Flotte à Québec en 1633 avec CHAMPLAIN, lieutenant de Richelieu

   

    Le 1er mars 1633 CHAMPLAIN devient le lieutenant de Richelieu « en toute l'étendue du fleuve St-Laurent ». Il y conduit trois navires. La flotte arrive à Québec le 22 mai où l’on fait la remise des clefs du fort : Émery de CAEN les remet à BOCHART-Duplessis, nommé général de la flotte par Richelieu, qui lui les remet à CHAMPLAIN. Ces navires, selon Marcel Trudel, sont le Saint-Pierre, commandé par le capitaine Pierre GRÉGOIRE, le Saint-Jean, commandé par le capitaine Pierre de NESLE et le Don de Dieu, commandé par le capitaine Pierre MORIEULT. Il identifie 23 immigrants sur 200 environ avec un nombre indéterminé de matelots. De plus le commis des Cent-Associés Charles DELAVIGNE est de passage.


Flotte en Acadie en 1633, concession à LaTour et

d'Aulnay armateur et commandant de navires

  

     LaTour La passé l'hiver 1632-1633 à La Rochelle. Fin mars 1633 il s'embarque pour le fort de La Tour au Cap Nègre dont il est le lieutenant général pour le roi en la Côte de l'Acadie. La Cie de la Nouvelle-France lui a accordée une concession et il compte distribuer des terres à tous ceux qui choisiront « retraite ce climat ».


    Départ du sieur d’Aulnay avec l’Espérance-en-Dieu du Fort Ste-Marie-de-Grâce, le port de La Hève le 24 novembre 1632 et arrivé à La Rochelle le 24 janvier 1633. Il fait enregistrer une plainte de son lieutenant au Fort Sainte-Marie contre Guillaume ALEXANDRE. Puis règle les salaires des mariniers du Petit Saint-Jean et de la Soubadine, expéditions de 1632. Ensuite il arme deux navires pour le fort de La Tour au Cap Nègre. Un troisième navire est envoyé par la Compagnie de la Nouvelle-France pour le commandeur de RAZILLY à destination de Port-Royal, probablement commandé par d'Aulnay. Finalement il affrète le Cheval Blanc et le Renard Noir il s'embarque sur ce dernier pour retourner à La Hève.

*********

Sources : Bulletin des Recherches Historiques. vol. 35, pages 702; Catalogue des immigrants, pages 26. Trudel, Marcel; Dictionnaire biographique du Canada en ligne, Charles de MENOU d'Aulnay in http://www.biographi.ca/FR/index.html; Histoire de la Nouvelle-France. vol. 2, pages 45-46. Trudel, Marcel


       1633


No

Navires

Tge

Maître

Proprio

Armateur

Provenance

Destination

Retour

537

« navire d'Aulnay »


(prob.) Charles de MENOU d'Aulnay

 

Isaac de RAZILLY pour  Cie de la N.-F.

Dieppe d 9 mar

Acadie

 

538

Le Cheval Blanc

120 Tx

Pierre MARTIN


Chs de ST-ÉTIENNE de LaTour pour la Cie de la N.-F.

La Rochelle d fin mar

Acadie
 

539

Le Renard Noir, d’Amsterdam

220 Tx

Daniel BRAGNEAU, cap

Jacob JACOBSEN

idem

La Rochelle d vers 31 mar

Acadie

 
540 Le François, du Havre 100 Tx 



Québec

541

à  544

« trois navires anglais »

       

Angleterre

Tadoussac avant 19 mai

 

545

Le Saint-Jean

160 Tx 

Samuel de CHAMPLAIN et Pierre de NESLE, cap; retour Th.  BOCHART-Duplessis, général de la flotte

 
Dieppe d 23 mar

Québec 22 mai, d 16 aoû

 

546

Le Don de Dieu

80 Tx 

Michel MORIEULT, cap

   

idem

Qc après 24 jun

 

547

Le Saint-Pierre

150 Tx 

Pierre GRÉGOIRE, cap

   

idem

Qc après 3 jul

 
548 « navire de Nicolas DENYS »
Simon DENYS, cap

Port Rossignol Porto (Portugal) Prise de guerre

549

Le Cheval Blanc

120 Tx


Chs de ST-ÉTIENNE de LaTour pour la Cie de la N.-F.
La Rochelle d vers 15 déc

Acadie


No

Membres d’équipage et passagers

Observations diverses

Sources

537

 

Le 9 mars à Dieppe la Cie de la Nouvelle-France envoie au commandeur de RAZILLY un navire « chargé d'hommes, vivres, munitions et autres rafraîchissements » et lui donne avis qu' « elle envoie quatre autres de ce port au premier beau temps ». Charles de MENOU d'Aulnay, deux mois après son retour à La Rochelle, remet à la voile pour Port-Royal, c'est sans doute ce navire.

BRH, 35 : 702

AULNAY in DBC en ligne

538

 

Chs de ST-ÉTIENNE de LaTour passe chez le notaire Chesneau le 16 décembre 1632 mais le navire ne part pour La Hève qu'en 1633. Lors de son premier voyage cette année-là le Cheval Blanc est commandé par Pierre MARTIN.

BRH, 35 : 702


Navires et engagés

Cousseau AD17, 1632, 16/12 (LR)


RHAF, 4 : 485

Chesneau 1632, 16/12 (LR)


Web Michel Robert

539

Passagers arrivée :
(13) ANTOINE, Jonas

(12) BOURSAULT, Pierre

(11) BROUSSAULT, Jean

(6) CASARÉ, Joseph

(15) CLAVIER, Pierre (?)

(2) DESJARDINS, sieur du Val, Guillaume

(1) DUPLESSIS,…

(9) LESCARBOT, Marc

(5) MAURON (de), Étienne

(16) MERCERON, Gabriel

(7) MONTAURY (de), Pierre

(10) NENOUGY

(3) PAPIN, René

(14) PRUDET (de), Miquelon

(8) QUICHETECH

(4) RENVILLE (de), François

Au début de mars 1633 déclaration par David LOMERON et Samuel GEORGES, marchands et agents, des passagers embarqués sur le Renard Noir.. Charles de SAINT-ÉTIENNE LaTour embarque pour le fort de La Tour au Cap Nègre.


(1) le sieur DUPLESSIS

(2) Guillaume DESJARDINS, sieur du Val

(3) René PAPIN

(4) François de RENVILLE

(5) Étienne de MAURON

(6) Joseph CASARÉ

(7) Pierre de MONTAURY

(8) QUICHETECH « naturel sauvage » (revenant chez lui)

(9) Marc LESCARBOT

(10) NENOUGY « naturel sauvage » (revenant chez lui)

(11) Jean BROUSSAULT

(12) Pierre BOURSAULT

(13) Jonas ANTOINE

(14) Miquelon de PRUDET

(15) Pierre CLAVIER (?)

(16) Gabriel MERCERON.

Fait à La Rochelle ce 28 avril 1633.


Sources : http://www3.telus.net/michel_robert/passengerslists/renardnoir1633.html

Navires et engagés

Cousseau AD17, 1633, 31/03 (LR)

RHAF, 4 : 485

B 5654 1633, 21/04 (LR)


Web Michel Robert

AD17, B5654 1633, 28/04 (LR)

540

 

Desbiens mentionne que le contrat de ce navire anonyme n’indique aussi aucun nom de capitaine ou de destination. Le site web de Michel Robert signale pour l’année 1633 un navire du nom de François du Havre à destination de Québec sans indiquer son port de provenance. Peut-être est-ce le même navire ?

RHAF, 4 : 485

Cousseau 1633, 31/03 (LR)


Web Michel Robert

541
à

544
 

Le 19 mai à Québec nouvelles de vaisseaux anglais à Tadoussac, en effet on apprend le 24 qu'il y a « trois navires anglais » à cet endroit.

RJ, 5 : 198

545

Passagers arrivée :
-
BRÉBEUF (de), Jean

- MASSÉ, Enemond

(p-ê dans ce navire)

- * DELAVIGNE, Charles

- une femme et deux jeunes filles

CHAMPLAIN conduit à Québec une flotte de trois navires sous le commandement de BOCHART-Duplessis, nommé général de la flotte par Richelieu. Le 29 mai le père LEJEUNE « alla saluer le capitaiene de NESLE dans son vaisseau ». C’est le seul navire mentionné à cette date dans les Relations. Les pères jésuites Enemond MASSÉ et Jean de BRÉBEUF  étaient probablement dans le même navire puisqu’ils arrivent à Tadoussac à la même date le 22 mai. Le père jésuite MASSÉ n’arrive de Tadoussac que le 8 juin et il « fit la joie du père LEJEUNE, si longtemps sur la mer, il se porte si bien ». Charles DELAVIGNE, le commis des Cent-Associés, était peut-être sur ce navire. Le 16 août c’est le « départ de nos Français de Québec » sous la conduite de Duplessis qui doit mener au retour la conduite des vaisseaux d'après une ordonnance de Richelieu.

Le Saint-Jean porte 75 personnes, selon Trudel. Sulte écrit que la majorité des matelots  étaient des soldats, et dit que le Saint-Jean a 10 canons. Parmi les passagers il y a  en plus des pères jésuites, BRÉBEUF et MASSÉ, une femme et deux jeunes filles.

BRH, 35 : 701


Canada-Québec ; Synthèse historique : 66


CI : 26


HCF, 2 : 45, 46


RJ, 5 : 198, 200, 202, 212, 214; 7 : 66

 

546

Passagers arrivée :
-
DANIEL, Antoine

- DAVOST, Ambroise

Le 24 juin arrive le père jésuite Antoine DANIEL qui a prit les devants au moyen d'une barque et annonce la venue du vaisseau du capitaine MORIEULT, qui commande le Don de Dieu de 80 Tx et 6 canons, et porte 40 personnes. Celui-ci a laissé à Tadoussac le père jésuite Ambroise DAVOST qui a passé l'hiver au Grand-Chibou, un poste du Cap-Breton

CI : 26


HCF, 2 : 46


RJ, 5 : 220, 224

547

Passagers arrivée :

(de Tadoussac)
- DAVOST, Ambroise  

 

Le Saint-Pierre de 12 canons, portant 82 personnes, commandé par Pierre GRÉGOIRE, tarde parce qu’il n’y a pas de vents et le père jésuite Ambroise DAVOST qui a prit ce navire à partir de Tadoussac arrive le 3 juillet « en canot avec des sauvages à Québec ». 

CI : 26


HCF, 2 : 46


RJ, 5 : 198, 224 

548


Après son arrivée en Acadie en septembre 1632 Nicolas DENYS établit une pêcherie au port Rossignol (actuelle Liverpool en Nouvelle-Écosse). Il confie à son frère Simon le commandement du navire de pêche qu’il achète pour ce commerce. Au moment même où le navire est déchargé de sa première cargaison de morue à Porto au Portugal, qui faisait alors partie de l’Espagne, la guerre éclate entre la France et l’Espagne. Simon perd son navire et est emprisonné à Madrid. Libéré il rentre en France, porteur de messages secrets de l’ambassadeur de France pour Richelieu. Pour le dédommager de toutes ses souffrances le cardinal lui confiera le commandement d’un vaisseau du roi.

Simon DENYS in DBC en ligne


549


On ignore qui a commandé le
Cheval Blanc lors de son deuxième voyage en Acadie en 1633.

Navires et engagés

Chesneau AD17, 1633/15/12 (LR)

                                      autres immigrants de 1633               émigrants de 1633

Le sieur de LAVIOLETTE

Buste de Laviolette, fondateur de Trois-Rivières. La statue a été érigée

en 1934, à l'occasion du 300e anniversaire de la ville.
Photo: Claude Boucher, 18 juin 2006 in http://commons.wikimedia.org/wiki/Image:Trois-Rivières_Laviolette.JPG

1634

Fondation des Trois-Rivières



Flotte à Québec en 1634 avec GIFFARD et des colons du Perche


      Fin avril une flotte de quatre navires sous le commandement du général BOCHART-Duplessis part de Dieppe. Les navires jettent l'ancre à Québec fin mai, début juin. Le 31 mai arrivent les nouvelles de Tadoussac : deux navires sont dans le port et un autre au Moulin-Baude (embouchure du Saguenay); peu après arrive un quatrième, commandé par DUPLESSIS. En plus de celui du général ils sont commandés par les capitaines BONTEMPS, Pierre de NESLE et de VILLE, selon les Relations de 1634-1635, mais les noms de leur navire sont demeurés anonymes. Michel Robert signale sur son site web trois navires : le Saint-Joseph commandé par Duplessis, puis l’Intriguant et la Madeleine, mais n’indique pas qui commandent ces deux derniers. Il y a aussi une barque commandée par François de CASTILLON et un navire anglais capturé et commandé par de LORMEL. Avec ces deux autres navires on arrive à six. L’historien Marcel Trudel identifie 42 personnes sur 100 environ dont une est de passage : Noël JUCHEREAU des Châtelets. La Compagnie de la Nouvelle-France, quasi ruinée ne peut remplir ses obligations et s'en remet aux particuliers pour la colonisation. Ainsi le 15 janvier 1634 elle concède la seigneurie de Beauport à Robert GIFFARD. Il doit veiller lui-même à la peupler. Il recrute donc une quarantaine de colons au Perche et les amène sur le « navire de Pierre de NESLE ». Ce navire est arrivé le 4 juin et Marie RENOUARD, la femme de GIFFARD, accouche d'une fille le 12 suivant.


Flotte en Acadie en 1634

     En avril une flotte de trois navires part de La Rochelle pour l'Acadie et trois autres pour Terre-Neuve. En fin d'année il y a encore
deux autres navires l'Acadie. Ils se rendent à Port-Royal, La Hève, au Cap de Sable ou à la rivière Saint-Jean, soit les concessions de LaTour et d'Aulnay. Une autre flotte de navires parti de La Rochelle se dirige vers Terre-Neuve pour faire la pêche. Une excellente année pour l'Acadie.


Fondation des Trois-Rivières


   Le monopole de la traite, contesté par les marchands, est de plus en plus violé par des contrevenants à Tadoussac. Comme il faut aussi se rapprocher des fournisseurs de fourrures CHAMPLAIN décide donc d'envoyer le sieur La VIOLETTE fonder un poste de traite à l'embouchure de la rivière Saint-Maurice. Il y arrive le 4 juillet 1634 avec un groupe d'hommes pour y construire une habitation, le fort des Trois-Rivières, « un des plus beaux endroits de tout ce pays », sera pendant quelques années le plus important poste de commerce des fourrures. Poste avancé il sera aussi exposé aux excursions meurtrières des Iroquois. La même année les Jésuites se font concéder une seigneurie dans cette région. 


Qui est le fondateur de Trois-Rivières  ?

    L'historien et professeur Yannick Gendron de Trois-Rivières émet l'hypothèse dans un documentaire, sur les traces de Laviolette (1), que le sieur LAVIOLETTE, mentionné dans un seul document, le Catalogue des trépassés, soit le registre de baptèmes et de sépultures de la paroisse Immaculée-Conception de 1635 à 1679, serait en fait Théodore BOCHART, sieur de DuPlessis. D'après Gendron la foi protestante de ce dernier, que l'on décrit comme le bras droit de CHAMPLAIN et qui aurait joué un rôle subtentiel à Trois-Rivières durant cette période qui s'apparenterait à celui d'un gouverneur, aurait conduit les Jésuites à omettre sa position notamment dans les Relations des Jésuites. Le nom de LAVIOLETTE n'y est jamais mentionné. Pourtant celui de BOCHART revient souvent dans les écrits des Jésuites. Mais faute de preuves certains contestent cette hypothèse. 

 

    En fait  LAVIOLETTE aurait peut-être eu des origines plus modestes. Michel Robert (2), qui a trouvé un contrat d'engagement passé chez le notaire Jehan FRESQUET du Havre, écrit sur son site web que Nicolas NAU dit Laviolette, natif d'Orléans un des engagés de Guillaume de CAEN, venu sur la Salamandre ou la Lionne en 1632, serait possiblement le fondateur des Trois- Rivières. Des recherches sur ce personnage nous apporteraient peut-être des réponses ? 

*********

Sources : Canada-Québec, synthèse historique, pages 67. Lacoursière, Jacques et Vaugeois, Denis; Catalogue des immigrants, pages 31. Trudel, Marcel; Histoire de la Nouvelle-France. vol. 2, pages 50-52. Trudel, Marcel; Cyberpresse.ca : Le Nouvelliste,  Duplessis au lieu de Laviolette!; http://www.cyberpresse.ca/le-nouvelliste/arts-spectacles/200906/19/01-877109-duplessis-au-lieu-de-laviolette.php (1); Relations des Jésuites, vol. 7, pages 210, 212 et vol. 8, page 16 in http://puffin.creighton.edu/jesuit/relations;

Jean GUYON en ligne in http://www.normlev.net/ancestry/guyon/jguyon.htm; Michel Robert en ligne in http://www3.telus.net/michel_robert/passengerslists/salamandre1632.html (2) 


1634


No

Navires

Tge

Maître

Proprio

Armateur

Provenance

Destination

Retour

550

Le Saint-Luc, de Brouage

90 Tx

J. MAINARD (au retour)

Louis GIRARD

Chs de Menou d’AULNAY

LR d après 10 avr

La Hève (Acadie)

Naufragé

551

Le Saint-Jean

250 Tx

J. MAINARD (au départ)

 

idem

LR d vers 8 mar

La Hève (Acadie)

LR ou Bx

552
La Françoise


Jacques LOYAU LR d vers 8 mar Terre-Neuve

553
La Marie



idem LR d vers 23 mar idem

554
L'Estenottes


idem idem
non indiquée mais sans doute T-N

555
Le Saint-Luc



Chs de ST- ÉTIENNE de LaTour LR d vers 27 mar Acadie

556

« navire de BONTEMPS »

 

BONTEMPS, capitaine

 

Cie des Cent-associés

Dieppe d avr

Tadoussac vers 31 mai

 

557

« barque Frs CASTILLON »

 

François CASTILLON

  idem idem

Tadou vers 31 mai Qc 2 jun, d 12 aoû

 

558

« navire de Pre de NESLE »

 

Pierre de NESLE, capitaine

 

idem

idem

Québec 4 jun, d 12 aoû

 

559

Le Saint-Joseph

300 Tx

Général Théodore

BOCHART-Duplessis, com


 

idem

idem

idem

France mi-sep

560

« navire de DEVILLE »

 

DEVILLE

 

idem

idem

Québec

 
561
Le Saint-Michel



LR d vers 8 mar Terre-Neuve

562

« L'Anglois »

 

de LORMEL

   

Angleterre

Qc 24 jun, d 12 aoû

 

563

Le Saint-Jean, de Sardam

100 Tx

David LOMERON, capitaine

J. GOULLARD, maître

  Samuel GEORGES pr Chs de ST-ÉTIENNE de LaTour; d'Aulnay

LR d 16 sep

Acadie, non arrivé à destination

LR 11 jan 1635

564
Le Saint-Jean 250 Tx

Chs de ST-ÉTIENNE de LaTour LR d vers 15 nov Acadie
     

No

 Membres d’équipage et passagers

Observations diverses

Sources

550


Les 1er et 10 avril 1634 devant le notaire Juppin à La Rochelle Emmanuel LEBORGNE prête à Charles de MENOU d’Aulnay 900L à la grosse aventure sur le Petit Saint-Luc au taux de 22 % , qu’il rembourse « sans difficulté à la fin de l'année ». Le navire fait naufrage. Est-celui-ci ou l'autre navire du même nom ?

Navires et engagés

Juppin AD17, 1634, 08/03


RHAF, 4 : 471, 485

Cousseau 1634, 15/12 (LR); Juppin 1634, 01 et 10/04 (LR)

551

Passagers arrivée :

(prob. dans ce navire)

- * BENESTEAU, Daniel

Le navire est à La Hève à la date du contrat et le maître passe sur le Saint-Luc.


- (1) 3 février 1634 - Daniel BENESTEAU, du Puy-Briard en Poitou est engagé sans limite de temps à Charles de MENOU d’Aulnay pour servir le commandeur Isaac de RAZILLY au Canada. Il reçoit 56L d’avance sur les 120L par an à recevoir. Il sait signer. Il a probablement embarqué sur le Saint-Jean. (Juppin, notaire à La Rochelle)

Après la mort de RASILLY en 1635 son frère Claude transfère ses intérêts à d'Aulnay. Une rivalité s'installe entre d'Aulnay qui dirige Port-Royal et La Hève et de LaTour dirigeant lui, les établissements de Cap de Sable et de la rivière Saint-Jean. Des lettres patentes en 1647 confirment d'Aulnay  comme « gouverneur de toute l'Acadie ».

Canada-Québec; Synthèse historique : 50


Navires et engagés

Juppin AD17, 1634, 03/02 et 08/03 (LR)

RHAF, 4 : 485; 6 : 221

Juppin 1634, 03/02 et 31/03 (LR)



552

Jacques LOYAU contracte une obligation devant le notaire Cousseau le 29 avril 1634 à La Rochelle. Le navire est parti après cette date à Terre-Neuve.

Navires et engagés

Cousseau AD17, 1634, 23/03 (LR) obligation
553

idem idem
554

Jacques LOYAU contracte une obligation devant le notaire Cousseau le 29 avril 1634 à La Rochelle. La destination n'est pas inscrit sur le contrat d'obligation. On présume que ce soit pour Terre-Neuve.

idem


555

De LaTour passe devant le notaire Moreau à La Rochelle le 27 mars 1634, on ne sait pas pour quelque raison. Le navire est parti après cette date pour l'Acadie. Le navire fait naufrage. Est-celui- ci ou l'autre navire du même nom ?

Navires et engagés

Moreau AD17, 1634, 27/03 (LR) 

556


Le premier navire est commandé par le capitaine BONTEMPS qui est félicité par le général pour son comportement lors de la prise d’un navire anglais par la flotte.

CI : 31


HCF, 2 : 50-52 


RJ, 7 : 210, 212 ; 8 : 16

557

Passagers arrivée :
- LALEMANT, Charles

- LIÉGEOIS, Jean

Le père jésuite Charles LALEMANT et le frère jésuite Jean LIÉGEOIS arrivent le 2 juin dans la « barque de François CASTILLON » « qui s'est bien comporté lors de la prise de l'Anglois ». 

CI : 31


RJ, 7 : 210; 8 : 16 

558

Passagers arrivée :
(8) BOUCHER, François

(9) BOUCHER, Gaspard

(7) BOUCHER, Marin

(26) BOURDON, Jean

(4) CLOUTIER, Zacharie

(5) CLOUTIER, Zacharie

(13) GIFFARD, Charles

(12) GIFFARD, Marie-Françoise

(1) GIFFARD, sr de Moncel et de Beauport, Robert

(2) GUYON, Jean

(3) GUYON, Jean

(22) JUCHEREAU, Geneviève

(18) JUCHEREAU, Jean

(20) JUCHEREAU, Jean

(21) JUCHEREAU, Nicolas

(23) * JUCHEREAU, Noël-François

(20) LANGLOIS, Marie

(25) LESUEUR dit Saint- Sauveur, Jean-Baptiste

(14) LOUSCHE, Louise

(15) PINGUET, Françoise

(6) PINGUET, Henri

(16) PINGUET, Noël

(17) PINGUET, Pierre

(11) RENOUARD, Marie

(peut-être sur ce navire)
(27) * GADOIS, Pierre

(29) * GADOIS, Pierre

(30) * GADOIS, Roberte

(24) * JUCHEREAU, sieur DesChâtelets, Noël

(28) * MAUGER, Louise

Engagements à (1) Robert GIFFARD, pour 3 ans, voyage aller-retour payés, nourris, logés et entretenus « de toutes leurs nécessitez », s’engage à faire venir leur femme et leurs autres enfants en 1636 et à les nourrir l’autre année restant (Mathurin Roussel, notaire à Mortagne) :

- 14 mars - (2) Jean GUYON, maçon, natif et demeurant à Mortagne
(3) Jean, son fils aussi engagé

(4) Zacharie CLOUTIER, maître charpentier, natif et demeurant à Mortagne

(5) Zacharie, son fils aussi engagé.

- Autres engagements verbaux à Robert GIFFARD, selon le site web Jean Guyon (A) :

(6) Henry PINGUET

(7) Marin BOUCHER et

(8) François, son fils et

(9) Gaspard BOUCHER, frère et oncle;

- L'historien Raymond Douville (B) émet l'hypothèse dans la biographie de Pierre BOUCHER que son père Gaspard BOUCHER, frère de Marin, aurait été du voyage de 1634 avec GIFFARD. Il se rembarque pour la France à l'automne de 1634 pour revenir en 1635 avec sa famille et celle de son frère;

- Un des quatre navires parti de Dieppe en avril et commandé par le capitaine

(10) Pierre de NESLE arrive devant Beauport le 4 juin;

- Il y a à bord Robert GIFFARD de Moncel, qui a reçu une seigneurie de la Compagnie de la Nouvelle-France le 15 janvier 1634 avec :

(11) Marie RENOUARD, sa femme (qui accouche d'une fille 8 jours après) et

(12) Marie-Françoise, sa fille

(13) Charles, son fils et une quarantaine de colons de Perche qu'il amène pour peupler son domaine;

Parmi eux se sont embarqués :

(2A) Jean GUYON et

(3A) Jean, son fils;

(4A) Zacharie CLOUTIER et

(5A) Zacharie, son fils;

- Les femmes et les autres enfants de GUYON et de CLOUTIER ne viendront qu’en 1636;

- (6A) Henry PINGUET quant à lui il amène sa famille, selon Marcel Trudel (C) :

(14) Louise LOUSCHE, sa femme

et leurs trois enfants :

(15) Françoise

(16) Noël

(17) Pierre;

- aussi à bord le marchand de Mortagne :

(18) Jean JUCHEREAU 

(19) Marie LANGLOIS, sa femme et leurs 4 enfants :

(20) Jean

(21) Nicolas

(22) Geneviève

(23) Noël-François;

(24) * Noël JUCHEREAU des Châtelets, frère de Jean, aussi marchand s'est peut-être embarqué sur le même navire;
- l'historien Douville souligne que selon Mme Pierre Mortagne
(25)
Jean-Baptiste LESUEUR dit Saint-Sauveur, un prêtre séculier, s’est aussi embarqué dans ce navire avec
(26)
Jean BOURDON, son ami;
- Selon l’historien Jean-Jacques Lefebvre (D)
(27)
Pierre GADOIS, lui aussi originaire du Perche et présent à Québec dès 1636, a peut-être été emmené par GIFFARD
(28)
Louise MAUGER, sa femme
et leurs deux enfants :
(29)
Pierre
(30)
Roberte;

 

DGFQ rapporte que Robert GIFFARD est arrivé le 31 mai mais les Relations mentionnent son arrivée le 4 juin et que sa femme accouche le 12 juin. Quant à  Jean-Baptiste LESUEUR et Jean BOURDON, selon DGFQ, ils sont arrivés le 8 août.


Canada-Québec ; Synthèse historique : 67


CI : 31, 36


DGFQ : 494, 548, 612, 725


HCF, 2 : 50-52 (C)


Jean BOURDON, Pierre BOUCHER (B) et Pierre GADOIS (D) in DBC en ligne 


RJ, 7 : 212; 8 : 16


Web Jean Guyon (A)

559


Quatrième navire arrivé à Tadoussac peu après le 31 mai, c’est le seul des quatre navires de la flotte a être sous le commandement direct de Duplessis, général de la flotte. 

CI : 31


HCF, 2 : 50-52 


RJ, 7 : 210, 212 ; 8 : 16


Web Michel Robert

560


Un autre navire commandé par un nommé DEVILLE selon Marcel Trudel arrive à Québec en 1634.

CI : 31

561

Jacques LOYAU contracte une obligation devant le notaire Cousseau le 29 avril 1634 à La Rochelle. Le navire est parti après cette date à Terre-Neuve.

Navires et engagés

Cousseau AD17, 1634, 29/04 (LR) obligation

562

Passagers arrivée :

- BUTEUX, Jacques

 

Le 24 juin arrivée de l'Anglois, navire anglais pris en route par la flotte et commandé par le capitaine de LORMEL apportant le père jésuite Jacques BUTEUX qui « a été fort malade et soigné par le chirurgien de M. le général ».

CI : 31


RJ, 7 : 210,212; 8 : 16 

563


David LOMERON, est capitaine et J. GOULLARD, est maître du Saint-Jean qui « ne peut atteindre l'Acadie et revient à La Rochelle le 11 janvier 1635 ». L’armateur est Samuel GEORGES, négociant de La Rochelle, associé de Pierre DUGUA de Monts en 1606. 

AG-ERNF: 22, 85, 87


Navires et engagés

Moreau AD17, 1634, 03/09 (LR)

RHAF, 4 : 485
B 5654, 1635, 12/01 (LR)
Teuleron 1636, 16/12 (LR)


564

De LaTour passe devant le notaire Moreau à La Rochelle le 15 novembre 1634, on ne sait pas pour quelque raison. Le navire est parti après cette date pour l'Acadie.

Navires et engagés

Moreau AD17, 1634, 15/11 (LR)

                                            autres immigrants de 1634                     émigrants de 1634

 


Code de couleur des navires
marchands français royaux
cabotage Canada, Louisiane, Québec Acadie, Plaisance, Louisbourg
construits en Nouvelle-France anglais autres Européens
Antilles et autres îles en traite et/ou saisies prises anglaises ou autres
pêcheurs, Gaspé, Percé, Terre-Neuve Baie d’Hudson et/ou au nord corsaires, flibustiers et pirates
combats, captures et/ou mutineries avaries, échouages, naufrages et tempêtes maladies et/ou décès

Accueil



Haut de la page