Plans de la Sirène et the Unicorn ex Licorne

Maison de la Compagnie [des Indes] à Québec. s.d.

ARCHITECTURE NAVALE AU XVIIIe SIÈCLE

(...) Le plan ci-dessus représente La Sirène, frégate du Roi de France,

celui du bas, The Unicorn (La Licorne) du Roi d'Angleterre (...)

Sources : http://forum.aceboard.net/5500-553-36599-0-Licorne- mena-Montcalm-Amerique.htm   

Contrairement à ce que son titre indique ce plan représente sans doute la maison de la Compagnie des Indes à Montréal, soit le Château Ramesay d'aujourd'hui. Il servait de magasin pour la Compagnie des Indes qui l'a fait construire en 1755 sur les fondations de l'ancienne maison du gouverneur. Elle avait acheté la propriété en 1745. http://www.vieux.montreal.qc.ca/inventaire/fiches/

fiche_bat.php?sec=e&id=0040-67-0759-00&mat=0040-67-0759

 

 MONTCALM embarqué sur la Licorne

 

 Le 3 avril 1756 le général le marquis de Montcalm s'embarque à Brest sur la Licorne avec d'autres officiers de l'état major des troupes de terre à destination de Québec dont

BOUGAINVILLE, qui deviendra célèbre après son voyage autour du monde en 1766-1769. Parti avec la Sirène et la Sauvage le navire arrive à Québec le 13 mai.

Les secours en troupes arrivent à Québec mais la maladie aussi...

 

Monsieur DOREIL, commissaire des guerres au Canada, écrit au ministre, en qui il avait la confiance, à l'automne 1755 que la situation de la colonie est critique à tous égards

et exige de prompts et puissants secours sinon elle court les plus grands risques dès l'an prochain. Son appel a été entendu car le roi envoie le marquis de MONTCALM en

remplacement du général DIESKAU avec deux bataillons et 400 nouvelles recrues, des vivres et plus d'un million de surnuméraires. Six navires, soit trois flûtes le Héros,

l'Illustre et le Léopard et trois frégates la Licorne, la Sauvage et la Sirène amènent les deuxièmes bataillons des régiments de la Sarre et du Royal-Roussillon ermbarqués

à Brest en mars 1756. Ces bataillons composés chacun de 525 hommes et de treize compagnies l'un commandé par M. de SENEZERGUES et l'autre par le chevalier de

BERNETZ formaient ensemble un corps de troupes de près de 1200 hommes avec leurs officiers. Mais l'Illustre et le Léopard sont affectés par la maladie à bord. Ce dernier

surtout est frappé par cette maladie épidémique qui emporte son commandant, beaucoup d'officiers et près de la moitié de son équipage. La contagion gagne même Québec et

son hôpital général dont la moitié des religieuses soignantes en sont affectée. L'Hôpital général accueille jusqu'à 600 malades à la fois et l'Hôtel-Dieu, qui venait de brûler, plus de

200 malades. La cour ordonne par mesure de précaution et d'hygiène de désarmer et de brûler le Léopard malgré que le navire soit encore presque neuf. MONTCALM écrit au

ministre le 12 juin 1756 que six autres bâtiments, des navires marchands frétés pour le compte du roi, sont arrivés à Québec avec des provisions de bouche, des munitions de

guerre et 400 hommes, recrues et soldats tirés dans divers régiments d'infanterie.

Lancement de l'Abénaquise et construction du Québec  

 

Dans une lettre au ministre le 1er novembre 1756 René-Nicolas LEVASSEUR, chef de la construction navale royale à Québec, lui annonce le lancement avec succès de la 

frégate l'Abénaquise. Il espère « qu'elle aura tous les avantages désirables et qu'elle répondra à ce qu'on en attend. Cependant la grosseur du lest dont est composé de son 

arrimage tenant beaucoup d'encombrement sans avoir de poids, pourroit diminuer la force de son côté ». Sur le même chantier il met en branle la construction de la frégate

le Québec. Un conseil de marine avait décidé de mettre les bois pour ces deux frégates dans un hangar pendant deux ans pour voir si cette précaution les ferait durer davantage. 

Malheureusement ce hangar a servi à d'autres usages et les bois sont restés exposés aux intempéries dont les neiges qui ont contribué à en altérer la qualité. Malgré tout le mal 

qu'il s'est donné dans le choix des pièces et les précautions qu'il a prise de laisser du jour dans tous les assemblages, il ajoute qu'il est donc à craindre que ces frégates n'aient les
mêmes inconvénients que celles qu'il a déjà construite. Il propose de faire l'essai des chênes de la Rivière aux Sables. Ces bois sont d'une meilleure qualité, les pieds dans le sable 

ils sont situés sur des côteaux. D'ailleurs il a écrit un mémoire sur les bois que l'on peut tirer de ce pays à monsieur DELAPORTE mais il n'a pas reçu de réponse. Il y mentionnait
notamment les bordages, d'une qualité bien supérieure à ceux de Suède que l'on utilise à Brest.

*********

Sources : Bulletin des Recherches Historiques, vol. 35, pages 615-620 et vol. 49, page 210; Mémoires de la Société généalogique canadienne française, vol. 4, page 240; La ville 

de Québec sous le régime français. Volume second Roy, Pierre-Georges in http://www.ourroots.ca/f/viewpage.asp?ID=375996&size=2; web Archives Canada-France, ANOM, COL 

C11A 101/fol.318-319 in http://www.archivescanadafrance.org/francais/accueil.html

 

1756

 

No

Navires

Tge

Maître

Proprio

Armateur

Provenance

Destination

Retour

3081

L'Élisabeth

86 Tx

 

 

François GAZAN

La Rochelle

Québec

 

3082

Le Cérès

72 Tx

 

 

 

Québec

Port-Louis (Bret.) fin déc 1756

 

3083

La Renommée, de Bordeaux

300-350 Tx

DENIS de Vitré, capitaine de Québec

David GRADIS & Fils

 

Bordeaux

Québec

 

3084

Le Topaz, de Saint-Malo

380 Tx

 

MAGON  de la Lande

 

St-Malo

Québec

Naufragé peu après dép

3085

Le Rhinocéros

 

Le roi

 

Louisbourg avant 15 avr, Québec

 

3086

L’Heureux, de Québec

120 Tx

 

CLAVERIE et D. GOGUET,

de Québec

Denis GOGUET

La Rochelle

Québec

 

3087

Le Robuste, de Bordeaux

400-600 Tx

Jean-Joseph ROZIER, capitaine

GRADIS

GRADIS

Bordeaux

idem

 

3088

La Sirène

 

 

 

 

Brest dép 3 avr

idem

 

3089

La Vigilante

 

 

   

Granville d 13 mar

Louisbourg

3090

Le Bon Amy

45-60 Tx

Nicolas PIZANE,

de Bordeaux

Pierre FESQUET

 

Bordeaux

Québec

Pris 4 avr près Espagne

3091

La Reine des Anges,

de La Rochelle

270-350 Tx

Denis GOGUET

Denis GOGUET

La Rochelle

Québec

3092

Le Sagittaire, de Bordeaux

250-300 Tx

Jn-François MALVEZIN, capitaine de Mortagne

GRADIS

GRADIS

Bordeaux d 2 avr

Qc 29 mai,d 22 jun, Cayes,St-Louis (St-Dom)

Capturé 26 mar 1757

3093

La Licorne

500 Tx      

Brest dép 3 avr

Québec 13 mai

 

3094

Le Léopard

 

Jean GERMAIN, lieutenant de vaisseau

Le roi

 

Brest dép 3 avr

Québec 30 mai

 

3095

La Sauvage

 

 

 

Brest dép 3 avr

Québec dép. jun

France

3096

La Concorde

 

Chevalier FAUQUES, capitaine

 

 

Port-Louis

Louisbourg, Port Dauphin 12 jun

3097

L'Arc-en-Ciel

 

 

 

 

idem

Louisbourg

Capturé

3098

Le Litchfield

 

 

Le roi (d'Angleterre)

 

Halifax

idem

 

3099

Le Norwich

 

 

idem

 

idem

idem

 

3100

La Valeur

 

 

 

Lbg d vers 16 jun

France

 

3101

Les Deux Frères, de La Rochelle

200-260 Tx

DETCHEVERRY, cap.

Michel RODRIGUE

Michel RODRIGUE

LR dép 14 avr

Lbg, Québec 25 jun

 

3102

Le Saintonge, de La Rochelle

350 Tx

Jean de LAGE, capitaine

de Marennes

PAILLET et MEYNARDIE

PAILLET et MEYNARDIE

La Rochelle

Québec, St-Domingue

L. R., pris 20 mai, conduit Plymouth

3103

La Parfaite Union

 

 

 

Le roi

Rochefort

Louisbourg 1er jul

3104

Le Dauphin, de La Rochelle

55 Tx

Pelerin MAISONNEUVE, capitaine

É et J-B RASTEAU de St-Domingue

La Rochelle

Québec 7 jul, St-Domingue

Capturé

3105

Le Beauharnais, de La Rochelle

260-300 Tx

Pierre SICARD,

de La Tremblade

J. THOURON Frères, de LR

idem

Québec

3106

La Réussite, de Louisbourg

46 Tx

Jean DARETCHE, capitaine de St-Jean-de-Luz

BEAUBASSIN, SILVAIN & Cie, de Louisbourg

BEAUBASSIN, SILVAIN & Cie

La Rochelle

Québec

Capturée 5 aoû

3107

Le Prince Noir, de Bordeaux

130 Tx

Jacques BÉDARD, capitaine de Royan

J. ALEXANDRE fils et GRADIS fils

Bordeaux

Québec dép 5 aoû, Antilles

Condamné à Cap-François (St-Dom)

3108

Le Dondonnais,

de Bordeaux

150-200 Tx

Mathurin FAYARD, capitaine de Combes

François LAVAUD

Pierre LAVAUD

Québec 13 aoû

 

3109

Le Rameau, de Québec

120-130 Tx

BEAURIVAGE, capitaine

Jean GRELLEAU,MOUNIER; puis Jos. CADET

Jean GRELLEAU

La Rochelle

Québec

 

3110

Le Grand Saint-Ursin,

de La Rochelle

190-250 Tx

Nicolas BROSSARD,

des Sables d'Olonne

J.B. SOUMBRUN et Simon JAUGE

Cie des Indes Orientales

Bx, LR dép 25 avr.

idem

Capturé 26 avr

3111

Le Printemps, de Bordeaux

200 Tx

Paul FRADIN, capitaine

de Meschers

Jacques BERTIN

 

Bordeaux

idem

 

3112

Le Saint-Dominique,

de Bayonne

120 Tx

Jean DARROULA, capitaine

Dominique BEHIC aîné

 

Bayonne,  Bordeaux

idem

 

3113

Le Bien Aimé, de Bordeaux

150-200 Tx

Chs Pelagé Gilles Gaetan de RATAS

LEIGE, de Bordeaux

 

Bordeaux

Québec

 

3114

Le Jeune Alexandre

de Bordeaux

200 Tx

Pierre RODRIGUE, capitaine

Samuel ALEXANDRE

 

Bordeaux

Québec

Pris, conduit en Angleterre

3115

La Petite Suzanne

de La Rochelle

75 Tx

Antoine GIRAUDEAU

 

La Rochelle

Québec

3116

Le Dauphin, de La Rochelle

120 Tx

André BOUTIN, capitaine

Jacques GARESCHÉ,de Nieul

J.GARESCHÉ, de Nieul

idem

Qc ou Louisbourg

Capturé 2 sep

3117

Le Robuste

 

 

 

 

France

Canada

 

3118

Le Jeune Joseph

 

 

 

 

idem

idem

 

3119

Le Dauphin

 

 

 

 

idem

idem

 

3120

Le Beauharnois

 

 

 

 

idem

idem

 

3121

Les Deux Soeurs, de Québec

80-90 Tx

 

 

DUPONT

Québec dép 5 nov

Bayonne 26 déc

 

3122

L'Anna Sophia

400 Tx

VAUDREUIL

Le roi

France

Québec

Capturée 20 nov 1757

3123

Le Saint-Martin, de Dunkerque

 

Pierre THOY,

de Dunkerque

GOMBERT, de Louisbourg

GOMBERT,

de Louisbourg

Louisbourg

La Rochelle

Capturé 9 jan 1757 conduit Guernesey

3124

L'Outarde

 

(p-ê) Jos-François-Régis PINGUET

 

 

France

Canada

 

3125

La Gracieuse

 

 

 

idem

idem

 

3126

Le Bien Aimé, de Bordeaux

 

Jean PRADÈS, capitaine

 

 

Bordeaux

Québec

Capturé

3127

La Légère, de Dunkerque

 

Le roi

 

France

Québec

 

3128

Le Mentor, de Louisbourg

140 Tx

Lambert ROMAT, capitaine

D.CABARRUS jeune

(prob.) Bordeaux)

(prob.) Louisbourg

 

3129

La Raison, de Saint-Malo

230 Tx

Joseph LABBÉ, capitaine

PORÉE DU BREUIL,

de St-Malo

 

St-Malo

Louisbourg

Capturée

3130

La Victoire, de Louisbourg

90-100 Tx

Georges GOUGEAU, capitaine

Jean LABORDE

 

Louisbourg dép 24 déc

Bordeaux

 

3131

Le Fortuné

DANIEL, capitaine

de Marseille

 

Québec

 

3132

L'Abénaquise

Gabriel PELLEGRIN, capitaine

   

Lancé Québec

Québec

 

No

Membres d'équipage et passagers

Observations diverses

Sources

3081

 

Cette goélette, chargée de « divers marchandises », met les voiles pour Québec. DOREIL signe en automne 1756 un État sur les navires qui ont apporté des soldats de France au Canada, « 87 soldats volontaires et 30 soldats de recrues » se trouvaient à bord de l'Élisabeth.

BRH, 51 : 181

NNCC : 152

ADCM, B 259, 24/02/1756

3082

 

Goélette chargée de 251 ballots de castor.

NNCC : 144

AM Lorient, 1 P 278d 14, lettre du 25/02/1756

3083

Passagers arrivée :

- PELISSIER, Charles

43 hommes d’équipage pour ce navire lorsque signent David GRADIS & Fils à Bordeaux le 6 février 1756 pour son voyage vers Québec. Un passager, Charles PELISSIER, traiteur de Paris établi à Québec, est aussi à bord.

NNCC : 187

ADG, 6 B 101*, fol. 22, 6 B 209, 26/02/1756; Parran 1756, 26/02 (Bx)

3084

Loué par l’État le 28 février 1756 au coût de 52 000L par son propriétaire MAGON de la Lande pour un voyage de Saint-Malo à Québec le navire fait naufrage peu après le départ.

NNCC : 207

BN, manuscr. fr. 11335 fol. 165ff

3085

Membres d'équipage :

- PELLEGRIN, Gabriel

Une lettre de M. de Joubert à M. de Sularville, du 15 avril 1756 de Louisbourg, nous apprend que la flûte du roi le Rhinocéros n'a mis qu'un mois pour traverser d'Europe au Cap-Breton.


Traversée de 38 jours, c’est l’une des plus rapides, de Brest à la Petite ferme sur la Côte de Beaupré avec le pilote PELLEGRIN, capitaine de port à Québec qui en était à sa 42e traversée.

Les derniers jours de l'Acadie, 183 in BRH, 47 : 244
BRH, 43 : 256

NNCC : 188

UMBC, U 9256

3086

 

Denis GOGUET signe à La Rochelle le 8 mars 1756 pour envoyer son navire à Québec et l’arme.

NNCC : 161

ADCM, B 259, 08/03/1756

3087

 

Le propriétaire GRADIS signe à Bordeaux le 11 mars 1756 pour envoyer le navire à Québec qu'il a armé.

NNCC : 188

ADG, 6 B 102* 25/02/1756, 6 B 410, 11/03/1756

3088

Membres d'équipage :

- FRANÇOIS, …

… FRANÇOIS, matelot français de la frégate la Sirène, décédé à bord s 20-05-1756 Saint-Michel. (1)

DGFC, 4 : 101 (1)

3089

 

 

SHM (Cherbourg), 12P, no

3090

 

Le navire, propriété de Pierre FESQUET, de Bordeaux qui signe dans cette ville le 16 mars 1756 pour l'envoyer à DERIT à Québec, avec neuf hommes d'équipage et une cargaison de victuailles, est capturé le 4 avril suivant près de l'Espagne.

NNCC : 141

PRO, HCA 32 : 169; Rauzan 1756, 28/05 (Bx); ADG, 6 B 102 16/03/1756, 6 B 409, 16/03/1756

3091

 

Denis GOGUET, propriétaire et armateur du navire, signe à La Rochelle le 20 mars 1756 pour l'envoyer à Québec.

« Etat signé par DOREIL en automne 1756 sur les navires ayant apporté des soldats de France au Canada en 1756 :
- La Reine des Anges,
9 soldats volontaires et 121 soldats de recrues...Soit en tout 156 soldats volontaires et 918 soldats de recrues, de plus 19 femmes de soldats avaient accompagnées leur mari ».

BRH, 51 : 181

NNCC : 186

ADCM, B 259, 20/03/1756

3092

 

« Etat signé par DOREIL en automne 1756 sur les navires ayant apporté des soldats de France au Canada en 1756 :
- Le Sagittaire,
21 soldats volontaires et 30 soldats de recrues... »

Armé par son propriétaire GRADIS avec un équipage de 40 hommes à Bordeaux d'où il part le 2 avril 1756. Il arrive à Québec le 29 mai et en repart le 22 juin 1756 avec des planches pour les Cayes, des prisonniers anglais montent à bord à Saint-Louis de Saint-Domingue. Avec un congé daté du 7 janvier 1757 à Saint-Louis il est capturé le 26 mars 1757 en route pour Bordeaux.

BRH, 51 : 181

NNCC : 189

ADG, 6 B 98*, 6 B 102* 17/03/1756, 6 B 409, 18/03/1756; PRO, HCA 32 : 246

3093

Soldats arrivée :
BOUGAINVILLE (de), comte de Bougainville,  Louis-Antoine

ESTÈVE, François
- MONTCALM (de), marquis de Montcalm, Louis Joseph

La construction de cette frégate a été ordonnée à Brest en décembre 1753. Elle a commencé en mai 1754 sous la direction de Jean GEOFFROY, qui en a dessiné les plans. Ils ont aussi servi de modèle pour d'autres frégates de guerre : le Sauvage, l'Hermine et l'Opale. Le navire a été lancé à Brest en décembre 1755 et mis en service en mars 1756. Il était armé de 30 canons, dont 26 de calibre de 8 livres et 4 de calibre de 4 livres.

La Licorne part de Brest le 3 avril avec les vaisseaux le Héros, l'Illustre et le Léopard et les frégates la Sirène et le Sauvage. Ils font partie de la division Beaussier de Lisle et portent des troupes à Louisbourg et à Québec et des fonds pour l'Île Royale.  Il y a à bord de la Licorne le marquis de MONTCALM,  BOUGAINVILLE (qui deviendra plus tard un célèbre explorateur après son voyage autour du monde en 1766-1769) et ESTÈVE  appartenant à l'état-major des troupes de terre pour Québec.

Au retour le 26 juillet 1756 au départ de Louisbourg la division rencontre les Anglais qui sont repoussés après un combat. Puis le 21 octobre 1757 en revenant de Saint-Domingue la frégate, qui fait partie de la division Kersaint, engage un combat sanglant contre les Anglais. En 1765 elle participe à l'expédition contre les pirales de Salé en Afrique du Nord. En 1775 c'est la refonte du navire. Mais en 1778 après son départ de Brest pour une expédition sur les côtes nord de la Bretagne avec la frégate Belle Poule et le lougre Coureur, les trois navires rencontrent et combattent l'escadre de l'amiral KEPPEL. La Licorne est capturée le 18 juin. Une autre source (1) mentionne que les trois frégates étaient plutôt la Licorne, capturée le 16 juin par le navire America, la Pallas capturée le 17 juin et la Belle Poule, soit avant la déclaration de guerre. La Licorne devenue l'Unicorn (2) ou HMS Licorne (3) est vendue en décembre 1783.


Les seuls plans du navire existant sont conservés au National Maritime Museum de Greenwich (on peut en demander une copie en écrivant au musée). Ronald Deschênes en a retranscrit les dimensions sur le site forum AceBoard L'Arsenal : a) Lines and profile : 6208; Length on the lower Deck : 127,1; Length of the Kell for Tonnage : 106,7 1/2; Breadth allowing 3 ins. Plank : 34,7 7/8; Depht in Hold : 10,0 1/2; Burtnen in Tons : No. 679 82/94; b) Platform on Lower Deck : 6210; c) Upper Deck : 6211; d) Quarter Deck and foc'sle : 6212; e) Midsection : 6213. L'armement anglais était de 26 canons de calibre de 12 livres et de 6 canons de 6 livres. '' Peut-être un peu lourd... '', écrit Ronald Deschênes. Sur le même forum monsieur Rabitsky mentionne que les dimensions sont celles prises par les Anglais lors de la capture de la frégate. Celles-ci diffèrent des dimensions d'origine parce que le bois travaille, surtout en mer. L'armement français était de 26 canons de calibre de 8 livres en batterie et de 6 canons de calibre de 4 livres sur les gaillards (temporairement 6 canons de calibre de 6 livres). Selon l'ordonnance royale de 1765 l'équipement réglementaire était de 236 hommes sans les domestiques, une dizaine. Le Service Historique de la Marine à Brest a conservé des dessins de sculpture fait par Cafieri, fils. (Brest 9 mai 1755, D1 68 fol. 4 - cl. 7292)

(1 et 2) http://forum.aceboard.net/5500-553-36599-0-Licorne- mena-Montcalm-Amerique.htm 

(3) http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_French_sail_frigates

Combattre pour la France : 130

Forum L'Arsenal
Wikipedia, the free encyclopedia, List of French sail frigates

3094

Membres d'équipage :
- BASSET, Jean
- BAUDRY, Grégoire

- CRENE (de), Jean
- DURRAC, Pierre

- FROMATIN, Nicolas
- GOURSAZ Pierre
- GRIMARD, Nicolas-Pierre

- KOULAY, Alain
- La GUERRIÈRE, Nicolas

- LANO (de), Louis

- LANTOME, Jacques
- Le MAIGRE, Robert
- Le ROIC, Olivier
- LIESTA, Jean-Jacques
- RAU, Julien
- SERRON, Nicolas
- VIO, Pierre

Soldats arrivée :
- BOURGAT (de), Charles

- DUFOUR, Étienne

- TURPIN, Jean

Vaisseau du roi qui transportait les régiments de La Sarre et de Royal-Roussillon à Québec, journal d'un officier de marine qui relate que le navire est arrivé dans un situation fort triste : une maladie épidémique a attaqué presque tout l'équipage et les passagers dont le principe n'est pas connu. Probablement due à la malpropreté et à l'infection par la négligence des officiers de ne pas avoir une seule fois fait gratter et nettoyer l'entrepont où toutes les ordures s'étaient accumulées. Toutes les troupes y étaient comme retranchées, n'en sortant jamais quand le temps était mauvais.

Le navire a été condamné par la Cour à être désarmé et brûlé à Québec quoique ce navire fut encore fort bon. La maladie contagieuse a gagné Québec: la moitié des religieuses de l'Hôpital général l'avaient gagné. Tous les jours mouraient beaucoup de malades. Deux des officiers des régiments Roussillon et de La Sarre étaient déjà morts. M. GERMAIN en est mort le 19 juin et M. de ROMAINVILLE le 9 juin à l'hôpital. M. de ROMAINVILLE eu droit à son enterrement malgré le refus du lieutenant du Roy, à ce que M. de BEAUSSIER fit descendre à terre 100 hommes des troupes de la marine. GERMAIN n'a pas eu de troupes étant mort en ville mais que la terre ne voulait lui donner que 50 hommes, comme à un capitaine d'infanterie.
Autres morts :
- 7 juin inhumé Jean-Jacques LIESTA, de St-Sévère, matelot, décès le 6, âgé de 50 ans
- 8 juin inhumé Nicolas-Pierre GRIMARD, de Dieppe, matelot, décès le 7
- 9 juin inhumé Étienne DUFOUR, de Brest, chirurgien-major, décès le 8, âgé de 24 ans. Présent : sieur Bergevin, chirurgien de la marine, sr Moinard et autres
-10 juin inhumé Jean BASSET, de St-Brieuc, quartier-maître sur le vaisseau, âgé de 55 ans
- 10 juin inhumé Nicolas La GUERRIÈRE, de Rouen, matelot-cannonier, décès le 10, âgé d'environ 20 ans
- 15 juin inhumé Jean TURPIN, du Maine, chirurgien, décès le 14, âgé de 24 ans
- 15 juin inhumé Pierre DURRAC, de Rouen, pilotin, décès le 14, âgé de 26 ans
- 15 juin inhumé Louis de LANO, de Nantes, pilote, décès nuit
précédente (14), âgé de 21 ans
- 15 juin inhumé Pierre GOURSAZ, de St-Vallery-en Caux, matelot, décès nuit précédente (14), âgé de 22 ans
- 16 juin inhumé Nicolas SERRON, de Dieppe, paroisse St-Jacques, aide-cannonier, décès le 15, âgé de 41 ans
- 19 juin inhumé Charles de BOURGAT, de Montlouis en Roussillon, capitaine au régiment de Royal-Roussillon, décès le 18, âgé de 29 ans
- 19 juin inhumé Pierre VIO, de Nantes, matelot, décès le 19, âgé de 27 ans
- 19 juin inhumé Jacques LANTOME, de la paroisse de Cherbourg, matelot, décès le 19 âgé de 22 ans
- 20 juin inhumé M. Jean GERMAIN, chevalier de l'ordre Royal et militaire St-Louis, lieutenant de vaisseau du Roy et commandant du vaisseau du Roy le Léopard, décès le 19 en cette ville, âgé de 52 ans. Présent: M. de Longueuil, lieutenant de Roy à Québec, M. BOISSIER, capitaine de vaisseau et grand nombres d'officiers de marine et de terre
-22 juin inhumé Julien RAU, de la paroisse de Requin en France, matelot, décès le 21, âgé de 23 ans
- 22 juin inhumé Nicolas FROMATIN, de Dieppe, matelot, décès le 21, âgé de 32 ans
- 22 juin inhumé Robert Le MAIGRE, du Havre, contremaître, décès la nuit précédente (21), âgé de 33 ans
- 22 juin inhumé Alain KOULAY, de la paroisse de Taulé en Bretagne, diocèse de Léon, matelot, décès le 21, âgé de 48 ans
- 23 juin inhumé Grégoire BAUDRY, de Nantes, maître cuisinier, décès le 22, âgé de 33 ans
- 2 juillet inhumé Olivier Le ROIC, de la paroisse de Plérin en
Bretagne, matelot, décès le 1er, âgé de 19 ans
- 3 juillet inhumé Jean de Crene, de Brest, canonnier, décès le 2, âgé de 21 ans


« 
On eu jusqu'à 600 malades à la fois à l'Hôpital général. L'Hôtel-Dieu venait de brûler mais les religieuses reçurent quand même 200 malades ».

BRH, 35 : 615-620; 49 : 210
MSGCF, 4 :  240

3095

Membres d'équipage :
- PARSCAU Duplessis (de),


Passagers départ :
- SUDRIA (de),… , officier du régiment de Guyenne

« .... sieur de SUDRIA, retour en France sur la frégate la Sauvage, santé fort dérangé, en juin 1756, écrit dans son journal l'enseigne de bord M. de PARSCAU du Plessis ».

BRH, 51 : 194

3096

 

Chevalier FAUQUES, capitaine de vaisseau, commande la frégate la Concorde partit du Port-Louis avec l'Arc-en-Ciel. Elle s'en est séparé par mauvais temps à 50 lieues à l'est du Grand Banc. On est en grande inquiétude à propos de ce dernier navire. La Concorde a atterré à Scatary le 10 juin poursuivie par six vaisseaux anglais auxquels elle a échappé. Continuant sa route le 12 juin un autre gros vaisseau anglais l'a chassé mais avec un avantage de six avirons et à la faveur de la brume elle lui échappe et fait relâche au Port Dauphin. Le 27 juin l'escadre anglaise bloquant encore la frégate la Concorde au Port Dauphin une goélette est envoyée en remontant par le lac Labrador pour recevoir l'argent et les passagers du navire.

Web : ACF : CAOM : COL C11B 36/ fol.12-13v  et fol.63-65

3097

 

L'Arc-en-Ciel, vaisseau de guerre de 30 canons, a été pris ainsi qu'un petit navire venant à Louisbourg par les navires anglais Litchfield et Norwich.

Web : ACF : CAOM : COL C11B 36/ fol.12-13v  et fol.55-55v et fol.63-65

3098

 

Dans une lettre datée du 31 août 1756 J. CLEVELAND, de l'Admiralty Office, informe le capitaine SPRY, du Fougueux, d'Halifax et commandant de l'escadre anglaise de la réception des duplicata de ses lettres dont celle du 10 avril concernant ses instructions d'appareiller pour Louisbourg « pour intercepter tous les secours que l'on pourroit jetter dans cette place ». SPRY s'est adressé au gouverneur du Massachusetts SHIRLEY pour du secours car il a grand besoin de lits et de cordages, ses vaisseaux sont à court de provisions et ses hommes sont faibles et malades. Ce dernier lui a ordonné de se rendre dans le golfe St-Laurent pour faire diversion aux Français pendant que lui attaquera Pointe à la Chevelure et Niagara. J. CLEVELAND mentionne à SPRY que leurs seigneuries ont appris avec satisfaction avec sa lettre du 9 juin que deux de leurs navires le Litchfield et le Norwich ont prit un vaisseau de guerre français l'Arc-en-Ciel et quelques autres navires. SPRY écrit le 28 juin qu'il a aussi donné des ordres aux capitaines HOOD et CLARK et envoyé deux frégates de 20 canons et un bâteau « pour interrompre à Terre-Neuve les pêches des Français ».

Web : ACF : CAOM : COL C11B 36/ fol.55-55v et COL C11D 8/ fol.226-226v  et fol.228

3099

 

idem

idem

3100

 

MM. de DRUCOURT et PRÉVOST écrivent au ministre le 16 juin qu'ils lui envoient des duplicata de lettres par la frégate la Valeur.

Web : ACF : CAOM : COL C11B 36/ fol.12-13v 

3101

Passagers arrivée :

- BUSSERAUD, Charles

- LAVALLERIE, Pierre

- MEYNARDIE, Bernard

- THIBAUD, François

Engagements pour Louisbourg pour trois ans à trois quintaux de morue à 15L, payés à la fin de leur service à Michel RODRIGUE, embarqués sur les Deux Frères, capitaine DUFICHARET (sic) (Tardy, notaire de la Rochelle). Il y a certainement une erreur pour le nom du capitaine puisque Joseph CHAREST dit Dufils travaillait pour Pierre TROTTIER Desaulniers à partir de Bordeaux. Ce dernier possédait d’ailleurs un navire du même nom. Donc le capitaine est selon Bosher, DETCHEVERRY :

- (664) 14 avril - Charles BUSSERAUD, 39 ans, boulanger, natif et demeurant à Québec, paie 6S de droite de contrôle.

- (665) François THIBAUD, 29 ans, garçon cordonnier, de Saint-Maurice, Angers, demeurant à La Rochelle, paroisse Saint-Sauveur, paie 6S de droit de contrôle.

- (666) Pierre LAVALLERIE, 23 ans, de la paroisse Saint-Jean, Lyon, garçon cordonnier, demeurant à La Rochelle, paroisse Saint-Sauveur.

Le navire est arrivé à Québec le 25 juin 1756 avec un passager, Bernard MEYNARDIE.

NNCC : 150

ADCM, B 259, 14/04/1756; UMCB, U 8483, 27/06/1756, U 9244, 24/04/1756; AN, Z1A 915; PRO, HCA 32 : 182

RHAF, 14 : 590
Tardy 1756, 14/04 (LR)

3102

 

Armé par les propriétaire PAILLET et MEYNARDIE, dont le correspondant à Québec était Pierre MEYNARDIE ou, par défaut, PERTHUIS, conseiller au Conseil supérieur, le navire est chargé d’une cargaison variée appartenant à des particuliers après un congé daté du 15 mai 1756 et des consignes données au capitaine indiquant « qu’on espérait qu’il atteigne Québec en juillet et Saint-Domingue le 20 octobre ». Mais le navire est capturé le 20 mai 1756 et l’indemnité pour des pertes totalisant 531 502L, est réclamée à La Rochelle

NNCC : 200, 201

PRO, HCA 32 : 246; Rauzan 1756, 21/06 (Bx) abandon

3103

 

Le 1er juillet le vaisseau la Parfaite Union, frétée par le roi, venant de Rochefort, chargé

« de près de 1700 quarts tant et farines, que salaisons et autres effets pour le roi » arrive à Scatary. Mais à son atterrage dans la brume le navire se trouva presque bord à bord avec une frégate de 40 canons et n'eut alors que le temps de revirer. Il continue sa route jusqu'à Ste-Anne où il arrive le lendemain et doit demeurer à cet endroit à cause de navires anglais qui croisent dans les parages.

Web : ACF : CAOM : COL C11B 36/fol.63-65

3104

 

Le 30 mars 1756 Jacques RASTEAU a signé à La Rochelle pour les propriétaires Élie et Jean-Benjamin RASTEAU de Saint-Domingue pour envoyer le navire, un brigandin à Québec et Saint-Domingue qui fut capturé après son retour de Québec vers Saint-Domingue.

NNCC : 149

AN, V7 346; ADCM, B 259, 30/03/1756

3105

 

Armé par Jean THOURON Frères, de La Rochelle pour Québec aux termes d'un contrat le 31 mars 1756.

NNCC : 140

ADCM, B 259, 31/03/1756

PRO, HCA 32 : 169

3106

 

Goélette avec un équipage de neuf hommes et une cargaison variée, elle est capturée le 5 août 1756.

NNCC : 187

PRO, HCA 32 : 239

3107

Passagers arrivée :

- AURILLAC ou ORILLAT, Jean

Un équipage de 19 hommes pour ce navire en 1756 pour lequel signèrent les propriétaires, J. ALEXANDRE fils et GRADIS fils, à Bordeaux le 9 avril 1756 pour l’envoyer à Québec. Un passager s’était inscrit le 10 avril 1756 à destination de Québec pour affaires : Jean AURILLAC ou ORILLAT, 22 ans, natif et habitant de Barbezieux, taille haute, cheveux blonds, ancien catholique. Partit de Québec le 5 août le Prince Noir prit l’eau et fut condamné à Cap-François de Saint-Domingue. Il était assuré par l’intermédiaire des représentants de GRADIS, CHARLES et Antoine MASSON, à Cadix par le Comte de VILLAMIRANDA pour 4000 pièces de huit et par Jean DUFRESNE Thomas pour 1000 pièces de huit.

MSGCF, 37 : 307

ADG, 6B, vol. 52, fol. 75

NNCC : 183

ADG, 6 B 410, 09/04/1756, 6 B 1459 juin 1758; Parran 1756, 08/04 (Bx)

3108

 

Le navire, propriété de François LAVAUD qui signe à Bordeaux le 5 avril 1756 et armé par Pierre LAVAUD, est envoyé à Québec avec une cargaison pour l'État et est assuré pour 20 000L s.s.p. du 31 décembre 1756.

Le BRH mentionne aussi cet « Etat signé par DOREIL en automne 1756 sur les navires ayant apporté des soldats de France au Canada en 1756 : Le Dondonnais, 8 soldats volontaires et 74 soldats de recrues... ».

Le navire a aussi fait un voyage Bordeaux Louisiane en 1753.

BRH, 51 : 181

NNCC : 151

ADG, 6 B 102* 06/04/1756, 6 B 410, 05/04/1756; ADCM, B 259, 20/03/1756; Rauzan 1757, 18/03 (Bx) abandon

3109

 

Le navire est armé par Jean GRELLEAU après les signatures d'un contrat avec l'État le 10 février et à La Rochelle le 24 avril 1756 pour transporter une cargaison et 30 soldats pour 180L chacun. Joseph CADET achète le navire à MOUNIER et GRELLEAU le 23 août 1756.

« Etat signé par DOREIL en automne 1756 sur les navires ayant apporté des soldats de France au Canada en 1756 :
- Le Rameau,
4 soldats volontaires et 26 soldats de recrues... »

BRH, 51 : 181

NNCC : 186

3110

 

Le propriétaire J.B. SOUMBRUN signa à La Rochelle le 14 avril 1756 pour envoyer le navire à Québec avec le capitaine Nicolas BROSSARD, 24 matelots, 120 soldats et une cargaison variée. Partit de La Rochelle le 25 avril le navire fut capturé le lendemain.

NNCC : 159

PRO, HCA 32 : 195; ADCM, B 259, 14/04/1756; ADG, 6 B 101* fol. 163; Parran 1756, 22/05 (Bx)

3111

 

Le propriétaire Jacques BERTIN signe à Bordeaux le 1er mai 1756 pour envoyer le navire à Québec avec un équipage de 27 hommes.

NNCC : 183

ADG, 6 B 102 fol. 20, 6 B 410, 01/05/1756; Parran 1756, 30/04 (Bx)

3112

Passagers arrivée :

- DEPOINTE, Joseph

DISSISSARY signe, au nom du propriétaire Dominique BEHIC aîné, à Bordeaux le 22 mai 1756 pour envoyer le navire à Québec. Un passager s’est inscrit le 28 mai 1756 pour rentrer chez lui à Québec : Joseph DEPOINTE, 19 ans, natif de Québec, taille moyenne, cheveux châtains, ancien catholique.

MSGCF, 37 : 307

ADG, 6B, vol. 52, fol. 78

NNCC : 192

ADG, 6 B 98* 22/05/1756; Parran 1756, 21/05 (Bx)

3113

LEIGE, le propriétaire du navire, signe à Bordeaux le 22 mai 1756 pour l'envoyer à Québec.

NNCC : 141

ADG, 6 B 102 22/05/1756, 6 B 410, 22/05/1756; BA, manuser. 5769 fol. 300-1

3114

Membres d'équipage :

- RIOU, Jean

Samuel ALEXANDRE, le propriétaire, signe à Bordeaux le 16 juin 1756 pour envoyer à Québec son navire à qui l'Amirauté à octroyer une « commission en guerre et en marchandise ». Le second est Jean RIOU, de Québec.

NNCC : 164

ADG, 6 B 102* 15/06/1756, 6 B 410, 16/06/1756, 6 B 1447, 15/06/1756; Parran 1756, 15/06 (Bx); Lavau 1756 30/08 (Bx) abandon

3115

 

Antoine GIRAUDEAU, le propriétaire du navire, signe à la Rochelle le 18 juin 1756 pour l'envoyer à Québec.

NNCC : 180

ADCM, B 259, 18/06/1756

3116

 

Avec un équipage de 17 hommes et chargé de sel, de vin, d'eau-de-vie, de bœuf et de biscuit le navire, un senau armé par son propriétaire, Jacques GARESCHÉ, qui commande une cargaison de morue pour le retour, est capturé le 2 septembre 1756.

NNCC : 149

PRO, HCA 32 : 181

3117

 

« Etat signé par DOREIL en automne 1756 sur les navires ayant apporté des soldats de France au Canada en 1756 :
- Le Robuste,
87 soldats volontaires et 121 soldats de recrues... »

BRH, 51 : 181

 

3118

 

« Etat signé par DOREIL en automne 1756 sur les navires ayant apporté des soldats de France au Canada en 1756 :
- Le Jeune Joseph,
21 soldats volontaires et 30 soldats de recrues ... »

idem

3119

 

« Etat signé par DOREIL en automne 1756 sur les navires ayant apporté des soldats de France au Canada en 1756 :
- Le Dauphin,
5 soldats volontaires et 55 soldats de recrues... »

idem

3120

 

« Etat signé par DOREIL en automne 1756 sur les navires ayant apporté des soldats de France au Canada en 1756 :
- Le Beauharnois,
5 soldats volontaires et 143 soldats de recrues... »

idem

3121

 

Le navire, une goélette, est affrété à Québec pour Bayonne par DUPONT.

NNCC : 150

PRO, HCA 32 : 181

3122

Membres d'équipage :

- BARDET, Pierre

- JOGUET, Jean

- ROLLAND, Antoine

Cette flûte du roi est armée pour transporter des troupes de la marine en commission le 30 avril 1756 pour Québec. DOREIL signe en automne 1756 un État sur les navires qui ont apporté des soldats de France au Canada, « 5 soldats volontaires et 94 soldats de recrues » se trouvaient à bord de l'Anna Sophia.

- Antoine ROLLAND, boulanger sur la flûte du roi « l’Annasophia », décède à Québec le 17 juillet 1756.

- Jean JOGUET, matelot sur la flûte du roi « la Annasophia », décède à Québec le 6 août 1756.

Le navire a t'il hiverné à Québec en 1756 ? Quoiqu'il en soit à son retour en 1757 il est capturé le 20 novembre avec à son bord 61 matelots et 106 prisonniers anglais. VAUDREUIL avait une commission datée du 14 octobre 1757 à Québec et Pierre BARDET en était le pilote.

BRH, 51 : 181

NNCC : 138

PRO, HCA 32 : 167 pt. 1

PRDH : nos 251994 et 252017

3123

Ce dogre de Dunkerque est armé par le propriétaire GOMBERT, de Louisbourg et son correspondant à La Rochelle est Étienne AUGIER. Avec un congé daté à Louisbourg le 30 novembre 1756, commandé par Pierre THOY, de Dunkerque et né à Calais, et un équipage de sept hommes et chargé d’une cargaison  de 23 barriques de morue salée, de 426 quintaux de morue séchée et d’une peau de renard, dont la plus grande partie venait de Daniel AUGIER et d’Élie ALLENET, il est capturé le 9 janvier 1757 et conduit à Guernesey.

NNCC : 199

PRO, HCA 32 : 224 Pt. 2

3124

Membres d’équipage :

- LOUBERT, Pierre

« Etat signé par DOREIL en automne 1756 sur les navires ayant apporté des soldats de France au Canada en 1756 :
- L'Outarde,
10 soldats volontaires et 187 soldats de recrues... »

Joseph-François-Régis PINGUET, capitaine de la flûte du roi l'Outarde (peut-être ce navire).

- Pierre LOUBERT, matelot de la flûte du « L’Outarde », décède à Québec le 31 juillet 1756.

BRH, 51 : 181

DGFC, 6 : 373

PRDH : no 252009

3125

 

« Etat signé par DOREIL en automne 1756 sur les navires ayant apporté des soldats de France au Canada en 1756 :
- La Gracieuse,
2 soldats volontaires et 58 soldats de recrues... »

idem

3126

 

Assuré par RISTEAU père et fils, le navire est capturé en 1756 en route de Bordeaux pour Québec.

NNCC : 141

Rauzan 1757, 22/01 (Bx) abandon

3127

 

Corvette du roi transportant des dépêches.

NNCC : 166

ANC, C11A 101 fol. 101

3128

 

Armé par Dominique CABARRUS jeune le navire prit la mer en 1756 probablement à Bordeaux pour Louisbourg.

NNCC : 173

ADG, 6 B 102 fol. 27 et 67

3129

 

Loué par l'État pour 43 000L le navire est capturé en route pour Louisbourg.

NNCC : 186

PRO, HCA 32 : 241; BN, manuscr. fr. 11335 fol. 165-179

3130

 

Brigandin, commandé par le capitaine Georges GOUGEAU, envoyé de Louisbourg à Bordeaux le 24 décembre 1756 par son propriétaire Jean LABORDE.

NNCC : 210

ADG, 6 B 412, 24/11/1756

3131

Passagers arrivée :

- CHEVALIER, Antoine

Antoine CHEVALIER est arrivé en 1756 sur le Fortuné, commandé par le capitaine DANIEL de Marseille.

DGFC, 3 : 60

3132

 

Dans un lettre au ministre le 1er novembre 1756 René-Nicolas LEVASSEUR, chef de la construction navale royale à Québec, lui annonce le lancement avec succès de la frégate l'Abénaquise. Il espère « qu'elle aura tous les avantages désirables et qu'elle répondra à ce qu'on en attend. Cependant la grosseur du lest dont est composé son arrimage tenant beaucoup d'encombrement sans avoir de poids, pourroit diminuer la force de son côté ».

Le gouverneur Vaudreuil de Cavagnial écrit au ministre le 10 novembre 1756 qu'il envoie la frégate du roi l'Abénaquise en France. Après la mort de GOMMAIN, il a confié le commandement du navire à Gabriel PELLEGRIN, capitaine en second du port de Québec, avec ses dernières dépêches. Dans une précédente lettre le 3 novembre il lui annonçait qu'il avait expédié un paquebot pour envoyer en Angleterre une partie des 130 prisonniers anglais car ils sont dans l'impossibilité de les nourrir. D'autres seront embarqués sur l'Abénaquise et des navires marchands.

Web ACF : ANOM : COL C11A 101/fol.136-136v et 163-164 et 318-319

 

Code de couleur des navires

marchands français

royaux

cabotage

construits en Nouvelle-France

anglais

autres Européens

pêcheurs

en traite et/ou saisies

prises anglaises ou autres

aux Antilles et autres îles

à la baie d’Hudson et/ou au nord

corsaires, flibustiers et pirates

combats, captures et/ou mutineries

avaries, échouages, naufrages et tempêtes

maladies et/ou décès

 

 

Accueil

Haut de la page