Combat du 8 mai 1744, au large d'Ouessant (Bretagne),
entre les navires anglais et français,
le Northumberland et le Content.

« Vue du port de Rochefort, prise du Magasin des Colonies »

Sources : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Northumberland-1724-Garneray-5106.jpg:

  En 1762 par Joseph Vernet, peintre de marine, « N° d’inventair: 5 OA 12 

  (Dépôt du département des peintures, Musée du Louvre / Inv. 8306)
 Lieu d’exposition : Musée national de la Marine - Paris »

    Sources : http://www.musee-marine.fr/public/virtuel/vernet/index.html

1746


No

Navires

Tge

Maître

Proprio

Armateur

Provenance

Destination

Retour

2499

La Petite Marguerite,

de Québec ex Élisabeth,

de la Martinique

80-100 Tx

d'AILLEBOUST de Cerry, Pre CHABOISSEAU, cap.

BEAUJON,DUFY CHAREST, DUFY, DÉSAUNIERS et CHAREST

Bordeaux

Québec

2500

Le Marc Antoine

106 Tx

PERRON, capitaine

M.-Antoine FEBVRE

La Rochelle

Québec, Antilles

La Rochelle 27 jul 1747

2501

La Brunette, de Bordeaux

90 Tx

Joachim CLÉMENT, capitaine

Bernard DUNOUGUEY

 

Bordeaux

Québec

2502

La Sainte-Julienne,

de Bayonne ou Ciboure

150 Tx

SAINT-JEAN MONSÉGUR,

cap. de Ciboure

SAINT-JEAN MONSÉGUR, cap. de Ciboure

 

Bayonne, Ciboure

Québec 20 mai, dép 9 nov, Baie Verte

France

2503

Le Fleury, du Havre

300 Tx

       

Capturé, conduit à NY

2504

La Marie

Michel de SALLABERRY
   

Martinique

Québec 6 jun

CapChat,échoué près Qc

2505

La Société, de Bordeaux

90-100 Tx

de PLAINE, capitaine

Jean DELPECH

 

Rochefort

Québec

 

2506

La Déesse, de La Rochelle

230-280 Tx

HIRIART, capitaine

Frères PASCAUD

 

France

Québec 4 jul

 

2507

La Martre

         

Québec

 

2508

La Légère, de La Rochelle

80 Tx

Charles GUILLEMOT, cap.

Frères PASCAUD

 

La Rochelle

idem

 

2509

La Légère, de Bordeaux

90 Tx

Jean HARISMENDY, cap.

 

Bordeaux dép 20 mai

idem

Capturée 28 mai près île d'Oléron

2510

L'Heureux, de Québec

144-150 Tx

Jean DARRACQ, capitaine

Pierre TROTTIER Desauniers ou Jn BEAUJON

 

Bx dép 25 mai, île d'Aix dép 21 jun

idem

Coulé vers 15 jul Baie Rouge près Labrador

2511

Les Deux Amis

Pierre BOULLOT, cap.

   

Martinique dép 3 aoû

idem

Martinique 17 fév 1747

2512

Le Saint-Antoine, d'Agde

99 Tx

François RICARD, capitaine

 

Amand NADAU

Bordeaux

Québec 17 sep

 

2513

Les Deux Cousins,

de La Rochelle

200-225 Tx

Jacques FOURNEAU,

capitaine

BOUDET et THOURON

 

Bordeaux, LR dép 22 jun

Québec 18 sep

 

2514

La Marie Françoise,

de la Martinique

60 Tx

Charles LEFEBVRE, capitaine

DECASSE l’aîné

 

Bordeaux

Québec

Capturée

2515

Le Lion, de Nantes

200 Tx

Jacques BIONNEAU, cap.

LIQUART

 

Nantes

Qc, Acadie, Martinique

2516

L'Auguste, de Saint-Malo

300 Tx

Vincent DESMARTEZ, cap.

Sieur de la LANDE

Robert SURCOUF

St-Malo

Québec dép oct

Rochefort

2517

Le Tourneur, de Granville

300-350 Tx

Le HOCQUIANT, capitaine

Robert DUGARD et Cie,

de Rouen

La Rochelle

idem

2518

La Société, de Rochefort

         

idem

2519

La Charmante Nanette,

de La Rochelle ou Québec

112 Tx

Charles MAILLET, capitaine

André CARERO

MACARTY et VIVIERS

La Rochelle

idem

2520

Le Northumberland

 

Duc d'ANVILLE

   

Chibouctou 20 sep

 

2521

« Navire de Boston »

 

   

Boston

Chibou.vers 27sep

Capturé

2522

Le Renommé

 

KERSAINT, capitaine

   

France

Lbg, Chibouctou d 15 oct

2523

La Vierge de Grâce,

de La Rochelle

180 Tx

Martin LARREGUY, capitaine

Jean-Baptiste SOUMBRUN

 

La Rochelle

Chibouctou dép 15 oct, Québec

La Rochelle 29 jul 1748

2524

L'Andromède,

de La Rochelle

285-300 Tx 

Jean-Louis FAUTOUX, capitaine

Simon LAPOINTE

 

idem

Chibouctou dép 15 oct, Qc, Antilles

La Rochelle 1748

2525

Le Prosper, du Havre

100 Tx

Alexandre Le GRAND, capitaine

BAUDOUIN & Cie, de Rouen

HEBRE l’aîné pour le roi

Rochefort

Acadie

Pris 10 déc et mené à Plymouth

2526

La Sultane, de La Rochelle

300-380 Tx

PASCAUD

PASCAUD

La Rochelle

Chibouctou d 15 oct, Qc

La Rochelle

2527

Le Fort Louis, de Bordeaux

320 Tx

François DROUILHET, capitaine

David GRADIS

Bx d 13 avr,île d’Aix 15 avr,d 22 jun

Chibouctou 27 sep,d 15 oct,Qc,vira pour Antilles

Échoué 19 nov Cap Français (St-Dom.)

2528

L'Alcide

       

France

Chibouctou 27 sep

Les îles

2529

Le Mars

       

idem

idem

idem

2530

L'Ardent

       

idem

idem

 

2531

Le Caribou

       

idem

idem

 

2532

La Palme

       

idem

idem

 

2533

L'Argonaute

       

idem

idem

 

2534

La Catherine

J. LARGE, capitaine

     

Chibouctou dép 24 oct,Mines d.16 déc

France

2535 et 2536

« Deux corsaires ennemis »

         

Riv. St-Jean vers 24 déc

 

2537

La Judith

140 Tx

Antoine RODRIGUE, cap.

 

Rochefort

idem

 

2538

La Gironde

 

Le roi

 

Bx dép 5 oct

idem

 

2539

Le Prince d'Orange,

de La Rochelle

 

de la BOUCHERIE, capitaine

Pierre CHARLES

La Rochelle

Québec

 

2540

La Sainte-Croix,

de Bordeaux

200 Tx

HARZOUET, capitaine

Pierre SALIS et Jean JUNG

G. ESTÈBE

Bordeaux

Québec nov

 

2541

Le Soleil Levant,

de La Rochelle

100 Tx

HIRIART

La Rochelle

Québec

 

 

No

Membres d'équipage et passagers

Observations diverses

Sources

2499

Passagers arrivée :

- …, Jean

- …, Martin

Le 21 janvier 1746 Jean BEAUJON achète le navire sous le nom d'Élisabeth de la Martinique à Louis LAGROIX pour 1200L. Jean BEAUJON possédait une part d'un quart et les autres propriétaires, trois négociants de Québec, DUFY DÉSAUNIERS, DUFY CHAREST et CHAREST, aussi une part d'un quart chacun. Jean BEAUJON signe à Bordeaux le 21 janvier 1746 pour envoyer le navire, commandé par le capitaine Pierre CHABOISSEAU, à Québec.

Contrats d’engagement retrouvés aux Archives départementales de la Gironde à Bordeaux et déchiffrés par Christophe Chauvin :

Engagements pour Québec à 320 livres de sucre au capitaine CHABOISSEAU du navire la Petite Marguerite de Québec, appartenant à sieur Jean BEAUJON, bourgeois et négociant de Bordeaux (Parran, notaire de Bordeaux) :

- 25 janvier - Martin …, 19 ans, perruquier natif de Nantes.

- Jean …, 30 ans, boutonnier natif de Montreuil en Périgord.

Tous deux catholiques.

« En 1746, M. d'AILLEBOUST de Cerry prit une part importante aux opérations militaires et navales des Français pour la reprise de l'Isle Royale. Il commandait le brigandin la Petite Marguerite, un des six vaisseaux chargés de transporter de Québec à la Baie-Verte un détachement de 680 Canadiens ».

ADG, 3 E 13038; Parran 1746, 25/01 (Bx) (actes déchiffrés par Christophe Chauvin)

Réf ?

NNCC : 180

ADG, 6 B 98* fol. 27, 6 B 1341, 18/01/1746

2500

Armé par le propriétaire Marc-Antoine FEBVRE qui le loue à l'État.

NNCC : 168

ADCM, B 247, 08/03/1746

2501

Passagers arrivée :

- DUBOIS, Pierre

Contrat d’engagement retrouvé aux Archives départementales de la Gironde à Bordeaux et déchiffré par Christophe Chauvin :

Engagement pour Québec en Amérique à 320 livres de sucre au capitaine Joachim CLÉMENT du navire la Brunette (Parran, notaire de Bordeaux) :

- 17 mars - Pierre DUBOIS, 28 ans, cordonnier natif de Saintes, catholique.

À Bordeaux le 18 mars 1746 Bernard DUNOUGUEY ou DUMERGUEY signe pour envoyer le navire à Québec.

ADG, 3 E 13038; Parran 1746, 17/03 (Bx) (ct déchiffré par Christophe Chauvin)

NNCC : 143

ADG, 6 B 98 fol. 66, 6 B 309; Parran 1746, 17/03 (Bx)

2502

Le 5 février 1746 le navire est affrété à Bayonne pour le transport de marchandises et d'effets du Roi à Québec. Le départ de Ciboure doit se faire à partir du 10 au 15 février au plus tard. Officiers et équipage

sont à la solde du roi qui fournit aussi les vivres moyennant 16 000L payées à SAINT-JEAN MONSÉGUR, capitaine et propriétaire, avant le départ pour un voyage aller retour à Québec. « Quatre deniers par livre attribués aux Invalides de la Marine » seront déduits ainsi que les droits de quittance. Il est prévu en cas de capture ou de perte une assurance de 6000L. De plus Sa Majesté fournit quatre canons de deux livres et quatre pierriers avec leurs ustensiles. Le 9 novembre 1746 à Québec HOCQUART écrit au ministre qu'il envoie le navire à la baie Verte chargé de vivres pour l'escadre du duc d'ANVILLE ou les troupes et de là pour la France. L'intendant lui souligne que « c'est une nouvelle destination à laquelle il convient d'avoir égard » en cas de perte, capture ou hivernement forcé. De plus il faut aussi prendre en considération « l'avarie qu'il a reçue au Cul-de-Sac par le coup de vent du 9 septembre ».

NNCC : 193

ANC, C11A 86 fol. 155, 88 fol. 105, 188

Web ACF : CAOM : COL C11A 86/fol. 155-156v et 157-158

2503

 

Le navire, loué à l'État le 30 mars 1746, prend la mer avec l'escadron du duc d'ANVILLE, mais il est capturé et conduit à New York.

NNCC : 156

AM Lorient, B 4 50, lettre du 21/08/1757

2504

 

Bosher écrit que cette goélette navigue La Rochelle Rochefort Québec Baie Verte en 1746 « pour raisons officielles ». En effet sérieusement endommagée par de violentes tempêtes la petite goélette la Marie, commandée par Michel de  SALLABERRY, n’a pu atteindre Québec en 1745. Son capitaine n’eut d’autre choix que de mettre le cap vers les Antilles. En Martinique le navire est réparé. Escorté par un corsaire français il arrive à Québec le 6 juin 1746. Durant l’été SALLABERRY croise (avec ce navire ?) à l’embouchure du Saint-Laurent au large de Cap Chat, surveillant une possible flotte d’invasion anglaise. Devant transporter des approvisionnements de guerre à la Baie Verte en Acadie avec plusieurs autres navires vers la fin de l’année le navire s’échoue à 15 lieues de Québec.

NNCC : 171

ANC, C11A 86 fol. 34, 88 fol. 106, 117 fol. 78

Michel de SALLABERRY in web DBC

2505

 

Commandé par le capitaine de PLAINE le navire la Société navigue de Rochefort à Québec en 1746.

ANC, C11 A 85 fol. 261, 86 fol. 331, 117 fol. 77

2506

 

Chargé d'une cargaison pour l'État.

NNCC : 149

2507

Membres d'équipage :
- HINO, Pierre

- Le GALLAIS, René-Jean

- MÉNARD, Joseph

(p-ê sur ce navire)

- * HYARD, Joseph
- * OLIVIER, Jean

René-Jean Le GALLAIS est « second maître dans la frégate la Marthe » selon Tanguay. (1)

Membres d’équipage de la Martre hospitalisés à l’Hôtel-Dieu de Québec en 1746 :

- Pierre HINO, 22 ans, de Bretagne, matelot, hospitalisé le 11 juillet pour vingt-quatre jours.

- Joseph MÉNARD, 26 ans, de St-Malo, matelot, hospitalisé le 11 juillet pour vingt jours.

(peut-être sur ce navire)

- Joseph HYARD, 38 ans, de Miniac-Morvan, matelot hospitalisé le 14 juillet pour dix-neuf jours.

- Jean OLIVIER, 22 ans, de St-Malo, matelot, hospitalisé le 19 juillet pour douze jours

DBBNF : 143, 147

DFGC, 5 : 292 (1)

2508

NNCC : 165

ADCM, B 250 12/05/1746; UMCB, U 8928, 15/11/1746

2509

Passagers arrivée :

- NOËL, Jean

Contrat d’engagement retrouvé aux Archives départementales de la Gironde à Bordeaux et déchiffré par Christophe Chauvin :

Engagement pour Québec en Amérique à 320 livres de sucre au capitaine Jean HARISMENDY du navire la Légère, appartenant à sieur Armand NADAU, bourgeois  et négociant de Bordeaux  (Parran, notaire de Bordeaux) :

- 18 mai - Jean NOËL, 35 ans, natif de (blanc).

Il est catholique et ne sait signer. 

Chargé de vin, d'eau-de-vie, etc. le navire est envoyé à Québec après la signature d'Amand NADAU à Bordeaux le 20 mai 1746, mais il est capturé le 28 mai près de l'île d'Oléron par des corsaires de Jersey. Le capitaine emprisonné pendant 40 jours est renvoyé à Saint-Malo.

Contrat d’abandon et de délaissement retrouvé aux Archives départementales de la Gironde à Bordeaux et déchiffré par Christophe Chauvin :

Le 1er juin 1746 Michel BROUET, commis de Jean BEAUJON, signe l’acte d’abandon et de délaissement des marchandises chargées sur le navire la Légère de Bordeaux assurées pour 5000L par Jacques LEGRIX le 30 avril 1746 à Bordeaux. Le navire, écrit le 29 mai le sieur SOUMBRUN négociant de La Rochelle à Jean BEAUJON, a été capturé à l’entrée du Pertuis d’Antioche en route pour la rade de La Rochelle et l’île d’Aix rejoindre le convoi pour Québec par deux navires de quatre canons chacun avec 70 à 80 hommes d’équipage.

ADG, 3 E 13038; Parran 1747, 18/05  et 01/06 (Bx) (actes déchiffrés par Christophe Chauvin)

NNCC : 165

ADG, 6 B 98* fol. 70, 17/05/1746, 6 B 1348, 09/08/1746; Parran 1746, 18/05 et 01/06 (Bx); Mansset 1746, 04/06 (Bx) abandon

2510

Passagers arrivée :

- BERNARD, Simon

- ENA…, Jean

- LAFORZ, Étienne

Contrats d’engagement retrouvés aux Archives départementales de la Gironde à Bordeaux et déchiffrés par Christophe Chauvin :

Engagement pour Québec en Amérique à 320 livres de sucre au capitaine Jean DARACQ du navire l’Heureux, appartenant à sieur Jean BEAUJON, bourgeois  et négociant de Bordeaux  (Parran, notaire de Bordeaux) :

- 21 mai - Simon BERNARD, 18 ans perruquier natif de Toulouse.

- Étienne LAFORZ, 25 ans, perruquier natif de Périgueux.

- Jean ENA…, 18 ans, natif de Périgueux.

Tous sont catholiques et ne savent signer. 

   

Nicolas BEAUJON signe à Bordeaux le 23 mai 1746 pour envoyer le navire à Québec et BEAUJON l'assure avec la cargaison pour 27 000L d’après Bosher (1). Le navire quitte l'île d'Aix le 21 juin avec le convoi d 'ANVILLE avec qui navigue aussi les capitaines FOURNEAU, RICARD, ABEL et MALLE, mais le 15 juillet un gros vent contraire l'en sépare. Le 20 août après 58 jours de navigation dans des brouillard forts épais il heurte des rochers à Baie Rouge près du Labrador et fait naufrage. Le capitaine et son équipage réussissent à atteindre la rive dans un dériveur. Le commandant du lieu, M. DESRUISSEAU, leur donne des chaloupe et ils reviennent plus tard débarquer de l'eau-de-vie qu'ils vendent à Québec avec un bénéfice de 3231L.

   

Contrat d’abandon et délaissement retrouvé aux Archives départementales de la Gironde à Bordeaux et déchiffré par Christophe Chauvin :

Le 29 décembre 1746 Jean BEAUJON signe à Bordeaux l’acte d’abandon et de délaissement du navire et de ses marchandises. Il avait assuré le 30 avril  le « Corps, Quille, Agrés, Apparaux & généralement sur toutes les apparences et dépendances du Navire » pour 2000L , le navire pour 5000L et la cargaison pour 10 000L par le sieur LEGRIX à Bordeaux. Le 18 mai il a encore fait assurer le navire pour 7000L par les assureurs suivants : VIENNE  et LAFON aîné et fils, chacun 250L; PITARD, CLARMON et P. FRERE, MATHIEU aîné, BRUNAUD frères et COUTURIER et DELHOSTE, chacun 300L; BANAL et amis et PEYRE aîné, chacun 800L; Th. et J. LYNCH, J. BANOS et compagnie, GOUDAL et FERRAND, moitié pour compte d’ami, chacun 500L; FARROÜILH jeune 600L; THOMAS, DELMESTRE et compagnie, Jean DUMMERGER et MOLINIE l’aîné, chacun 200L. Le 18 mai il a aussi fait assurer la cargaison du navire pour 7000L par les assureurs suivants : VIENNE et LAFON aîné et fils, chacun 250L; PITARD, CLARMON  et P. FRERE, MATHIEU aîné, BRUNAUD frères et COUTURIER et DELHOSTE, chacun 300L; BANAL et amis et PEYRE aîné, chacun 800L; TH. et J. LYNCH, J. BANOS  et compagnie, GOUDAL et FERRAND, moitié pour compte d’ami, chacun 500L; FARROÜILH jeune 600L; THOMAS, DELMESTRE et compagnie, Jean DUMMERGER et MOLINIE l’aîné, chacun 200L. Il a aussi fait assurer par le ministère de Jean VEYSSIERE à La Rochelle le navire pour 4000L et sa cargaison pour 11 400L. Finalement il déclare avoir reçu une lettre de change, tirée par TACHEREAU sur M. DESELLE à Paris payable au 14 mars 1747 n° 412, provenant de la vente à Québec des eaux-de-vie sauvées du naufrage, soit 3230L 19S 8D à répartir entre les assureurs.

ADG, 3 E 13038; Parran 1747, 21/05  et 29/12 (Bx) (actes déchiffrés par Christophe Chauvin)

NNCC : 161 (1)

ADG, 6 B 98* fol. 70, 23/05/1746, 6 B 309; Roy, Inventaires des jugements; Parran 1746, 29/12 (Bx)

2511

Dans son dossier personnel on mentionne que le capitaine Pierre BOULLOT  a fait le voyage avec la goélette les Deux Amis de la Martinique à Québec du 3 août 1746 au 17 février 1747, soit pour une durée de 6 mois et 15 jours.

Web ACF : CAOM : COL E 45/27p.

2512

Passagers arrivée :

- LAMARCHE, Pierre

Contrat d’engagement retrouvés aux Archives départementales de la Gironde à Bordeaux et déchiffrés par Christophe Chauvin :

Engagement pour Québec en Amérique à 320 livres de sucre au capitaine François RICARD du navire le Saint-Antoine d’Agde (Parran, notaire de Bordeaux) :

- 4 mai - Pierre LAMARCHE, 31 ans.

Il est catholique et ne sait signer. 

   

Le navire est armé par Amand NADAU qui signe à Bordeaux le 6 mai 1746 pour l'envoyer à Québec où G. ESTÈBE est leur correspondant. Il est chargé d'une cargaison en partie frétée par J. BEAUJON pour divers marchands à Québec.

   

Acte de règlement de compte entre BEAUJON et ses assureurs PEYRE et LEGRIX, retrouvé aux Archives départementales de la Gironde à Bordeaux et déchiffré par Christophe Chauvin :

   

Lors de son voyage la tartane le Saint-Antoine d’Agde a subi un coup de vent très violent et « aurait reçu quantité de coups de mer sur son pont ». À son arrivée à Québec le 17 septembre le capitaine RICARD rapporte à l’Amirauté entre autre qu’une voie d’eau a endommagé une partie de la marchandise, parmi celle-ci une balle pour BEDOUT, marchand de Québec, soit 12 pièces de toile de ménage blanche, valant 2164L. Les sieurs LIQUART et MONIER ont examiné, pour le compte du marchand les toiles imbibées d’eau de mer et pourries, et « estimé l’avarie au trois quart de perte revenant à 1685L 10S 9D », selon leur rapport et procès-verbal du 20 septembre 1746. Les marchandises chargées ont été assurées à Bordeaux le 6 avril 1746 par PEYRE aîné et LEGRIX de Monier, pour 2583L. Le 22 juillet 1747 devant le notaire Parran à Bordeaux Jean Nicolas BEAUJON leur demande de procéder au règlement de compte des marchandises perdues au nom du sieur GAUTIER.

ADG, 3 E 13038; Parran 1747, 04/05 (Bx) (acte déchiffré par Christophe Chauvin)

NNCC : 190

ADG, 6 B 98* fol. 69; Parran 1746, 04/05 (Bx)

2513

Passagers arrivée :

- BEAULIEU, Pierre

- GIRAUD, Jean

- RAYMOND, Jean

Contrats d’engagement retrouvés aux Archives départementales de la Gironde à Bordeaux et déchiffrés par Christophe Chauvin :

Engagements pour Québec en Amérique à 320 livres de sucre au capitaine Jacques FOURNEAU du navire les Deux Cousins de La Rochelle, appartenant à sieur BEAUJON, bourgeois et négociant de Bordeaux (Parran, notaire de Bordeaux) :

- 18 avril - Jean GIRAUD , 19 ans, perruquier natif de Nantes.

- Pierre BEAULIEU, 18 ans, natif de Périgueux.

- Jean RAYMOND , 23 ans, tailleur d’habit natif d’Angoulême.

Tous savent signer et sont catholiques. 

Les propriétaires, BOUDET et THOURON, ont signé à La Rochelle, tandis que Nicolas BEAUJON a signé à Bordeaux le 20 avril 1746 pour envoyer le navire à Québec.

ADG, 3 E 13038; Parran 1747, 18/04 (Bx) (actes déchiffrés par Christophe Chauvin)

NNCC : 150

ADG, 6 B 97* 20/04/1746; Parran 1746, 18/04 (Bx)

2514

Passagers arrivée :

- DECASSE, Pierre

- LACOUR, Jean

- RUOLY, Pierre

Contrats d’engagement retrouvés aux Archives départementales de la Gironde à Bordeaux et déchiffrés par Christophe Chauvin :

Engagements pour Québec en Amérique à 320 livres de sucre au capitaine Charles LEFEBVRE du navire la Marie Françoise de La Martinique, appartenant à sieur DELASSE l’aîné, bourgeois et négociant de Bordeaux (Parran, notaire de Bordeaux) :

- 23 avril - Jean LACOUR, 30 ans, cordonnier natif de Sauveterre en Angoumois, il sait signer.

- Pierre RUOLY , 18 ans, menuisier natif de Langon, il ne sait signer.

Tous sont catholiques.

Contrat d’abandon et de délaissement des marchandises du navire retrouvé aux Archives départementales de la Gironde à Bordeaux et déchiffré par Christophe Chauvin :

Pierre de CASSE l'aîné signe à Bordeaux le 26 avril 174 pour envoyer le navire à Québec dont la cargaison avait été assurée le 20 avril 1746 par Jean BEAUJON pour 14 630L. Le navire est capturé par un vaisseau de guerre. Pierre DECASSE, qui s’est embarqué sur le navire parti le 20 mai, le confirme dans une lettre. Michel BROUET, commis de Jean BEAUJON, signe à Bordeaux chez  le notaire Parran le 4 juillet 1746 l’acte d’abandon et de délaissement des marchandises du navire à l’assureur PEYRE aîné.

ADG, 3 E 13038; Parran 1747, 23/04 et 04/07 (Bx) (actes déchiffrés par Christophe Chauvin)

NNCC : 171

ADG, 6 B 98* fol. 69, 26/04/1746; Parran 1746, 23/04 et 04/07 (Bx)

2515

   

NNCC : 167

ANC, C11A 85 fol. 269; Roy, Inventaire des jugements, sept. et oct. 1746

2516

 

En octobre 1746 sur son départ de Québec pour Rochefort chargé d'une cargaison de peaux de castors.

NNCC : 139

Web : ACF : CAOM : COL C11A 85/fol.256-267v

2517

 

Le Tourneur de Granville ou de Rouen (Bosher (1)), commandé par le capitaine Le HOCQUIANT, est envoyé de La Rochelle à Québec. En octobre 1746 le Tourneur de Granville (web ACF) est sur son départ de Québec.

NNCC : 207

ANC, C11A 86 fol. 8, 36, 117 fol. 77, 121 fol. 194

2518

 

En octobre 1746 la Société de Rochefort est sur son départ de Québec.

Web : ACF : CAOM : COL C11A 85/fol.256-267v

2519

 

Goélette de La Rochelle (1) ou de Québec (2) en octobre 1746 sur son départ de Québec.

NNCC : 145 (2)

ADCM, B 5735 NO 3; ANC, C11A 85 fol. 261

Web : ACF : CAOM : COL C11A 85/fol.256-267v (1)

2520

  Le Northumberland est d'abord un vaisseau de guerre britannique de 64 canons. Construit à WoolwichEn avril 1744 commandé par le capitaine Thomas WATSON, il se dirige vers Lisbonne avec l'escadre de Sir Charles HARDY. Le 8 mai à 5 heures du matin au large d'Ouessant en Bretagne il prend en chasse trois voiles suspectes qui s'avèrent être des vaisseaux français, soit le Content de 60 canons, le Mars de 64 canons et un autre de 20 canons. Le premier lui envoie une pleine bordée mais sans causer de dommage. L'anglais s'engage alors avec le Mars. Après un combat de trois heures le navire français est sérieusement endommagé. Sur le point maintenant de s'occuper du Content, un cri demandant le cessez-le-feu surgit du gaillard arrière. C'est le pilote anglais qui annonce que l'on a baissé les couleurs. Cela cause une grande consternation surtout après que le charpentier rapporte le bon été de la coque du navire et qu'il n'y a aucune voie d'eau. Seuls les voiles et le gréement ont été démolis en pièces, 70 hommes ont été tués ou blessés mais malgré tout le Northumberland restait encore un grand navire. Gravement blessé, le capitaine a été descendu dans la cabine du commis pour y être soigné. Jamais il n'aurait donné cet ordre. Les Français ne s'attendaient pas à cette reddition car leurs vaissseaux étaient encombrés de leurs mâts, leurs voiles et leur gréement. Ils ont pris trois jours pour mettre voile et dix-neuf pour atteindre Brest.

Le capitaine est mort en France quelques jours plus tard. Puis une cour martiale anglaise acquitte tous les officiers anglais. Le pilote lui est jugé et condamné à la prison à vie pour avoir livrer le navire sans aucune raison.

source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Northumberland_(navire)

Dans une lettre de HOCQUART au ministre en octobre 1746 il mentionne que le chevalier Claude-Charles de BEAUHARNOIS lui a appris que le duc d'ANVILLE est arrivé seul à Chibouctou le 20 septembre avec le Northumberland. Le 27 d'ESTOURMEL arrive avec quatre vaisseaux de guerre et 28 navires marchands. L'Alcide, le Mars, l'Ardent et le Caribou s'étaient séparés de l'escadre quelques jours avant, mais les deux premiers navires allant aux îles, il ne manquait que deux frégates, la Palme et l'Argonaute ainsi que trois ou quatre navires marchands dont un chargé d'étoffe pour l'Acadie. Sept compagnies manquaient à l'appel étant sur les vaisseaux séparés de l'escadre. Le duc d'ANVILLE meurt le 27 septembre « le chagrin de se voir seul pendant huit jours à Chibouctou, y a beaucoup contribué ». D'ESTOURMEL lui succédant tombe malade presque aussitôt et « dans l'accès d'une fièvre ardente se donna la nuit du 29 au 30, un coup d'épée dans le ventre, qui traversa de part en part ». Le 1er octobre après sa démission de La JONQUIÈRE devient commandant. Ce dernier veut partir le 12 octobre attaquer Port-Royal malgré qu'une grande partie des vivres soient gâtées. Il compte y laisser trois bataillons et demande en conséquence à BIGOT, commissaire ordonnateur, de faire envoyer à la baie Verte 1500 à 2000 quarts de farine et légumes. Ce dernier a déjà fait chargé six bâtiments mais pour l'escadre plutôt, estimant ses besoins plus pressants. La navigation en cette saison dans le golfe étant trop dangereuse pour des navires de la force de la Déesse, du Lion et de la Sainte-Croix, ils iront à Chibouctou. Tandis que la Sainte-Julienne, les brigandins l'Esprit et le Soleil Levant iront à la baie Verte. Il y a 2000 malades à Chibouctou. BIGOT défend l'envoi de morues sèches en soulignant les ressources limitées du pays pour nourrir l'escadre et les troupes. Le commissaire ordonnateur a par conséquent acheté pour le compte du roi la cargaison du Lion destinée à la Martinique ainsi que le Soleil Levant avec sa cargaison, son équipage étant maintenant à la solde de Sa Majesté.

Web : ACF : CAOM : COL C11A 85/fol.256-267v

Wikipedia/Northumberland

2521

 

Navire venant de Boston capturé par l'escadre d'ANVILLE à l'entrée de Chibouctou qui transportait  

« des lettres de SHIRLEY, WARREN et autres personnes de marque : ' toutes s'accordent sur le projet d'une entreprise contre ce pays au printemps prochain, on avait commencé à lever des milices dans les différentes provinces, on ajoute cependant que celle de Boston ne se livrait pas volontiers... on se plaignait amèrement des incursions de nos Canadiens et de nos Sauvages ».

idem

2522

Le 15 octobre la frégate, Renommé, quitte Chibouctou avec la Sultane, l'Andromède et le Fort Louis, qui vont à Québec, et leur sert d'escorte une journée.

NNCC : 156, 187

ADG, 6 B 1386, 09/01/1749

2523

Passagers arrivée :

- DAVID, Pierre

- RUBET, François

- SOULLET, Jean

Le propriétaire Jean-Baptiste SOUMBRUN signe à La Rochelle le 6 mai 1746 pour envoyer le navire à Québec .Le navire est commandé par le capitaine Martin LARREGUY. Il quitte Chibouctou pour Québec le 15 octobre avec la Sultane, l'Andromède et le Fort Louis, escorté une journée par la frégate, Renommé.

Engagements pour Québec à 300 livres de sucre au capitaine de la Vierge de Grâce, de la Rochelle (Desbarres, notaire de La Rochelle) :

- (559) 3 mai - François RUBET, 26 ans, tailleur d’habits, de Notre-Dame de La Rochelle, il sait signer.

- (560) Jean SOULLET, 25 ans, tailleur d’habits, de Bordeaux.

- (561) Pierre DAVID, 23 ans, tailleur d’habits, de Limoges.

Les trois engagés sur le même acte.

NNCC : 156, 187, 211

RHAF, 14 : 432
Desbarres 1746, 03/05

(LR)

2524

 

Le propriétaire Simon LAPOINTE signa à La Rochelle le 6 mai 1746. Il quitte Chibouctou pour Québec le 15 octobre avec la Sultane, la Vierge de Grâce et le Fort Louis, escorté une journée par la frégate, Renommé.

NNCC : 137, 156, 187

ADCM, B 251, 08/11/1748, 27/06/1749

2525

 

Ce brigandin construit au Havre est armé par HEBRE l’aîné, de Rouen pour le roi à Rochefort. Le navire, commandé par le capitaine Alexandre Le GRAND, du Havre avec un équipage de 15 hommes, est chargé de marchandises pour l'Acadie. Son connaissement est daté du 8 mai mais il est capturé le 10 décembre et conduit à Plymouth.

NNCC : 184

PRO, HCA 32 : 143 Pt 2

2526

Membres d'équipage :
- BERTIN, François
- BOURSET, Yves
- CADIN, Alain
- CASSAR, René
- DELANDE, Mathieu
- GLOUTIN, Jean
- HOUSSET, Pierre
- MASSE, André
- MOREAU, François
- PRAUD, Nicolas

(p-ê sur ce navire)

- * BEAULIEU, Yves

- * BOQUENETTE, Pierre

- * DARGONE, François

- * GUIBEL, Jean

- * GUILLET, Pierre

- * PENSARD, Charles

Membres d’équipage de la Sultane hospitalisés à l’Hôtel-Dieu de Québec en 1746 :

- François BERTIN, 17 ans, de Nantes, matelot, hospitalisé le 11 novembre pour vingt-trois jours.
- Yves BOURSET, 16 ans, de Nantes, matelot, hospitalisé le 11 novembre pour treize jours.
- Alain CADIN, 22 ans, de Nantes, matelot, hospitalisé le 11 novembre pour quarante-quatre jours.
- René CASSAR, 16 ans, de Nantes, matelot, hospitalisé le 12 novembre pour treize jours.
- Mathieu DELANDE, 32 ans, de la paroisse de St-Similien de Nantes, matelot, hospitalisé le 11 novembre pour treize jours.
- Jean GLOUTIN, 26 ans, de Nantes, matelot, hospitalisé le 11 novembre pour treize jours.
- Pierre HOUSSET, 40 ans, de Lannion, matelot, hospitalisé le 11 novembre pour cinquante-et-un jours.
- André MASSE, 20 ans, de Nantes, matelot, hospitalisé le 11 novembre pour cinquante-et-un jours.
- François MOREAU, 17 ans, de Nantes, matelot, hospitalisé le 11 novembre pour vingt jours.
- Nicolas PRAUD, 17 ans, de Nantes, matelot, hospitalisé le 11 novembre  pour vingt jours.
(membres d’équipage d’un navire appelé la Frégate, peut-être ce navire)

- Yves BEAULIEU, 22 ans, de St-Brieuc, matelot, hospitalisé le 7 février pour vingt-et-un jours.
- Pierre BOQUENETTE, 24 ans, de St-Malo, matelot, hospitalisé le 28 mars pour trois jours.
- François DARGONE, 20 ans, de St-Brieuc, matelot, hospitalisé le 30 mars pour un jour.

- Jean GUIBEL, 30 ans, de St-Malo, matelot, hospitalisé le 14 mars pour dix-sept jours.
- Pierre GUILLET, 23 ans, de Nantes, matelot, hospitalisé le 15 mars pour quatorze jours.
- Charles PENSARD, 28 ans, de St-Malo, matelot, hospitalisé le 13 mars pour dix-huit jours.

 

Le propriétaire PASCAUD arme son navire et signe à La Rochelle le 18 avril 1746 pour l'envoyer à Québec. Bosher mentionne que le navire est à Chibouctou d'où le 15 octobre 1746 il lève l'ancre pour Québec avec la Sultane, la Vierge de Grâce et l'Andromède, escortés une journée par la frégate, Renommé, mais qu'il est rentré à La Rochelle le 18 juin 1746 (sic). Ce navire a très probablement hiverné à Québec parce que l'équipage était trop malade. C'est peut-être aussi ce navire que l'on appelle la Frégate.

NNCC : 156, 187, 205

DBBNF : 136, 137, 138, 139, 140, 142, 143, 146, 147, 149

2527

 

Chargé de canons, de balles de canons et autre cargaison en partie pour l'État, en partie aussi pour son propriétaire, David GRADIS, le navire quitte Bordeaux le 13 avril 1746 pour l'île d'Aix où il arrive le 15. Il prend la mer pour Québec dans le convoi du duc d'ANVILLE le 22 juin et arrive à Chibouctou le 27 septembre où 45 navires de guerre et de commerce sont à l'ancre. Escorté une journée par la frégate, Renommé, il lève l'ancre pour Québec avec la Sultane, la Vierge de Grâce et l'Andromède le 15 octobre. Des dommages causés par des tempêtes l'obligent à virer de bord le 19 octobre, il prend alors la direction des Antilles. Le 19 novembre trois corsaires britanniques après une bataille de deux heures le font échouer près du Cap Français à Saint-Domingue. Le capitaine atteint le Cap Français le 13 décembre. Le 5 mai 1747 il reprend la mer pour la France comme capitaine de la Roue de Fortune. Elle est capturée deux jours plus tard et conduite à « Yorck, Nouvelle-Angleterre ». Le capitaine est échangé à Léogane le 14 juillet 1747. De nouveau au commande d'un autre navire, le Théodore de Nantes il arrive en France le 1er décembre 1748 où le 6 janvier 1749 il fait son rapport à l'amirauté.

NNCC : 156, 187

ADG, 6 B 1367, 16/11/1747, 1386, 09/01/1749; UMBC, U 8928, 15/11/1746; Mansset 1747, 18/05 (Bx)

2528

 

Le 27 septembre 1746, un des quatre vaisseaux de guerre, avec le Mars, l'Ardent et le Caribou, séparé de l'escadre d'ANVILLE quelques jours avant, qui arrive à Chibouctou avec d'ESTOURMEL. Il continue sa route vers les îles.

Web : ACF : CAOM : COL C11A 85/fol.256-267v

2529

 

Le 27 septembre 1746, un des quatre vaisseaux de guerre, avec l'Alcide, l'Ardent et le Caribou, séparé de l'escadre d'ANVILLE  quelques jours avant, qui arrive à Chibouctou avec d'ESTOURMEL. Il continue sa route vers les îles.

idem

2530

 

Le 27 septembre 1746, un des quatre vaisseaux de guerre, avec l'Alcide, le Mars et le Caribou, séparé de l'escadre d'ANVILLE  quelques jours avant, qui arrive à Chibouctou avec d'ESTOURMEL.

idem

2531

 

Le 27 septembre 1746, un des quatre vaisseaux de guerre, avec l'Alcide, le Mars et l'Ardent, séparé de l'escadre d'ANVILLE  quelques jours avant, qui arrive à Chibouctou avec d'ESTOURMEL.

idem

2532

 

En octobre 1746 une des deux frégates de l'escadre d'ANVILLE avec l'Argonaute et trois ou quatre navires marchands, dont un chargé d'étoffe pour l'Acadie, manquant à l'appel à Chibouctou.

idem

2533

 

En octobre 1746 une des deux frégates de l'escadre d'ANVILLE avec la Palme et trois ou quatre navires marchands, dont un chargé d'étoffe pour l'Acadie, manquant à l'appel à Chibouctou.

idem

2534

 

Dans son rapport du 24 décembre 1746 le capitaine J. LARGE écrit que la Catherine a quitté Chibouctou le 24 octobre à six heures du matin à la suite de l'escadre de La JONQUIÈRE. Il a suivi l'escadre jusqu'au 26 où elle s'est « mise en panne » mais il ne peut, continue-t'il, « mettre une chaloupe à la mer pour me rendre à l'ordre par la faiblesse de mon équipage ». Le commandant lui ordonne alors de se mettre sous le vent ce qu'il fait jusqu'à neuf heures du soir. Le vent ayant augmenté l'escadre part, la Catherine suit mais le fort vent a obligé « à serrer  de la voile ». À sept heures du matin de forts vents emportent un petit hunier, « le navire est acotté pendant un quart d'heure » et pour le redresser ils doivent jeter à la mer très agitée quatre pièces de canon et la grande ancre. « Ne pouvant présenter le côté au vent » le navire fait « vend errière sous la mizaine » jusqu'au 28 où un vent calme permet alors à une vigie au haut d'un mât de rechercher l'escadre. L'ayant perdue de vue le capitaine suit les ordres et se rend à Port-Royal où il jette l'ancre le 3 novembre devant l'île Longue sans avoir rencontrer l'escadre. Ne prenant pas le risque d'entrer seul dans la rade il continue sa route jusqu'aux Mines pour y trouver le détachement de Canadiens commandé par RAMEZAY et leur remettre sa cargaison de pain, poix, lard et bœuf les tirant alors « d'une grande dizette ». Le navire met les voiles pour la France le 16 décembre mais le mauvais temps le contraint jusqu'au 24 et le force à relâcher à la rivière Saint-Jean. Il y rencontre « deux corsaires ennemis ». Il s'empare de leur chaloupe armée envoyée en reconnaissance et qui le renseigne sur les forces de ses vis-à-vis ce qui l'incite à appareiller aussitôt.

Web : ACF : CAOM : COL C11A 85/fol.252-253

2535 et 2536

 

« Deux corsaires ennemis » à la rivière Saint-Jean le 24 décembre 1746 lorsque la Catherine y fait relâche. Une chaloupe armée, envoyée par l'un d'eux, est capturée par le navire français le renseignant ainsi sur les forces des navires corsaires.

idem

2537

 

Chargé d'une cargaison pour l'État valant 26 610L.

NNCC : 165

AMR, 1 E 165

2538

 

Bosher (1) écrit que le navire a quitté Bordeaux pour Québec le 5 octobre 1746. Cette date de départ nous semble fort tard dans la saison pour cette destination. A t'il intervertit les dates 05/10 (5 octobre) pour 10/05 (10 mai) ?

NNCC : 158 (1)

BN, manuscr. fr. 11339 fol. 22; ANC, C11A fol. 32, 160

2539

 

NNCC : 183

ADCM, B 5735 NO 1

2540

 

Les propriétaires du navire étaient Pierre SALIS, pour une part de cinq huitièmes et Jean JUNG, pour une part de trois huitièmes.

NNCC : 193

2541

 

En 1746 ce brigandin de La Rochelle quitte son port d’attache pour Québec pour son propriétaire, HIRIART.

NNCC : 205

ANC, C11A 85 fol. 160, 170

 

Code de couleur des navires

marchands français

royaux

cabotage

construits en Nouvelle-France

anglais

autres Européens

pêcheurs

en traite et/ou saisies

prises anglaises ou autres

aux Antilles et autres îles

à la baie d’Hudson et/ou au nord

corsaires, flibustiers et pirates

combats, captures et/ou mutineries

avaries, échouages, naufrages et tempêtes

maladies et/ou décès

Accueil

Haut de la page