Pierre-Esprit RADISSON

(Paris circa 1640 - Londres circa 1710)

Sources : Portrait : Belier - Archives nationales

du Canada, C-015497 in http://www.civilization.ca/vmnf/explor/radi_f5.html

 

Navires à Québec et Tadoussac en 1660

          

    Marcel Trudel indique que quatre navires sont venus à Québec et Tadoussac. D’après le Journal des Jésuites de 1660 le samedi 12 juin paraît à Québec les voiles du «  premier vaisseau de Normandie ». Il est venu à Québec trois vaisseaux et deux chaloupes, soit probablement cinq vaisseaux avec celui de LEFEBVRE, demeuré à l'île Percé. Les marchands suivants sont de passage: GAIGNEUR,Jacques MASSÉ, Arnauld PERÉ, Jean ROYER, Daniel BAILLE et Clément EUSTACHON. Le « dernier vaisseau de POINTEL » repart le 5 novembre avec MM CHARRON, Villeray, etc. Trudel identifie 107 des quelques 200 nouveaux immigrants.

 

Deux explorateurs passent au service des Anglais

 

   La destruction de la Huronie et le massacre de plusieurs colons lors des incessantes incursions iroquoises amènent la cessation presque complète de la traite des fourrures. Ce commerce étant la seule exportation d’importance de la Nouvelle-France on en vint alors à se demander s’il ne fallait pas abandonner le pays. En 1654 la paix signée, les tribus de l’Ouest arrivent à Trois-Rivières avec un grand stock de pelleteries. Les Cris parlent d’une rivière fort spacieuse qui aboutit à une grande mer (la baie d’Hudson).


   En 1655 Médard CHOUART Des Groseilliers et un compagnon demeuré inconnu, partent en voyage d’exploration au-delà du lac Supérieur, là où se cachent des Iroquois : les Hurons et les Outaouais. Ils reviennent l’année suivante chacun avec 14 à 15 mille livres de pelleteries. Une flotte de sauvages les accompagne riches de 100 mille écus de fourrures. En 1659 Des Groseilliers et Pierre-Esprit RADISSON préparent une autre expédition pour les Grands Lacs. Le gouverneur voulait qu’ils soient accompagnés d’un de ces hommes. Des Groseilliers, qui s’y oppose, s’esquive sans se faire remarquer. Les deux hommes reviennent à Trois-Rivières le 24 août 1660 avec 300 Indiens. La Mère Marie de l’Incarnation parle d’une flottille de canots, avec une « manne céleste » de peaux de castors, et ajoute que cela allait sauver la colonie de la ruine. Les Jésuites s’entretiennent avec Des Groseilliers pour connaître tous les détails du voyage et les consigner dans leurs Relations. Trois Jésuites dont le père René MÉNARD et cinq trafiquants repartent avec les Indiens qui rentraient chez eux.


    À partir de cette année-là il y aura constamment des trafiquants français qui iront dans l’Ouest. Ce voyage des deux explorateurs sauva la colonie de la ruine économique et en préserva même probablement l’existence selon l’historienne Grace Lee Nute. Ce qui n’empêcha pas le gouverneur d’Argenson de saisir leurs pelleteries et de leur imposer une amende pour être partis sans sa permission et de jeter en prison Des Groseilliers. Ces avanies soulèvent la fureur des deux beaux-frères. Sitôt libéré Des Groseilliers s’embarque pour la France pour obtenir justice mais en vain. En 1662 à dessein ou par la force des circonstances ils abandonnent leur projet d’un voyage d’exploration vers la baie d’Hudson à partir de l’île Percée et se dirigent plutôt vers Boston. Il y sont mieux accueillis que par leurs compatriotes. Ils passent à Londres en 1665 avec Georges CARTWRIGHT. En 1668 le roi met à leur disposition le vaisseau royal l’Eaglet, et les armateurs un cotre, le Nonsuch. Des Groseilliers fonde le fort Charles à la rivière Rupert.

*********

Sources : Catalogue des immigrants, page 430. Trudel, Marcel; Dictionnaire biographique du Canada en ligne, Médard CHOUART Des Groseilliers  et Pierre-Esprit RADISSON in http://www.biographi.ca/FR/index.html; Relations des Jésuites, Journal des Jésuites, vol. 45,  pages 156-164 in http://puffin.creighton.edu/jesuit/relations/

 
1660


No

Navires

Tge

Maître

Proprio

Armateur

Provenance

Destination

Retour

738

« navire de Nicolas DENYS »

 

 

Nicolas DENYS

 

France d début mai

Acadie d oct

 

739

« 1er vaisseau de Normandie »

 

 

 

René ROBINEAU, sr de Bécancour

Normandie

Qc 12 jun, d 7 juil

 

740

« vaisseau de GRIGNON & GAIGNEUR »

 

 

 

Pe GAIGNEUR, GRIGNON et autres

La Rochelle

Tadou. vers 19 jun, d après 6 jul

 

741

« vaisseau du cap LEFEBVRE »

 

LEFEBVRE, capitaine

 

MASSÉ, PERÉ et autres

France

île Percé vers 20 jun, d après 20 jul

 

742

Le Saint-Jean, de La Rochelle

100 Tx

E. RAYMOND, cap

J. GITTON et autres

Jean GITTON et autres

La Rochelle

Qc 4 aoû, d 18 oct, Nlle-Angl. (?), France

 

743

« dernier vaisseau de POINTEL »

 

POINTEL, capitaine

 

 

France

Qc 7 sep, d 5 nov

 


No

Membres d’équipage et passagers

Observations diverses

Sources

738

 

Voyage annuel du navire de Nicolas DENYS pour la pêche et la traite.

Nicolas DENYS in DBC en ligne

739

 

Le samedi 12 juin paraît à Québec les voiles du « premier vaisseau de Normandie ’ en suite du nouveau traité pour le commerce du païs par le sieur Bécancour ». Le navire repart le 7 juillet « pour aller quérir des farines en France ».

CI : 430

RJ, 45 : 156, 158

740

Passagers arrivée :
- DENIS de La Ronde, Pierre

- FRÉMIN, Jacques

- GAIGNEUR, Pierre

Passagers départ :
- GRIGNON, Antoine

(prob. sur ce navire)
- * GRIGNON, Jean

La semaine suivante vers le 19 juin viennent dans une chaloupe (de Tadoussac) MM. GAIGNEUR et DENYS, le jeune avec le père jésuite FRÉMIN. MM. GRIGNON, GAIGNEUR, etc. et repartent dans leur chaloupe « en même temps la veille » du 7 juillet que le « premier vaisseau de Normandie ». Jean GRIGNON repasse en France en 1660 sans doute dans le même navire que son père Antoine.

CI : 430

RJ, 45 : 156, 158

741

Passagers arrivée :
- MASSÉ, Jacques


- PERÉ, Arnauld

Le lendemain (20 juin), un jeudi, arrive à Québec une autre chaloupe (aussi de Tadoussac), avec MM. MASSÉ, PERÉ et autres petits marchands. Jacques EKWI part le 20 juillet dans la « chaloupe de M. MASSÉ, huguenot, mais en compagnie de M. PERÉ et autres pour aller trouver le cap. LEFEBVRE ».

CI : 430

RJ, 45 : 156, 158

 742

Passagers départ :
- BOURDON (de), Jean

- GASNIER, Anne

- PELLERIN, Philippe

- TORCAPEL, Jean
(sans doute dans ce navire)

- * RUETTE d’Auteuil, Denis-Joseph


 

Le 4 août arrive à Québec le deuxième vaisseau. Le capitaine Élie RAYMOND commande ce navire. Il repart le 18 octobre avec les prêtres MM. TORCAPEL et PELERIN et Jean de BOURDON, avec sa femme (Anne GASNIER), etc. Ce dernier est chargé d’aller exposer au ministre la situation militaire de la colonie et de demander l'envoi de troupes. Denis-Joseph RUETTE d’Auteuil s’est sans doute embarqué aussi sur ce navire puisqu’il va chercher à Paris son fils né en mer à la fin de 1657. Enceinte mais séparée de lui sa femme Claire-Françoise CLÉMENT s’est embarquée pour la France cette année-là. La grand-mère maternelle de l’enfant, Anne GASNIER, accompagne son gendre. Bosher (1) mentionne avec réserve que le navire serait allé en Nouvelle-Angleterre.

 

Jean BOURDON in DBC en ligne

CI : 430

DGFQ : 1084
NNCC : 196 (1)

RHAF, 4 : 494
Juppin 1660, 27/02 (LR)

RJ, 45 : 160, 162, 164

743

Passagers arrivée :
- PÉRONNE, sr Du Mesnil, Jean

- PÉRONNE, sieur DesTouches, Michel

Passagers départ :
- CHARRON, sr de Labarre, Claude

- ROUER, sr de Villeray, Louis

Le 7 septembre jette l'ancre à Québec le troisième vaisseau, commandé par le capitaine Jean POINTEL, avec M. Du Mesnil et d'autres passagers dont son fils Michel. Le « dernier vaisseau de POINTEL » repart le 5 novembre avec MM CHARRON, Villeray, etc. Ce dernier doit repassé en France pour une deuxième fois. Un édit royal émis le 13 mai 1659 l’a démis de ses fonctions de membre du Conseil de la traite, de lieutenant de la Sénéchaussée et de commis du magasin de la Compagnie de la Nouvelle-France. Ces deux dernières charges ont été héritées de son défunt beau-père, Charles SEVESTRE. Rétabli par l’État dans ses fonctions au printemps 1660 le Conseil persiste pourtant encore à le tenir responsable des sommes dépensées par son beau-père. Il doit encore se rendre en France avec les pièces justificatives cette année-là de même qu’en 1662. Ses efforts furent récompensés. La Compagnie de la Nouvelle-France lui concéda le 19 janvier 1653 les concessions héritées de son beau-père mais contestées. Le 18 septembre suivant il est le premier des cinq membres du Conseil souverain choisis par le nouveau gouverneur de SAFFRAY de Mézy et Mgr de LAVAL. Il jouera dès lors un rôle de premier plan dans la direction des affaires judiciaires et administratives de la colonie.

CI :430

DGFQ : 896
RJ, 45 : 162, 164

Louis ROUER in DBC en ligne

 

                                              autres immigrants de 1660                     autres soldats de 1660                  autres émigrants de 1660

 

Navires à Québec en 1661

 

     Quatre navires sont venus à Québec en 1661. Selon Marcel Trudel les capitaines Laurent et Jean POULET occupent des postes sur des navires demeurés anonymes. Par contre ce dernier arrive à Québec avec le premier navire de l’année d’après le Journal des Relations de 1661. Trudel mentionne que les marchands suivants sont de passage : Jacques BRESCHON de Bellefond, Mathurin MORISSET, Antoine GRIGNON et Pierre FOLLIN. De plus il identifie 223 des quelques 300  nouveaux immigrants.

 

Le nouveau gouverneur amène 100 soldats

 

    Le 31 août le nouveau gouverneur et lieutenant général, Pierre DUBOIS baron d’Avaugour, militaire d’expérience, arrive à bord du « dernier vaisseau » à mouiller à Québec. De son propre chef le gouverneur a amené avec lui une armée de 100 soldats. Dans une lettre au Grand Condé, le 13 octobre 1661, il dût reconnaître que l’entretien d’un tel corps de troupes est un fardeau trop lourd pour la jeune colonie. Visionnaire il avait vu aussitôt les grandes possibilités de ce pays qu’il croyait comme tout le monde « aussy sauvage qu’abandonné ». Mais avant de les voir se matérialiser il fallait régler le problème des attaques iroquoises. Pourtant, poursuit-il dans sa lettre au roi, il suffirait d'à peine quelques centaines d’hommes pour dompter les Iroquois, alors il demande sans ambages de lui envoyer au moins son « pain et celui des cent soldats ». À l’appui de sa démarche il enverra l’année suivante Pierre BOUCHER pour tenter de convaincre Louis XIV.

 


Arquebuzé pour trafic d'eau-de-vie

   Pour éviter les désordres le trafic de l'eau-de-vie avec les Amérindiens a toujours été interdit en Nouvelle-France. Le représentant de l'autorité civile le gouverneur Voyer d'Argenson a toujours punit très sévèrement les trafiquants. De même que Mgr LAVAL s'est lui aussi  opposé dès son arrivée à ce commerce. Le 6 mai 1660 il prononça l'excommunication automatiquement de tous trafiquants.


   Daniel VUIL a peut-être été emprisonné (?) en février 1661 pour s'être adonner à ce commerce ce dont doute l'historien André Vachon. Mais en tout cas ce « prisonnier hérétique relaps, blasphémateur & profanateur des Sacremens » fut le déclencheur d'une querelle entre le gouverneur et l'évêque lorsque ce dernier énonça une sentence contre VUIL. Il a été « arquebuzé » le 7 octobre 1661 « pour avoir traité de l’eau-de-vie aux sauvages ». Le 11 du même mois un autre trafiquant dénommé LAVIOLETTE fut aussi exécuté. Mais Pierre AIGRON dit Lamothe, lui aussi excommunié en avril 1661 s'en était tiré à meilleur compte après s'être repenti.


*********

Sources : Catalogue des immigrants, page 444. Trudel, Marcel; Dictionnaire biographique du Canada en ligne, Pierre DUBOIS d’Avaugour in http://www.biographi.ca/FR/index.html; Relations des Jésuites, vol. 46, pages 178-186 in http://puffin.creighton.edu/jesuit/relations/

1661    

No

Navires

Tge

Maître

Proprio

Armateur

Provenance

Destination

Retour

744

Le Plaisir,

de La Rochelle

130 Tx

Jn GUILLONEAU, cap

PAGÈS,THEVENIN, FANEUIL, DEPONT

 

LR

Côte de l'Acadie

 


745


La Marie, de Brouage



Jacques PINGAULT, cap

G. MASSÉ
et autres

G. MASSÉ
et autres

idem
Pêche, île Percé, T-N, Acadie

746

La Marguerite,

de Brouage

300 Tx

Guillaume HEURTIN, cap

idem

Pierre GAIGNEUR

idem

Percé, Acadie, Canada, pêche

 

747

« navire de Nicolas DENYS »

 

 

Nicolas DENYS

 

France d début mai

Acadie d oct

 

748

« vaisseau de Laurent POULET »

 

Laurent POULET, cap

 

 

France

Qc 22 aoû, d 19 sep

 

749

Le Taureau

150 Tx

Élie TADOURNEAU

Frs PERON

Frs PERON, Pre FILLYE

LR

Qc 24 aoû, pêche

 


750

Le Saint-Pierre

300 Tx
Pre FILLYE, cap;
prob retour :
GRINGOIRE, cap



idem

Qc 31 aoû, d 22 oct

      

No

Membres d’équipage et passagers

Observations diverses

Sources

744

 

Propriété de Samuel PAGÈS, pour une part d'un huitième, de Paul THEVENIN, pour une part d'un huitième, de Pierre FANEUIL, pour une part de trois huitièmes et de Jean DEPONT, pour une part de trois huitièmes, le navire est envoyé en 1661 pour la côte de l'Acadie. Il est commandé par le capitaine Jean GUILLONEAU.

NNCC : 181

BMUN de L.R., Moreau 1661, 22/02 (LR)

745

 

« Pêche et charge de marchandises au Canada au retour ». Le navire, commandé par le capitaine Jacques PINGAULT, fait escale à l'île Percé.

NNCC : 170

RHAF, 4 : 495
Moreau 1661, 10/03 (LR)

746

 

Le navire, loué à Guillaume MASSÉ, d'Oléron pour 900L par mois par Pierre GAIGNEUR qui l'arme, fait escale à l'île Percé avant d'aller en Acadie. Il est commandé par Guillaume HEURTIN.

NNCC : 169

BMUN de L.R., Moreau 1661, 12/03 (LR) fol. 64

RHAF, 4: 495
Moreau 1661, 12/03 (LR)

747

 

Voyage annuel du navire de Nicolas DENYS pour la pêche et la traite.(1)

Nicolas DENYS in DBC en ligne

748

Passagers arrivée :
(2) GAUVREAU, Nicolas

(3) LECLERC, Marie

(4) MOREL, Thomas

(p-ê sur ce navire)

(8) * BUISSOT, …

(9) * THUBIÈRES de Levy de Queylus, Gabriel

Passagers départ :
(7) GILLET, Jean

(6) PERRIER, ...

(5) VOYER (de), vicomte d'Argenson, Pierre

Engagement pour trois ans à Jean GLORIA, bourgeois de Dieppe, embarqué sans aucun doute sur le navire du capitaine (1) POULET (Le Mareschal, notaire de Dieppe) :
(2) - 8 juin - GOUVEREAU, Nicolas, arquebusier natif de Dompierre sous la Roche Surion en Poitou, à 80L par an dont 30L d'avance.

 

Le 21 juin 1661 chez le notaire Antoine Le Mareschal à Dieppe (3) Marie LECLERC, prête à s'embarquer dans le navire du capitaine POULLE, vend la part de son héritage, soit 150LT, pour payer tant sa traversée « que pour hardes rafraischissements et autres choses à elle nécessaires qu'elle porte pour faire ledit voyage ».

 

Le 22 août s'ancre à Québec le premier navire de l'année le ‘ vaisseau de Laurent POULET ’, avec à son bord (4) M. MOREL, prêtre. Le navire repart le 19 septembre, avec (5) M. le Vicomte d’Argenson, l'ancien gouverneur, accompagné de son domestique (6) PERRIER et de son secrétaire (7) Jean GILLET. (8) MM. BUISSOT et (9) l'abbé de Queylus, peut- être passagers dans ce navire, arrivent à Québec le 3 août dans la chaloupe de René MAHEU, venant de l'île Percé et qui était parti le 27 juin amenant le courrier pour la France.


CI : 381

DGFQ : 831

RHAF, 5 : 269, 273 in http://www.erudit.org/

revue/haf/1951/v5/

n2/801701ar.pdf

RJ, 46 : 178, 182

749

 

Le 24 août le deuxième navire, celui de TADOURNEAU, met l'ancre à Québec.

NNCC : 206

Cherbonnier 1661, 15 et 18/06; 1664, 26/03 (LR)

RHAF, 4 : 495
Cherbonnier 1661, 03/06 et 18/06 (LR)

RJ, 46 : 182

750

Passagers arrivée :
(3) DESCARTES, baron de Mesnil, Augustin

(1) DUBOIS, baron d’Avaugour, Pierre

(2) PÉRONNE, sieur de Mazé, Louis

Passagers départ :
(5) BOUCHER, sieur de Grosbois et de Boucherville, Pierre

(4) THUBIÈRES de Levy de Queylus, Gabriel

(prob. sur ce navire)

(6) ALLET (d'), Antoine

Le 31 août arrive sur ce navire le nouveau gouverneur,(1) M. DUBOIS d'Avaugour, avec son secrétaire,(2) Louis PÉRONNE, sieur de Mazé, fils de M. Du Mesnil, dont le frère est enterré le même jour, tué d’un coup de pied par N… Le gouverneur est accompagné de son lieutenant,(3) Augustin DESCARTES de Mesnil. De plus il amène avec une troupe de 100 soldats.

Mgr LAVAL attendant de nouvelles informations ne voulaient pas reconnaître les  documents officiels apportés par
(4) l'abbé de Queylus, revenu cet été-là et l'autorisant comme curé de Montréal. Entre temps le roi avait envoyé une lettre ordonnant le retour immédiat de l'abbé en France. Il s'embarque sur le « dernier vaisseau » qui part le 22 octobre avec d'autres passagers dont (5) M. BOUCHER. Parmi ces autres passagers il y avait aussi sans aucun doute le secrétaire de l'abbé de Queylus, le Sulpicien (6) Antoine d'ALLET, qui est reparti cette année-là.

 

(7) Pierre FILLYE, qui hiverne à Québec en 1661-1662, est dit capitaine du navire le Saint-Pierre dans un contrat de mariage à Québec le 7 septembre 1661, selon Trudel. D'après Michel Robert sur son site web(8) GRINGOIRE, de Dieppe, est le capitaine de ce navire (probablement au retour vers la France ?).

ALLET in DBC en ligne

CI : 455

NNCC : 201

Cherbonnier 1661, 15/06 (LR) liasses

RJ, 46 : 182, 186

Web Michel Robert

                                       

autres immigrants de 1661                   autres soldats de 1661             autres émigrants de 1661

              
Code de couleur des navires
marchands français royaux cabotage
construits en Nouvelle-France anglais autres Européens
pêcheurs en traite et/ou saisies prises anglaises ou autres
aux Antilles et autres îles à la baie d’Hudson et/ou au nord corsaires, flibustiers et pirates
combats, captures et/ou mutineries avaries, échouages, naufrages et tempêtes maladies et/ou décès

 


Accueil

 

Haut de la page