havre Île Percée

No

Membres d'équipage et passagers

Observations diverses

Sources

684

Les propriétaires du navire étaient Emmanuel LEBORGNE, A. LUCAS et P. POLLART. LEBORGNE veut saisir le fort Saint-Jean en gage des dettes sur la succession d’Aulnay. Il échoue parce que LaTour à été prévenu par Nicolas DENYS.

LATOURCHARLES in web DBC

RHAF, 4 : 493
Cherbonnier 1654, 8/3 (LR)

685

 

Vers la fin de 1653 Nicolas DENYS acquiert pour 15 000L de la Compagnie de la Nouvelle-France les droits sur la côte et les îles du golfe Saint-Laurent depuis le cap Canseau jusqu’au cap des Rosiers en Gaspésie, y inclus le Cap-Breton et les îles de la Madeleine. Il reçoit peu après sa nomination de gouverneur et lieutenant général de ce vaste territoire. Il organise alors une compagnie de pêche  et de traite. Il a comme associés Christophe FOUQUET de Chalain et les frères Jacob et Abraham DUQUESNE. La compagnie effectue des voyages chaque année de 1654 à 1664. Son navire quitte la France au début mai et y retourne en octobre chargé de morue et de fourrures. Chaque expédition comprend en général 15 marins, 10 soldats et 16 agents. Chaque voyage coûte en moyenne, en plus des gages, de 12 000 à 15 000L.

DENYSNICOLAS in web DBC

686

Passagers arrivée :

(prob. dans ce navire)

- * BÉNARD, Françoise

- * BOISSEL, Marie

- * BOULIC, Marie-Renée

- * COLLIN, Catherine

- * FRANÇOIS, Marie-Madeleine

- * GAULIN, Marguerite

- * GODARD, Marie

- * LONGCHAMP, Geneviève

- * LORION, Catherine

- * MOUSSEAU (de), Louise

- * ROLAND, Nicole

La Fortune de Nantes, commandée par Pierre Le BESSON, arrive à Québec le 14 juillet avec un groupe de dix filles à marier formées par la Reine-mère Anne d’Autriche, issues des meilleures familles et d’excellente éducation. Ce sont probablement  les dix jeunes filles célibataires cataloguées par Marcel Trudel comme arrivées en 1654 : Françoise BÉNARD, Marie BOISSEL, Catherine COLLIN, Marie-Madeleine FRANÇOIS, Marguerite GAULIN, Marie GODARD, Geneviève LONGCHAMP, Catherine LORION, Louise MOUSSEAU et Nicole ROLAND.

La religieuse hospitalière Marie-Renée BOULIC arrive aussi à Québec le même jour, sans doute dans ce navire.

BRH, 46 : 338

CI : 303, 304, 306, 309, 312, 313, 316, 317

687

 

Le Petit Saint-Jean est commandé par René BOUTIN.

CI : 303

688

 

idem

689

 

Le navire s'échoue à Québec.

idem

690

 

CI : 303, 317

691

Membres d'équipage :
- LEQUIN, Thomas, pilote

Jean et Guillaume POULET sont tous les deux capitaines sur ce navire. Thomas LEQUIN, lui occupe le poste de pilote.

CI : 303

692

 

Flotte de trois navires anglais commandée par le major Robert SEDGWICK, qui devait s'emparer de la Nouvelle-Hollande mais la paix venant d'être signée entre l'Angleterre et la Hollande, il profite de sa commission pour attaquer l'Acadie. Il s'empare des forts de Pentagouët et de la rivière St-Jean le 17 juillet et de Port-Royal le 16 août. Il nomme son beau-frère, le major John EVERETT, gouverneur militaire de l'Acadie. CROMWELL concède l'Acadie à Thomas TEMPLE, à William CROWNWE et à La Tour (qui vend sa part aux deux autres l'année suivante, puis se retire au Fort St-Louis).

Canada-Québec; Synthèse historique : 50-51
CI : 303

HNF : 89

693

 

Un des trois navires de la flotte anglaise qui s'empare de l'Acadie.

idem

694

 

idem

idem

695

Le navire part de France pour Québec aux termes d'un contrat avec l'État.

NNCC : 196

ANC, F1A 40 fol. 7; ADCM, B 5661, 06/03/1656

696 Tabellionnage du Havre
2E70, 1654
(infos fournies par William Lambert)

                                        engagé de 1654                          autres immigrants de 1654                         autres émigrants de 1654


Code de couleur des navires

marchands français

royaux

cabotage

construits en Nouvelle-France

anglais

autres Européens

pêcheurs

en traite et/ou saisies

prises anglaises ou autres

aux Antilles et autres îles

à la baie d’Hudson et/ou au nord

corsaires, flibustiers et pirates

combats, captures et/ou mutineries

avaries, échouages, naufrages et tempêtes

maladies et/ou décès

Accueil

Haut de la page